Noz valentoures e lou siunes

0

Les blleus. V’aléz don core n’en oui contae ilë. Ene faï de pu. Pourqhi don ? Un jou je fezi un deplé su la «Bertonitéy» rapport a q’i taet mencion de tout bord e caotë de la filomie naciona françaeze. Dame je creu ben qé les eqeroués des blleus-la en Ukraene e gn’a un coupl d’anéys d’ela en Afriq-dou-ba a grand a r’vaïr o le devi-la. A-don vous s’réz ben d’agrë d’o mai seben pour dire qé ‘la fet donjië tertout de vaïr les ravis ès adolichës-la. Deude Bress diq’a Strasbourg le monde n’en sont horni prope de vaïr qé faot tout lou passae par la rai dou qhu ès grand dedao-la atcou ! Meins les elezeûs, la Haote-penâ deude Paris q’ét a délae su yeûs come diâbe admézë ? I sont-ti point paraille tout pacrë come les foutbalous ? E le bling-bling a Sarko ? Et-ti l’aotr caeû-diot d’Anelka qi l’inventi ? Nenna pa ! E l’aote bobiat de Julien Dray o sez fribaleries de montes, e le grand eqhiessë de Eric Woerth ét ti sa pogne ou ben yelle a Domenech q’ét grande su le porte-elijes a la Betancourt ? E ben d’aotes de méme ao PS, a l’UMP ou ben core ao Front de Gaoche eyou qé gn’a des pissous de biens etout. Ente les blleus e la Haote-Pena politiqo-show-bizzo-financiere gn’a p’un brin d’ereur. Aloure astoure ét de savaïr de cai qé c’ét qé les valentoures bertones ? D’aotr-faï les bertons s’orinaen tenan su Paris, falae qé le monde feraen paraille come les pariziens aotermant d’aote le monde taen chouan e maïtië innocents. Astoure n’ét pu la mem drène pa ! Les bertons on orinae DE LOU PROPE lou parchoumance: marchanderiy, agricouteûre, couteûre, chareyement, haote-tecnolojiys e ben d’aotr, ét es bertons q’il on gangnë tou sou lou benecai. E maogré ela je ne some point a fere de l’embara pa’la, a fere les anbouzons o le «miracl economiq e couteüra bertons»-la. B’am farae ventié n’en fere tant qé pu pour yetr oui pu fo.

Et-ti de domé o la France ? Nouna. Tenant a se portae haot q’ol ét yelle, a fere des loués su la «patrie ès dreits dou monde» qé le grand monde s’rae a se mirae dedens. Tenant a degrignae su l’z aotes, a acreire qé son évi jou core dens les aotes peyis e tenant a acreire qé le monde on pou de son eqhipe de bouinous, «les blleus», tenant a s’enteïlae le mô o sez contes de diot su l’eqhipe «naï, bllan, beur» q’alae metr le monde a s’entr-bijae diq’a la parfin des temps e ben core d’aotr bobiaseriys de meme. Anet en 2010, le biao sonje-la ét rendû, glaï, epillotë. La france c’ét soupe-tout-sou, c’ét le ghezon, le bling-bling, la mocardize, fere l’articl ès aotrs e n’étr point pour s’ente-durae.

Vennla les valentoures franceze, vous aotes bertons astoure qé v’éte détossae de Paris, qé vous savéz ben qé v’éte ao meme era su ben des sujits, qé v’éte pu jeïnae de ren an-vû le monde-la de cai qé sont vos siunes de valentoures ? Les veûs-la ou ben d’aotes ? Le jou qé je n’en saron pu fo su nos valentoures je n’aron pu a breure come je n’en vû des siuns, raport a l’eqhipe de france de foubale; le jou qé je saron de cai qé son nos valentoures, je saron qé l’eqhipe-la n’a point les memes siunes, qé l’eqhipe-la ét point note siune, ét point yelle a note païz, a note peupl.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here