Polémique sur le nom du collège de Plescop : la décision est prise

A l’occasion d’une interview accordée à 7Seizh, Nelly Fruchard, maire autonomiste de Plescop/Pleskob (56) a confirmé l’information : la municipalité de cette commune proche de Vannes ne proposera pas, pour son collège public, le nom de Polig Monjarret au conseil général du Morbihan.
« Ce qui s’est passé est honteux, je suis dégoûtée par la façon dont des faits historiques ont été déformés par certains. » a déclaré Nelly Fruchard. On se souvient effectivement de la polémique née de cette proposition du conseil municipal. Des associations et mouvements politiques proches de la Libre-Pensée et des milieux nationalistes français étaient, en effet, montés au créneau pour interpréter de façon tendancieuse le passé du musicien et collecteur Breton Polig Monjarret durant la guerre 39-45. Rappelons tout de même que celui-ci avait été blanchi par un tribunal à la Libération de toute accusation de collaboration.
« La population de Plescop est secouée par cette histoire. Mais le pire est le mal fait aux trois filles de Polig Monjarret. Ces dernières nous ont d’ailleurs envoyé une lettre nous demandant de stopper notre démarche vu la tournure que ça prenait. Nous proposerons donc le nom de Bro-Ereg au conseil général qui prendra ensuite sa décision » a poursuivi la maire de Plescop. Des associations, telles Bemdez, ont pourtant lancé une campagne de soutien au nom « Polig Monjarret » en adressant notamment un courrier à l’ensemble des maires de l’agglomération vannetaise et en débaptisant certains monuments et rues portant, eux, des noms peu glorieux de l’histoire française.
« Hélas je pense que les gens ne sont pas courageux » se désole Nelly Fruchard, « Et dans le pays de Vannes peu savent qui était vraiment Polig Monjarret et qu’elle est son histoire. Il a suffit d’une rumeur lancée sur internet et tout un tas de gens sont tombés dans le panneau. Aujourd’hui je regrette presque d’avoir proposé ce nom, notamment au regard de la peine causée à la famille ».

2 COMMENTS

  1. Il n’y a en réellement que deux opposants déclarés à ce nom : un conseiller municipal de l’opposition de Plescop et le secrétaire départemental de la Libre Pensée du Morbihan. Le reste suit…
    Le Conseil Général va « statuer en dernier ressort », mais quoi qu’il arrive, le collège s’appellera Polig Monjarret, il ne faut pas lâcher.

  2. Ben ça me confirme que je dois continuer d’ éviter de faire de la pub aux cycles de conférences que la Libre Pensée propose à Quimper . J’avais encore en t^te et en bouche un vieux relent aigre depuis quelques années les concernant, c’est la piqûre de rappel, définitivement.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.