Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Economie Chantiers STX de Saint-Nazaire : nouveau coup dur pour l’emploi

Chantiers STX de Saint-Nazaire : nouveau coup dur pour l’emploi

Les chantiers STX de Saint-Nazaire ont appris hier la nouvelle : l’armateur norvégien Viking River a annulé la commande de deux navires de croisière de luxe, au profit d’un chantier italien. Consécutivement, la direction des chantiers a annoncé aujourd’hui 2500 jours de chômage partiels supplémentaires s’ajoutant  au 9100 jours déjà prévus en mai et juin, dans les différents secteurs de l’activité.

Les difficultés des chantiers STX, présents à Saint-Nazaire et Lorient mais considérés par le président de la république française Nicolas Sarkozy comme le dernier fleuron de la construction navale française, résonnent d’une tonalité particulière dans la campagne pour l’élection présidentielle où la lutte contre la désindustrialisation de la France est l’un des thèmes économiques les plus récurrents.

Depuis 2008 et le début de la baisse d’activité des chantiers STX, Saint-Nazaire n’a jamais aussi mal porté son surnom de « petite Californie bretonne » qu’on lui avait donné au début du siècle dernier en raison de son développement économique et industriel fulgurant. L’année 2011 n’a pratiquement connu aucune commande. Les chantiers avaient même cette année-là déjà essuyé l’annulation d’une commande, celle  d’un paquebot qui devait être livré à la Lybie, commande annulée à cause de la décision de l’Etat français d’attaquer militairement la Lybie (coût de l’intervention plus de 300 millions d’€).

La direction des chantiers bretons estime que la baisse d’activité devrait durer jusqu’à fin 2012. Le carnet de commandes comprend actuellement l' »Europa 2″, un paquebot de grand luxe commandé par l’allemand Hapag Lloyd Croisières (livrable au printemps 2013) ; deux paquebots pour l’italien MSC : le « Divina » (mai 2012) et le « Preziosa » (mars 2013), et deux navires porte-hélicoptères de type BPC pour la Russie (fin 2013 et fin 2014).

A moyen terme, le développement de l’éolien off-shore en Bretagne et en France est présenté comme une piste intéressante de développement de l’activité des chantiers STX.

STX France est détenu à 66,6% par STX Europe (filiale du sud-coréen STX Shipbuilding) et à 33,3% par l’Etat français. Il représente 2100 emplois directs et 4000 emplois chez ses sous-traitants.

1 COMMENT

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR