Débretonnisation du Pays Nantais : Les galettes Saint-Michel produit typique des….Pays de la Loire !

10

Hubert Chémereau est militant pour la réunification de la Bretagne. Récemment, celui-ci a eu la surprise de découvrir que les fameuses”galettes Saint-Michel” fabriquées depuis 1905 en Pays de Retz (Sud de la Bretagne) sont siglés “pays de la loire”. Révolté par ce détournement de l’Histoire, il a décidé de faire connaître son couroux à la société en charge de la fabrication des biscuits.

—————————————————

Hubert Chémereau

Les galettes St-Michel créée par un militant de la cause bretonne en  1905 sont débretonnisée à toute force par les repreneurs normands depuis ces dernières années

A la grande époque des années 70-80 les pub de la marque était très bretonne

Pire sur les Roudors : fabriqué à St Michel Chef Chef en région Pays de la Loire

http://www.stmichel.fr/leblog/categorie/actu-marque/

sur les paquets farine de blé CRC (Cultures Raisonnées Contrôlées) en partenariat avec des agriculteurs des régions Pays de la Loire et Poitou-Charentes

————————————————————————–

Hubert Chemereau à Service-conso galettes Saint-Michel

Bonjour,

Dois-je prendre cela comme une provocation ?

Les galettes St-Michel sont issues de la tradition bretonne du Pays de Retz donc de Bretagne. De plus cette maison est née en 1905 à une époque où personne ne contestait la bretonnité du Pays de Retz.

Vous semblez confondre volontairement une région historique et culturelle comme la Bretagne dont fait partie la Loire-Atlantique depuis qu’est né ce pays il y a plus de 1200 ans avec une région seulement administrative créée en 1972 sous le modèle d’un 1er découpage en 1941 par le régime de Vichy.

En Loire -Atlantique nous sommes fières de nos origines qui sont bretonnes et non “paysdeloiriennes “.

Les campagnes de publicité des années 70-80 des Galettes St-Michel mettaient d’ailleurs en avant les racines bretonnes de leurs produits.

Votre engagement contre l’identité bretonne du 44 ne peut-être compris que comme un geste pour faire plaisir aux politiciens qui vivent de la région administrative dite pays de Loire.

Si c’est une erreur, en raison d’une méconnaissance de votre part du fait du rachat par une société non bretonne des galettes St-Michel, vous devriez savoir qu’il y a une marque qui identifie très bien les produits du  44 qui s’appelle Produit en Bretagne. Pourquoi n’y adhérez- vous pas?

En espérant que le respect de notre identité bretonne en Loire-Atlantique et le bon sens vous ferra revoir votre position.

Cordialement

Hubert Chémereau Sant-Nazer / Saint-Nazaire

———————–

Cher Monsieur CHEMEREAU,

Nous  vous remercions  tout d’abord de l’intérêt que vous portez à notre marque et nos produits St Michel.

La marque St Michel est née avec la Galette à Saint-Michel-Chef-Chef en 1905, Galette qui est encore aujourd’hui produite dans cette même usine.

 Aujourd’hui les produits à la marque St Michel sont produits dans différentes usines (Bretagne, Pays de la Loire, Région Centre, Lorraine) et nous attachons beaucoup d’importance à communiquer en toute transparence l’origine de fabrication d’une part et la provenance de nos ingrédients majoritairement français d’autre part.

 Saint-Michel-Chef-Chef étant situé en Loire Atlantique dans la région Pays de la Loire, c’est donc la raison pour laquelle, nous communiquons ces informations à nos consommateurs car nous sommesavant tout très fiers de nos origines.

Nous  vous prions d’agréer, cher Monsieur, l’expression de nos sincères salutations,

Le service consommateur St Michel.

10 Commentaires

  1. le Pays de Retz tout comme le Clissonais sont des terroir culturellement, géographiquement et linguistiquement poitevin. La légitimité bretonne en sud-loire découle d’une invasion militaire et d’un traité d’ailleurs caduc, car réaliser sans l’assentiment du duc d’aquitaine. Bref, la légitimité bretonne ne vaut pas plus que la légitimité française sur la bretagne

  2. ridicule fitzOsbern. on parle ici d’un 1/5 du territoire breton et pas d’un ilot aussi prestigieux soit il. je ne vois pas en quoi c’est un juste retour des choses ?

  3. ” Les agriculteurs qui produisent du blé CRC n’ont sans doute aucun intérêt à vouloir s’assimiler à l’image déplorable du modèle agricole breton. CQFD”
    Sûrement Jo Pevedic mais une perte de chiffre d’affaires lié à un boycott en raison de leur attitude les fera non seulement réflechir mais changer d’avis. Arrêtons de tourner autour du pot… Appelons au boycott de cette marque !!!!

  4. Quoiqu’il en soit, s’y nous nous en tenons au découpage administratif actuel, une chose est certaine, en matière d’agro alimentaire le réseau des Pays de la Loire mute et mise sur la qualité quand la filière bretonne s’obstine dans le volume et le bas de gamme. Il n’est sans doute plus très porteur économiquement de vanter la Bretagne en guise de qualité. Les agriculteurs qui produisent du blé CRC n’ont sans doute aucun intérêt à vouloir s’assimiler à l’image déplorable du modèle agricole breton. CQFD.

  5. Même chose pour moi, un courrier avec la réponse clairement provoc du service consommateur donnée à M. Chemereau en copie. Réponse motivant que les produits de la marque ne sont plus pour moi à partir de maintenant.

  6. la réponse de la direction est MINABLE
    ” Saint-Michel-Chef-Chef étant situé en Loire Atlantique dans la région Pays de la Loire, c’est donc la raison pour laquelle, nous communiquons ces informations à nos consommateurs car nous sommesavant tout très fiers de nos origines”*
    ça sent clairement la provoc !
    il reprend la phrase d’Hubert Chemereau en enfonçant le clou “pays de la loire”

    boycott personnel a partir de ce jour.

  7. “C’est fini..
    Breton, né en Loire Atlantique, à Nantes, capitale des Ducs de Bretagne, je ne manquais jamais d’offrir à mes amis étrangers des galettes bretonnes Saint Michel. Puisque vous participez au génocide culturel de mon pays natal, à sa débretonnisation en accord avec la pseudo région « Pays de Loire », créée par Pétain, PLUS JAMAIS, je ne mangerai de vos produits, ni mes enfants, ni la plupart de mes (nombreux)amis que je ne manquerai pas d’informer.

    Les galettes Saint Michel étaient pour moi une part du patrimoine gustatif, industriel et culturel breton. Elles ne sont plus aujourd’hui qu’une marque sans histoire, sans attache, sans intérêt.

    Le succès du label « Produit en Bretagne » adopté par nombre d’entreprises de Loire Atlantique aurait du vous insipirer un peu plus de sagacité industrielle et commerciale, faute d’un peu d’honnêté culturelle, ou de culture historique…”

    Voilà ce que je viens d’envoyer sur leur blog.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.