Home Dia Anlhou ét de méme sembe-ti….

Anlhou ét de méme sembe-ti….

Les veûs qi lizent mes bacouaneriys savent ben qé je së diot d’o l’Oçitaniy ét cagnouz cant q’c’ét q’il ét mençion de la jacobineriy françaeze, bertone ou ben zimbabouéyenne paraille.

A leire la gazette «La Setmana», je m’së avizë qé le ma-la ét chai su les Oçitans etout. A-don, ente le Haot e le Bas, d’aprés, gn’a dou drao raport a qé, dens la mouvance Oçitanisse, le Bas vourae ben colonizae («hors-ténae») le Haot raport a la langue meins etout raport a tout le qai q’a a-r’vaïr o les «reperes soçio-couteûraos». Ene meniere de «colonizaçion coutûra» dens l’edit de yelle qi rouche l’Oçitaniy depés qheuqes siecls qai !

Permië, la Setmana fezit un deplet su l’Estivada de Rodez. L’Estivada ét ene federaille eyou q’il ét contance de la couteüre d’Oc meins etout de la langue d’Oc. E l’anéy-li i fût contance dou haot de l’Oçitaniy. E pourqhi don ? Raport a q’en Oçitaniy le Bas (Languedoc, Gascogne, Provence) ét minz un p’tit come la «fighure» de l’Oçitaniy tant qé le Haot ét dejetë par la mouvance Oçitanisse. L’Oçitaniy «de carte de posse» ça q’a s’rae le Bas e le Haot n’irae point de nezae, pâs «cllichë» assë seben. Ene siune orinéy d’Aovergne q’ecrivit sa seqence su l’anpllat a la Setmana ét nâcharde hardi su les «estereotipes des oçitanisses languedociens». E yelle qé de huchae : «La viticoutûre ? Je së mai sortiy d’un païz de vaches. La qhuzeine a l’ouile a manjae ? Le monde de par céz mai metaen a qhere o dou beure e dou së (un p’tit d’ouile sément e point de la siene d’olive terjou !). Les Cathares e les parpailhots ? Je së mai sortiy d’un païz de catoliqeriy atranpéy, crochéy ben crochéy dens le païz d’ilë. Meditéranéy ? Gn’a un p’tit d’temp d’ela je ne savae core point naïjae, pâs pu.» Et cant q’c’ét q’ol ali poussae és ecoles su Montpellier q’o fût jujéy ben jujéy de oui la berouétéy de «cllichës»-la a la grande ecole. Ah dame ben sûr qé l’ouile d’olive, la viticoutûre e les Cathares sont des fighures Oçitanes meins des fighures e des «reperes soçio-couteûraos» dens ren q’ene cartelle de l’Oçitaniy. E yelle-ci ét grante vra grante : 31 departamants en françe e 12 couléys en Italiy e pé core le Val d’Aran en Catalogne dou bas. Aloure come de jusse e de ben entendû i n-n’a de l’Oçitaniy, des venjançe d’Oçitaniys pour ben dire. Gn’a lin ente Niçe e la Charente oçitane parème. E pâmeins la mouvançe oçitanisse, «l’emsav oçitan», n’a souin q’a fere aprés ene fighure de l’Oçitaniy aloure qé gn’a greu de monde q’il ont dou deu a se senti Oçitan dens ben des terouéres d’Oçitaniy. En Aovergne, dens le Limouzin ou ben core dens les païz Oçitans des Alpes, la filomiy Oçitane a pâs ghére crochae core ao jou d’anet.

Qhi q’en ét l’aoteur a la parfin ?

Ca vous ravene-ti qheuqe choze ela ? B’am vaïr, ét de méme qé ça se tourne çéz nous etout : gn’a des alozes de faete a la Gascogne, le Languedoc e un p’tit de la Provence e ren de raçe pour les aotes. E, a la parfin, b’am c’ét la méme penelle qé par céz nous, dens le païz Galo parème meins ét en Leire de Bertaigne (Louére-Atlantiq) permië qé c’ét pu eqhegnant: le monde de Naonte sonjent qé la Bertaigne c’ét «anlhou» meins point céz yeûz raport a qé lou païz ne retire point dens la «Bertaigne de carte de posse» bertonouze e «finisterienne» (de gros).

Vaïr je seu ben, je së rabatouz come diâbe su le qai-la. Meins je së mâri ben mâri de vaïr qé c’ét la méme draene anlhou, qé le ma-la ét chait etout su les Oçitans. Bondla, o lou jacobineriy, les françaez i n-n’ont tout come pouézonae dou monde. E diq’a les melhous ! Qhelle ghére !

E Brezhoneg : Ur c’hleñved heuzus eo ar jakobinelezh. En em silañ a ra e penn an dud e Bro-C’hall, e Breizh met ivez en Okitania àr a seblant. Da geñver an Estivada e Rodez an hañv-mañ e oa bet kaoz eus Norzh-Okitania. Enno e vez disheñvel tre an traoù, an hengoun, gizioù an dud eus «Okitania ar c’hartennoù post». Ha n’eo ket emskiant an emsav okitan eus an dra-se ‘m eus aon. El ‘ba Breizh ?

1 COMMENT

  1. A mon avis , et moi aussi je me repete , depuis 1789 la Bretagen s’est ratatinée sur ce qui fait son originalité culturelle : le celtique.
    mais avant 1789 la Bretagne était en quelquesorte un « Etat » et la consideration culturelle était secondaire.
    Bref l’identité bretonne s’est repliée faute de « cadre institutionnel » sur la Bretagne bretonnante,.
    Depuis 1972 la Bretagne a regagné un cadre ce qui fait que bon nombre d’habitants de la région administrative qui auparavant auraient hésité à s e dire Bretons trouvent cette identité naturelle.

    Pendnat ce temps, en pays nantais l’identité bretonne s’éloigne : les reperes traditionnels se perdent : gallo, traditions . et le cadre administratif n »est plus avec le reste des Bretons.

    un cadre administratif c’est aussi cela qui façonne une identité, un « vivre ensemble » comme diraient nos technocrates.

    le vivre ensemble des habitants de Loire-Atlantique est contraint et forcé mais il est « Paysdeloirien ».
    ça va laisser des traces c’est sur.
    mais il faut en sortir !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR