S’ente-préchae en galo

Je së tenant futë de vaïr dou monde qi qenae le galo, s’entee-préchae en françaez. A ren ne sert, don, de qenetr ene langue si qé je la préchons point d’o le monde ! Dens un fricot,  d’o la fâmille, d’o les vaïzins, comben de faï qé j’ë oui le monde s’ecôqâillae a oui un jieune préchae galo de méme e pés parti, deça, a vendr des pochonéys en galo sans pâs fere de rampampères. Et come ela qé j’alons metr le monde a s’orinae su nouz-aotrs pa ! Comben de faï qé je oui des etourous dou berton dirent q’i n’ont pâs jameins oui des galozous ou ben core des etourous dou galo s’ente-préchae en galo. Pitië de vaïr ela ! Grand dizou, p’tit fezou ! Faot se débegaouae tout come admézë ! N’importe céz qhel peupl en luteriy qé v’aléz, vous veyez les etourous de la langue s’ente-préchae dens lou langue. Dedens les etas, dens les féïtes e les federâilles, a châq cou qé gn’a ene couéy de monde pour ben dire, les païssous d’la langue s’ente-prechent a grandes gouléys. E come de just e de ben entendû i se metent en adorçion qé le monde entour de yeûz les ouayeraen ben. Et ene meniere de permouvance pour la langue, pour ben dire. En Bertaigne, vous n’-n’avéz oui, seben, des bertonous fere paraille choze dens les supermarchiés ou ben eyou qé gn’a dou monde agherouae en qheûqe part. Veunla dame ét totu come la meilloure meniere d’amontrae qé la langue ét core vioche. E notr galo don ? Gn’a ti des siuns en-mèle nous a yetr ozou assë pour alae préchae en galo ao supermarchié dou peï ? B’am i n-n’a pâs ghére qé je crë. Diq’a la pus fâillite assemblléy, diq’a la pus fâillite demonstraçion qé je dons yetr dedens pour metr le monde a oui notr langue. Partout eyou qé gn’a ao meins un coupl de galozous, nen deu oui dou galo. Permië qé d’alae breure pour avaïr des elijes d’o la Contréy ou l’Etat ét de méme qé je metrons notr langue a s’erchomae.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.