Bretagne (administrative) – Japon 2012: une manifestation culturelle inédite pour une année riche en événements

Bretagne-Japon 2012 s’étend tout au long de l’année à travers 12 expositions qui réunissent de façon originale des objets japonais et des œuvres bretonnes japonisantes. Cet archipel d’expositions est également enrichi d’un colloque, de spectacles, conférences et ateliers pour une manifestation globale autour du Japon. Au total, une vingtaine d’événements vont se succéder sur le territoire breton…

( Note 7seizh: bien que l’affiche représente la Bretagne, les manifestations n’ont lieu que dans les 4 départements de la Bretagne administrative…Encore un des effets pervers de la partition du territoire breton.)

Des œuvres empruntes de japonisme

Lié à l’ouverture du Japon à l’Occident, le courant appelé japonisme apparaît lors de la présentation du Japon à l’exposition universelle de 1867 en France. Cet engouement amène les occidentaux à collectionner un grand nombre d’objets d’art nippons dès le XIXe siècle, collections aujourd’hui conservées dans les musées de Bretagne. Parallèlement, des artistes influencés par l’esthétique japonaise viennent en Bretagne pour travailler et partager leur talent, tandis que des artistes locaux, tels Francis Hennequin ou Mathurin Méheut, se rendent au Japon pour découvrir de nouvelles inspirations. Des armes aux estampes, des photographies aux peintures, des porcelaines aux textiles, ce sont plus de 800 oeuvres rares qui seront présentées tout au long de cette année 2012 dans les musées bretons.

Les temps forts de la manifestation

Le cœur de Bretagne-Japon 2012 ce sont 12 musées qui présentent des expositions tout au long de l’année, et ce dans chacun des quatre départements bretons. Lié à l’ouverture du Japon à l’Occident, le courant appelé japonisme apparaît lors de la présentation du Japon à l’exposition universelle de 1867 en France. Cet engouement amène les occidentaux à collectionner un grand nombre d’objets d’art nippons dès le XIXe siècle, collections aujourd’hui conservées dans les musées de Bretagne. Parallèlement, des artistes influencés par l’esthétique japonaise viennent en Bretagne pour travailler et partager leur talent, tandis que des artistes locaux, tels Francis Hennequin ou Mathurin Méheut, se rendent au Japon pour découvrir de nouvelles inspirations. Des armes aux estampes, des photographies aux peintures, des porcelaines aux textiles, ce sont plus de 800 œuvres rares qui seront présentées tout au long de cette année 2012 dans les musées bretons.
L’Association des Conservateurs de Musées de la Région Bretagne (ACMRB), qui a pour rôle de fédérer les conservateurs de musées bretons dans le but de protéger, étudier, restaurer et enrichir leurs collections, et de développer des initiatives communes, est à l’origine de cet événement. Pour ce grand projet d’envergure régionale, l’association s’appuie sur l’expertise d’un comité scientifique.
Initiée dès la mi-juin 2011 au Musée de la pêche de Concarneau, la manifestation commence véritablement en février 2012 à Saint-Brieuc au Musée d’Art et d’Histoire et se poursuit au printemps à Lamballe, Douarnenez et Dinan . Le Musée des Beaux-arts de Brest accueille deux expositions à partir du mois de mars. A Quimper, l’année commencera au Musée des Beaux-Arts et se clôturera au Musée Départemental Breton. Deux expositions ouvrent pour l’été à Lorient et Rennes. Celle de Morlaix débutera à l’Automne.

Au-delà des musées, des événements culturels

Afin de faire vivre au public cette année culturelle, Bretagne-Japon 2012 propose aussi des manifestations artistiques variées qui prolongent la découverte du japonisme. Dans de nombreuses salles telles que l’Opéra de Rennes, au Théâtre de Cornouaille de Quimper et au Port-Musée de Douarnenez sont ainsi programmées 8 représentations de deux programmes musicaux, ôdes à la beauté japonaise : La Princesse jaune de Camille Saint-Saëns, et Madame Butterfly, Madame Chrysanthème. De plus, des actions culturelles dédiées sont proposées aux Champs Libres à Rennes (conférences et projection), dans chacun des musées et dans une dizaine de bibliothèques de Bretagne, coordonné par Livres et Lecture en Bretagne. Enfin, l’Université de Rennes 2 pose un regard scientifique sur le japonisme dans le domaine des Beaux-Arts
à travers un colloque international les 27 et 28 septembre 2012.

L’ACMRB

L’Association des Conservateurs de Musées de la Région Bretagne (ACMRB), qui a pour rôle de fédérer les conservateurs de musées bretons dans le but de protéger, étudier, restaurer et enrichir leurs collections, et de développer des initiatives communes, est à l’origine de cet événement. Pour ce grand projet d’envergure régionale, l’association s’appuie sur l’expertise d’un comité scientifique.

(Note 7seizh: voilà un programme remarquable et intéressant portant sur les relations entre la Bretagne et le Japon . Mais comment peut-on être complet en occultant Nantes et la Loire-Atlantique? Comment un « comité scientifique » peut-il avaliser cela ? Malgré les beaux discours, le révisionnisme historique et culturel continue à être de mise y compris pour des manifestations financées et/ou aidées par des collectivités bretonnes ayant par ailleurs affirmé leur volonté de voir se réunifier la Bretagne.)

Pour consulter le programme détaillé : http://www.bretagne-japon2012.fr/

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.