Paul Molac : la surprise autonomiste !

3

Mais qu’est ce que vous foutiez ???? Pierre-Henri Allain le correspondant de Libération à Rennes, le gars du «Monde», celui du «Figaro» ? Personne n’a rien vu venir ! Il y avait pourtant matière. Bon, Paul Molac c’est vraiment le gars sérieux, pas outrancier en rien mais bon il est clairement autonomiste. AU-TO-NO-MISTE BRE-TON. Gallésant, bretonnant, président du conseil culturel de Bretagne, président de Div Yezh, la filière en breton dans l’enseignement public, prof de breton,  etc… Voilà… pas d’ambiguïté. Son directeur de campagne était l’UDB Tanguy Cheval, il était totalement soutenu par les autonomistes, on a même vu des nationalistes bretons tracter pour Paul Molac ici et là, etc…

Mais personne à Paris n’a vu l’embrouille arriver apparemment.

Ah bah faut voir aussi que ça a été une vraie réussite cet entre deux tours : le twitt, Ségolène dont tout le monde se fout, Hénin-Beaumont, Bayrou. Ah ça a volé haut ! Ah la France ça a encore été l’inouïe de toutes les nations ! Et puis il faut voir que Ploërmel c’est un peu loin de Paris.

Eh bien, vous avez découvert Hénin-Beaumont il y a quelques années ou La Rochelle en 2012, là vous allez découvrir Ploërmel, Josselin, Questembert, Larré, Pluherlin, Pleucadeuc et même Gourhel !

Bon, pour ceux qui ne peuvent pas envoyer quelqu’un jusqu’à Gourhel, on résume : L’UDB est un parti autonomiste breton de gauche qui existe depuis 1964. Marxiste tendance dure à sa création, c’est aujourd’hui est un parti autonomiste breton très modéré, très préoccupé d’algues vertes et de centrales nucléaires et surtout très associé à Europe Ecologie-Les Verts et au Parti Socialiste. Les psychodrames réguliers entre le trois formations font d’ailleurs la joie des commentateurs locaux.

Pour les élections législatives, le cirque habituel des alliances, candidats communs, candidats pas communs et hurlements en tout genre a été remis en branle. Au final, le PS, Europe Ecologie et l’UDB ont réussi bon an mal an à trouver un accord sur les cinq départements bretons.

Dans la circonscription de Ploërmel-Questembert, ô miracle, un seul candidat représentait tout le monde : le consensuel Paul Molac. Déjà il n’est ni aux Verts, ni à l’UDB ni au PS. De plus, il connait le pays comme personne, chantant dans les festoù-noz Diwan ou amicale laïque ici et là. Impliqué dans la vie locale, il autant connu et apprécié dans le secteur que les Beatles dans le restant de l’univers. Et puis dans le rôle des Rolling Stones, il y avait François Guéant. UMP. Fils de l’autre et aussi crédible dans le rôle que ma grand-mère s’essayant au punk-rock. Pourtant la circo était à droite depuis Adam et Eve mais l’autre dégourdi de Guéant, n’a même pas réussi à se faire adouber par le député sortant UMP Loïc Bouvard qui passait la main après 19 ans de règne. Faut voir le bouinou aussi, même son affiche était hideuse ! Sur sa profession de foi il avait tout de même réussi à marquer “que ses grands-parents étaient d’origine modeste” (!) Et son père accessoirement ministre de l’intérieur, par contre aucune trace…

Avec Molac, on n’est pas dans le même registre, fils d’un paysan de Taupont, il reprend la ferme familiale avant de devenir prof et membre ou président d’un nombre invraisemblable d’associations… tout en élevant ses 7 enfants ! En face le parachuté Guéant, breton comme la choucroute garnie, épuisait ses chances de jour en jour. Les élus locaux, même de Droite avaient il est vrai accueilli le personnage,  imposé par Paris, comme le mildiou sur les patates.

Bref, du kouign-amann pour Paul Molac qui est passé les doigts dans le nez et dans l’indifférence presque générale en dehors du pays de Ploërmel. Pas un article soulignant le pedigree du gars. Même «le Figaro» aurait pu en faire des tartines en dénoncant le danger nationaliste breton, l’éclatement de la France, l’alliance satanique FLB-Al Qaida faisant de Ploërmel «le futur sanctuaire du terrorisme mondial si Molac était élu». Rien du tout ! Pas une lignounette nulle part.

Alors, «Paul Molac autonomiste», bien entendu ça va démentir dans toute la gauche locale un peu beaucoup gênée sur la question : «ah mais non il est plutôt régionaliste», ou « il est pour une Bretagne majeure-ouverte-sur-le-monde», «c’est pas vraiment ça» et gnagnagnagna… Bref, le cirque habituel, le grand concours de circonvolutions verbales, les discours sans fin pour pas appeler un chat un chat. Et puis Paul Molac a des mandats de président dans des associations d’envergure traitant avec les pouvoirs publics depuis des années, son discours public a toujours été, de facto, consensuel et lissé. Et puis l’homme n’est pas un idiot, il sait s’adapter. Pas d’outrances, pas de termes qui fâchent…

Mais même si ça va chanter Ramona sur tous les tons, je maintiens et j’enfonce le clou car je connais un peu le ouézé : Ce dimanche soir, il y a bien un député AUTONOMISTE breton à l’assemblée nationale française. Point.

Mais à ce niveau-là les attentes sont immenses. Paul Molac ne doit pas «se decneute». Le mouvement breton attend de lui qu’il défende bec et ongles les dossiers brûlants pour la Bretagne à l’assemblée nationale : la réunification, les langues de Bretagne, les transferts de compétences, etc…

Bref, c’est vraiment maintenant que va commencer le «drao» pour Paul Molac.

3 Commentaires

  1. Espérons que son mandat ne se limite pas à une prise de parole en breton ou en gallo dans l’hémicycle, au rôle de “breton de service” utilisant son mandat comme plaidoyer en faveur de la signature de la charte sur les langues régionales …

    Il est autonomiste… espérons, car on y trouve trace nulle part. Et si la mention UDB y suffisait je rappellerai juste leurs propos “nous préférons le terme régionaliste” http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoaftajo.html, ou récemment l’UDB 44 qui revendique “l’égalité des territoires au sein de la République” http://www.udb44.info/article-2eme-tour-des-legislatives-2012-pierre-even-union-democratique-bretonne-un-soutien-sans-reserv-106988750.html.

    Mais donc s’il l’est, qui l’y travaille. Qu’il prenne la parole pour revendiquer les droits des peuples breton, basque et corse.. Qu’il nous sorte un projet de loi avec d’autres députés bretons de gauche pour un statut d’autonomie pour une Bretagne REUNIFIEE. Qu’il ne suive pas servilement (encore moins qu’il nous vende !) une “decentralisationette” PS qui renforce (un peu) le pouvoir régional en B4 et (beaucoup) celui des métropole de Nantes et Rennes, sans résoudre au préalable le problème de la partition. Car c’est bien la question territoriale qui doit être le premier pas d’un véritable changement politique en Bretagne.

    Bref que son mandat ne soit pas à l’image de sa campagne … un alignement sur les positions du PS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here