La France fait pression pour des documents officiels bilingues… aux Seychelles

Dans l’affaire du livret de famille bilingue édité par la ville de Carhaix, l’administration française fait preuve d’un certain repli identitaire sur le monolinguisme français-français. Heureusement, cette même administration est beaucoup plus préoccupé par la question du plurilinguisme en ce qui concerne la vie publique aux… Seychelles.

Dans cette île où seuls 30% de la population est francophone (sans toutefois utiliser le français au quotidien), « l’organisation de la Francophonie », organisme contrôlé directement par la France qui fournit la quasi-totalité des 81 millions d’euros de son budget, promeût le plurilinguisme dans l’administration au travers de son « pacte linguistique ».

Pour contrer la progression de l’anglais dans cette île historiquement de langue créole, l’administration française chargée de la francophonie a, en effet, mis en place un « pacte linguistique » (générateur de subventions) dont voici quelques extraits :

« La volonté du Gouvernement est, selon la formule du Président Michel (le président des Seychelles Nd7), de parvenir à un « trilinguisme équilibré » entre les trois langues nationales (créole, anglais, français) et, pour y atteindre, de fournir un effort particulier en faveur de la langue française, dont l’usage est moins répandu que celui des deux autres. En misant sur les atouts dont dispose le français : sa proximité linguistique avec le créole ; la présence massive de touristes francophones (entre 20 et 30 % du total selon les années) ; la dominante francophone dans le pôle d’échanges et de développement que constitue la Commission de l’Océan indien (Maurice, Comores, Réunion, Madagascar et Seychelles).

Grandes lignes du Plan d’action

1 – Renforcer la place du français dans tous les secteurs d’enseignement : améliorer la formation des enseignants, grâce au programme IFADEM (Initiative de formation à distance des maîtres) piloté par l’OIF et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), au programme de didactique du français adaptée au créole de l’OIF, au dispositif multimédia « Apprendre et enseigner avec TV5Monde » ; intégrer des programmes en français dans la nouvelle université avec l’appui de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) (en priorité dans le cadre de la licence en sciences de l’éducation) ; introduire dès à présent, avec l’aide de l’OIF sur trois ans, un enseignement en français dans un centre pilote de formation aux métiers du tourisme et de la restauration (enseignement qui sera pris ensuite en charge par le pays).

2 – Encourager la population à s’exprimer oralement en français (les Seychellois connaissent le français, mais n’osent pas toujours s’exprimer dans cette langue et manquent d’occasions de la parler) : organisation à partir de l’année 2011 d’une campagne de sensibilisation aux langues dans les médias avec l’aide de TV5Monde ; promotion de l’usage du français au sein de l’administration ; valorisation de l’appartenance francophone régionale et internationale ; renforcement de la célébration de la Semaine de la Francophonie (avec le soutien de l’OIF en matériels de promotion) ; création, par la SBC avec l’aide de TV5Monde, d’outils ludo-éducatifs en français adaptés au contexte seychellois.

3 – Créer un environnement francophone et faciliter l’accès de la population aux productions et matériels francophones : accompagnement, par TV5Monde en liaison avec ses partenaires francophones, de la SBC dans sa volonté d’accroître la place du français dans ses programmes et d’améliorer la formation au français des journalistes ; consolidation de la place du français dans le quotidien national Seychelles Nation et accès favorisé de la population à TV5Monde ; plurilinguisme dans la signalétique ; participation encouragée des artistes seychellois aux manifestations culturelles francophones ; amélioration de la disponibilité des livres, magazines, journaux et documents audiovisuels en français auprès du public seychellois ; soutien de la Bibliothèque nationale dans sa volonté d’étendre son réseau et ses activités, grâce au programme de mise en place de centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC) de l’OIF.

4 – Renforcer la place du français dans la vie publique et administrative pour tendre vers le trilinguisme effectif : poursuite de la mise en oeuvre du Vade-mecum relatif à l’usage du français dans les organisations internationales (adopté en 2006 au Sommet de Bucarest) ; accompagnement par l’OIF, dans le cadre des programmes dont elle dispose, de l’effort du gouvernement pour former en français ses diplomates et hauts fonctionnaires, et les encourager à participer activement aux Groupes des ambassadeurs francophones et autres regroupements de Francophones ; structuration par le gouvernement d’une équipe de traducteurs nationaux accréditée par l’État.

Notons que, depuis 2010, de tels pactes linguistiques ont été également signés avec le Liban et Sainte-Lucie.

————————————————-

SONDAGE :

1 COMMENT

  1. Faites ce que je dis, pas ce que je fait, so french !
    Ped amzer c’hoazh chomo ar vretoned hep lavar netra ? That is the question ?

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.