Ar Baol : goude ar brosesion, ar broierezh !

3

Dre braslenn kazetennoù (gall) e lenner ingal frazennoù mod-se : « ‘b’ar vro-mañ-bro e gaver stok-ha-stok tud o fritañ laou ha tud o skeiñ ar gwenneien er mor ». Boazet eo ar gazetenerion parizian (forzh peseurt tu e vefent met kentoc’h ar re eus an tu-kleiz), bras o c’halon, duañ paper gant klemmicherezhioù leun a vadelezh.

Ma, e Breizh ez eus ur bastell-vro ma vez tu gwellout un diforc’h ken droukskouerus all end-eeun : Bro Sant-Nazer an hini eo, ya ‘at.

E-se, evel e pep lec’h e Breizh n’eo ket Yann breizhad evit kavout un annez, marc’had-mat e feurm, e Sant-Nazer pe tro-dro. Evel e pep lec’h e Breizh eo ret d’ar re yaouank pe d’ar re a zo izel o gopr reiñ ur rann vras eus ar pezh a c’hounezont evit ar gouel-mikael. Ha koulskoude, just e-kichen kêrchantieroù ez eus eus ul lec’h ma vez didud melladoù-ti, savadurioù divent en o fezh e-pad 10 mizvezh a bloaz. Ur gêr ma’z eus straedoù enne kenkizioù brav, divent ha didud a-hed ar bloaz bloavezhiennoù ‘zo tra ma vev indianiz, ouzbekiz, bengladeshiz pe… breizhiz ar chantieroù e-barzh lochoù pe oaledoù. Ar Baol an hini eo ar gêr-mañ.

A-benn nebeut, evel bep bloaz emañ ar broierezh bras o kregiñ. Deus Paris betek ar Baol. O vezañ ma’z eo deuet Ar Baol da vezañ an XXIvet arondisamant Paris e c’heller lavarout eo an tamm douar patatez-mañ ur seurt enezennad estren e-kreiz hor bro èl Dinarzh pe ar Gerveur pe inizi all, koulz lâr’. Sevel ar ra kalon da glevout gerioù mod-se a lavaro hiniennoù, kredapl. Ma, pa genvev stok-ha-stok diforc’hioù ken estonus e c’heller embann ez eus eus ur si bennak ‘b’ar vro. Petra a ra an aozadurioù-lec’hel ? Perak ne ket diberc’hennet an oterien parizianad-se pa’z eo ken kreñv krizenn al lojeris hiziv an deiz e Breizh ? Petra zo kaoz e vevomp-ni breizhiz gant pemp kudenn warn-ugent da gavout ul lojeiz a-dailh pa ne vez ket gwellet tamm gouloù ebet adalek miz gwengolo betek miz gouere ‘b’ar pochad ranndioù a-regennoù a-hed savenn ar Baol ? N’o deus ket ezhomm ar gazetenerion gall ha parizian savet o c’halon gant direizhdedoù sokial re anat e stadoù unanet en Afrika pe e lec’hioù all mont ken pell, koulskoude, gallout a raint dizoloiñ traoù ken hegus all du-mañ…

Pa’z aint evel dalc’hmat o chom ur mizvezh e-barzh o c’henkizh pe o ranndi er Baol d’an hañv.

3 Commentaires

  1. Jretour : Tu prends les prix sur Saint-Naz pour la famille qui veut sortir de son logement social (ou tout simplement qui ne peut plus y prétendre) : http://www.seloger.com/immobilier/achat/immo-saint-nazaire-44/bien-appartement/

    “T3 (72 m2) en centre ville” en gros entre la gare et la mairie : 212 000 euros, plus plouc (et pourtant !), le parc paysager, un T3 de 72m2 là aussi : 159 000 euros, etc… Qui peut se payer ça A ST-NAZ avec des remboursements de 700, 800 euros par mois ?????

    Et même à Trignac, tu regardes les prix c’est délirant : 120 000, 150 000 euros. Entre la 4 voies, le grand rassemblement annuel des “commeudiens”, les raffineries et les friches industrielles, le bonheur !

    Et à côté de ça, plus à l’ouest, tu as dix milliards d’apparts et de maisons vides 11,5 mois de l’année.

  2. Je pense que tu as mal compris l’article. Le sujet principal est ; la différence flagrante au niveau du foncier entre les prix à Saint-Nazaire, Trignac, Donges, etc… les villes ouvrièresr c les enclaves de La Baule, Escoublac, voir Saint-Lyphard ! Rien que pour cette dernière, une chaumière, même miteuse, avec le toit à refaire c’est 400 000 euros minimum, le toit est bon état : 600 000 euros. Tu vas sur Bréca, Mayun, etc… c’est les prix. Et rien que sur St-Lyphard tu en as 3000 (5000 dans toute la Brière) qui peux se payer ça ???? Alors qu’à côté Saint-Nazaire c’est kêr-logements sociaux et pas des plus spacieux !

    Chèrement acquises par les besogneux parisiens les propriétés de La Baule, Pornichet et c° ? C’est ça ! Fermées 11,5 mois de l’année en front de mer et servant à accueillir une faune seizièmo-décadante 15 jours par an grand max… Il y a des fois où on aimerait être corse.

  3. désolé je reponds en français , je suis incpable de rediger en breton sans y passer 1 heure .

    bon je suis nazairien et je trouve cet article ….un peu comment dire ….deconcertant
    les logements sur st nazaire sont beaucoup moins chers qu’a la baule, le logement social est vraiment la pierre angulaire de la ville bref il n’y a pas de crise du logement a st nazaire.
    il ya aussi les comunes limitrophes de st nazaire peu cheres.
    (trignac par exemple)
    (peu cheres pour la region)

    c’est vrai qu’il y a la ville de la baule qui est comme vous dites le 21eme arrondissement-bon chic bon genre – mais je ne vois pas comment ni par quel moyen on priverait ces “parisiens” de leur propriété ….cherement acquises

    et puisles nazairiens n’ont aucune envie d’aller habiter à 20 km à la baule pour venir travailler a st nazaire .

    le nazairien n’est pas naturellement attiré par la baule.c’est un autre monde on va dire .

    si vous aviez parlé de la presqu’île , des gens de la presqu’ile (de penestin au croisic en passant par st lyphard et pornichet)
    qui effectivement ont d’enormes problemes pour trouver un logement , c’eut été different.
    mais il faut bien voir qu’on est sur cette presqu’île sur un territoire saturé de tourisme de façon seculaire, sur un territoire peu extensible (marais salants, briere )

    bref c’est la quadrature du cercle, a part une dictature bretonne ou on virerait les proprietaires, (pour loger qui et à quel prix?), et puis on coulerait la baule qui est -qu’on le veuille ou non une destination “prestige” : jaguars, polo, hotels hyper prestigieux , country club (tennis) etc….

    si vous voulez en faire un st nazaire bis ça ne marchera pas , pas d’industrie derriere
    et puis vous logerez qui ? les presquiliens de souche ?

    ….
    je suis sceptique ou alors j’ai mal compris l’article en breton !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here