Yes !
Publié le: jeu, août 16th, 2012

Langue bretonne – Procès des deux indépendantistes barbouilleurs : ambiance et verdict

Rassemblement de soutien

Aujourd’hui 16 août se déroulait à Rennes le procès de Yoann Colas et Corentin Lemonnier, accusés d’avoir barbouillés un panneau de signalisation routière dans la région de Rennes en mars dernier et refusé pour le second de se soumettre à un prélèvement ADN, ambiance :

En milieu d’après-midi une cinquantaine de personnes se sont réunies devant la cité judiciaire de Rennes pour soutenir les deux inculpés. A cette heure on dénombre déjà quelques policiers qui ont installés des barrières à l’entrée de la cité afin de pouvoir filtrer les manifestants le moment venu (alors que l’accès au palais de justice est normalement libre…). Il faudra attendre la fin d’après-midi, et que toutes les autres affaires soient jugées pour que nous puissions entrer dans la salle d’audience, et que démarre le procès de Yoann et Corentin, mais c’est aussi ici le procès de la langue bretonne dans l’administration et la justice.

En effet les deux prévenus lors de leur interpellation ont désirés s’exprimer uniquement en breton, et avaient annoncés qu’ils feraient de même à leur procès. Chose dite chose faite, ils ne prononceront pas un mot de français. Cependant coup de théâtre (ou pas) le tribunal refuse la présence d’un interprète, et la présidente, Martine Lebrun, rappelle au prévenus qu’ils bénéficient du droit de s’exprimer en français, mais qu’ils bénéficient également du droit de se taire s’ils ne désirent pas parler dans la langue de la « République »… La salle s’échauffe doucement.

Les deux inculpés avec les journalistes

La cour ne leur donnera donc pas la parole puisqu’ils ne s’exprimeront pas en français ! On notera que la juge ne sera pas dérangée qu’un inculpé passé peu avant pour une autre affaire et ne comprenant pas bien le français ai eu le droit à un interprète, mais les militants bretons maîtrisant trop bien le français selon la cour, n’ont pas le droit à ce privilège.

Me Lorvellec prendra le relais, puisque la justice française ne veut entendre du breton. S’en suit un « débat » entre le procureur et la défense sur la légalité et la légitimité de pratiquer la langue de son choix dans un tribunal français. Le procureur ira jusqu’à comparer les barbouilleurs de SAB (Stourm ar brezhoneg) à des maitres chanteurs, qui font chanter les collectivités pour qu’elles apposent une signalisation bilingue… Il ira plus loin dans la provocation en proposant de mettre en place pourquoi pas une signalisation bilingue en alsacien, puisque apparemment il y aurait une forte diaspora alsacienne en Bretagne… Indignation et moqueries dans la salle.  Après un bref échange sur la question des prélèvements d’ADN, la cour se retire pour délibérer.

Finalement le verdict est lâché, les réquisitions du procureur sont respectées à la virgule, Corentin Lemonnier 1500€ d’amende, Yoann Colas 1000€. Malgré une très bonne prestation de Me Lorvellec, la justice française condamne lourdement deux militants pour leur engagement citoyen, mais aussi la langue bretonne. Les inculpés feront probablement appel de cette décision.

Samain Fest

A propos de l'auteur

-

L'indépendance de la Bretagne : dites Yes Breizh !

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce site et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 – Régie publicitaire 7seizh : 02 90 74 81 28 regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2014 © 7seizh.info.