Drame de Rennes : s’il n’y avait qu’une leçon à en tirer

3

Le drame de Rennes où un adolescent de 13 ans est mort fait resurgir toutes les aberrations de la société hexagonale par rapport à la violence et à l’immigration.

D’un côté les «angelistes» : l’assassin présumé est Tchétchène, réfugié politique en Bretagne depuis 4 mois. «C’est un pauvre chéri» par nature, «les tourments de son passé» et gnagnagna bref tous les préchi-préchas habituels. Sainte altérité ne priez pas pour nous mais surtout priez pour eux, l’étranger est une victime par nature, et toute la sérénade habituelle. A la rigueur, la victime l’a même un petit peu traité de bronzé. «Oui sûrement !»

De l’autre les «diabolistes» : l’assassin présumé est Tchétchène, réfugié politique en Bretagne depuis 4 mois. «C’est un crime raciste anti-blanc c’est sûr», «ils ont ça dans le sang», «dans son pays c’est comme ça que ça se passe», «il est sûrement islamiste», «il a 15 femmes» et blablabla. «Al-Qaida est derrière tout ça, bien entendu, c’est signé». «La Tchétchénerie c’est que de la canaille». «Un réfugié politique en plus, il doit être détraqué du turban». «Foutez moi ça dehors là, tous les moricots», «ah si Marine était présidente !» et tout un tas de fatras du même tonneau.

Et le pire c’est qu’au prochain drame de même nature, quand Kevin tuera Mohammed, on aura les mêmes mais à l’envers !

En fait, aucune déclaration du procureur. Personne ne sait rien sur le mobile du crime et les dispositions infernales ou angéliques du jeune tchétchène. Rien ! Mauvais regards échangés, bagarre idiote ? Racisme ? Délinquance ? Simple bagarre de gosses ? Personne ne connait le mobile et le degré réel ou fantasmé de «tchétchènéité» dans les circonstances du drame. Il y a surtout et avant tout un gamin de 13 ans qui est mort. Des bagarres dans des lycées il y en a tous les jours et de toutes les couleurs. Et surtout pour toutes les raisons aussi idiotes les unes que les autres. Avant de raconter n’importe quoi sur un drame pareil, taisons nous, laissons faire les enquêteurs et occupons nous de nos gosses et de leur éducation, parce que là il y a du boulot. Et dès l’école primaire !

Et tout ceux qui ont envie de bouffer du Ayrault, la droite, jusqu’à certains du mouvement breton même, ont brillé dans l’affaire par leur délicatesse. Celui-ci a annoncé, par erreur, la mort du jeune avant l’heure. La bourde insoutenable. Eh bien il y a eu pour lui tomber dessus. Alors Jean-Marc Ayrault est un ennemi politique des bretons, sûrement l’ennemi principal d’ailleurs. Mais ça reste un homme. Et un père de famille comme vous et moi. Vous croyez que ça lui a fait plaisir d’annoncer la mort de ce pauvre gosse ? Faire la guerre à Jean-Marc Ayrault sur des bases politiques, ne pas le lâcher sur tous les sujets qui touchent la Bretagne je serai le premier sur ce point là. Mais faire du bruit sur une maladresse suite à la mort d’un môme, un peu de tenue ! Là encore, quelle éducation ! Aucun respect pour rien !

Et l’éducation des enfants, là on sera peut-être tous d’accord, tchétchènes compris c’est vraiment, vraiment, vraiment là l’enjeu de ces prochaines décennies. Et il y a urgence parce que c’est pas la joie dans les écoles et il y a pas mal de trucs qui foutent le camp dans le ciboulot des gamins ! De nos gamins !

Se pencher sur l’éducation de nos enfants c’est peut-être ça le premier enseignement à tirer de ce drame.

 

3 Commentaires

  1. je tiens à féliciter Fabien pour la pertinence de ses propos. Quand le Monde appelle le tueur Vladimir pour cacher ses origines étrangères, c’est non seulement politiquement correct mais stupide et cela fait le jeu du FN. Mais mettre tous les tchétchènes dans le même sac, c’est tout aussi simpliste.
    merci pour ce papier qui est vraiment intéressant en ces temps funestes…

  2. En tant qu’ancien instit et mari de prof de collège, je peux dire que ce genre de connerie aurait pu arriver ailleurs, une bagarre, même minimum, peut avoir des conséquences irrattrapables : un exemple, l’autre jour, cour de récré d’un collége du Centre-Bretagne.Un gamin(6e) est assis sur un muret, un autre passe, lui prend les jambes le balance en arrière. L’autre côté étant gazonné, il a eu mal,mas il y aurait eu du ciment, il aurait pu choper une fracture ou pire. Autre année, un gamin sort un couteau dans un vestiaire pour en menacer un autre.Il e s’en est pas servi, mais on est toujours à une seconde.
    A la télé, dans les jeux vidéos, on tombe, on se relève, dix fois, vingt fois.Tous les week-ends en sortie de boîtes, la réalité montre le contraire.
    Un autre problème est le fait que ça démarre de plus en plus tôt et les gosses voient des gestes hyper dangereux à la télé. Quand j’étais gosse, ça cognait dans les cours de récré, mais le karaté et autres “arts martiaux” n’envahissaient pas les écrans. On se tapait dessus “normalement”, comme les jeunes mâles l’ont toujours fait (voir “la guerre des boutons”, avant 14)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here