Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Politique Langue bretonne : Marine Le Pen se voit en chef

Langue bretonne : Marine Le Pen se voit en chef

Dialogue musclé à la radio

Ce matin, sur les ondes de France Inter, Marine Le Pen a brandi un motif de fierté lié à la langue bretonne. Au cours d’une interview tendue effectuée par la journaliste Pascale Clark, elle a prêté à son nom de famille une signification étonnante.

Extraits :

– Pascale Clark : « Vous aimez votre nom, Marine Le Pen ?

– Marine Le Pen : Oui j’adore mon nom. J’en suis extrêmement fière.

– Surtout Marine ou surtout Le Pen ?

– Les deux.

– Le Pen c’est pas un peu un boulet parce que là aussi il y a un héritage…

– Non pas du tout. Le Pen c’est d’abord le nom que porte mon père, qui s’est battu pour son pays (la France, ndlr). Je vous rappelle que, au-delà de la caricature que vous avez voulu faire, c’est quand même un homme qui au moment de l’Algérie était député, il aurait pu rester confortablement assis sous les ors de l‘Assemblée. Il est parti se battre, voyez-vous, avec les appelés. C’est beau, ce sont de beaux gestes. Mon grand-père qui était marin-pêcheur  est mort puisqu’il a explosé sur une bombe allemande. Hé bien, vous voyez ce nom de Le Pen qui est marqué sur le monument aux morts de La Trinité-sur-Mer, j’en suis éminemment fière. »

Et d’ajouter : « Faites attention ça veut dire le chef en breton, ça ne vous pose pas de problème psychologique majeur ? Non ? Ca veut dire la tête, le chef ! »

Son père Jean-Marie Le Pen, qui ne parle pas non plus breton, avait déjà prêté cette signification à son nom de famille lors d’un reportage télévisé qui lui avait été consacré en 1997.

La signification de « Penn »

Si en breton le mot « penn » peut effectivement signifier « chef » dans un sens dérivé, ses sens premiers sont la tête, le bout, la pointe. Le nom de famille en breton « Ar Penn » (francisé en « Le Pen » par l’administration française comme tous les noms de famille) a probablement été donné en référence à ces sens premiers. Ainsi, la dénomination Ar Penn peut faire référence à la tête, comme c’est le cas pour le dérivé « Ar Penwen » francisé en « Le Penven » et qui signifie « la tête blanche ». Une autre signification possible est « la pointe » en référence à quelqu’un qui possédait un couteau ou un pic, ou quelqu’un qui habitait à la pointe de quelquechose (une forêt, un village, un champs…). Ce genre de signification se retrouve aussi dans de nombreux patronymes à travers l’Europe : en français « Lapointe », en anglais Spike etc. Par conséquent, si Marine Le Pen avait un nom français, elle s’appellerait Marine Lapointe.

 La comparaison des noms de famille entre langues européennes peut permettre d’éviter certaines erreurs d’interprétation plus ou moins intéressées. En effet, on trouve de nombreux exemples d’équivalences entre les langues : An Henaff (Le Hénaff) = Laîné ; Ar Bihan (Le Bihan) = Petit en fr, Little en ang ; Ar Braz (Le Bras) = Legrand ; Roue = Leroy en fr, King en ang ; Ar Beleg (Le Bellec) = Leprêtre en fr, Priest en ang ;  Ar C’horr (Le Corre) = Lenain ; Ar Floc’h (Le Floc’h) = Lepage, Page en ang ; Ar Gwen (Le Guen) = Leblanc en fr, White en ang ; Gwivarc’h (Guivarc’h) = Chevalier ; Milin = Moulin ; Nedeleg (Nédélec) = Noël ; Ar Bleiz (Le Blé) = Leloup en français, Wolf en anglais & allemand ; Kemener (Quémeneur) = Letailleur, Tisserand ou encore Mitterrand en français, Taylor en anglais ; Ar Siellou (Le Sciellou) = Clerc, Leclerc en français, Clark en anglais ; Ar Saoz (Le Saux) = Langlois en français, English en ang, etc… D’autres patronymes se retrouvent même à l’identique dans plusieurs langues, comme Simon ou Martin, très courants à la fois en Bretagne, en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne, en Espagne…

Les politiciens français et leurs noms

Marine Le Pen s’appelle en réalité Marion Le Pen, de même que le vrai prénom de son père est Jean.

Marine Le Pen a toujours exprimé son hostilité envers l’identité bretonne, et en particulier la langue bretonne, suivant en cela le chemin tracé par son breton de père. La famille Le Pen possède une maison à La Trinité-sur-Mer, dans la région vannetaise. Marine Le Pen, qui y avait constaté la présence de panneaux bilingues en 2007, avait publiquement dénoncé leur présence à la télévision française. On peut en conclure que la fierté qu’elle a exprimée aujourd’hui envers son nom vient de la signification qu’elle lui prête, pas du fait qu’il soit breton.

Elle n’est pas la première politicienne française qui, en détournant la signification de son nom de famille, fait un mélange entre orgueil personnel et chauvinisme tricolore. Charles De Gaulle avait fait croire que son nom était d’origine noble et française, alors qu’il est d’origine roturière et  franque : « de walle »  signifie « le rempart », « le mur d’enceinte ». En 2006, le premier ministre Dominique Galouzeau, dit de Villepin (noblesse rajoutée sous Bonaparte), avait expliqué aux journalistes présents dans son Falcon volant au-dessus de la Bretagne que son nom signifiait « coq » (Gal) et oiseau (ouzeau), ajoutant dans un large sourire : « C’est bien français non ? ». Alors, cocorico ? A l’époque, Le Canard Enchaîné avait avancé une autre explication : le verbe galer veut dire « s’amuser, plaisanter » et a donné le mot galéjade. Galouzeau c’est donc le rigolo du village… Cette explication est encore sujette à débat parmi les spécialistes, mais tous rejettent l’explication de l’énarque.

1 COMMENT

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR