NDDL : les cabanes peuvent être détruites, mais pas d’expulsion pendant l’hiver (en principe !)

Un verdict sans surprise : le juge a autorisé la destruction des cabanes construites depuis la grande manifestation du 17 novembre dernier.

Pourtant comme une partie des habitants de ces cabanes avait officiellement élu domicile dans ces cabanes, l’expulsion, pour être légale, devra être ordonnée par un juge et en principe attendre la fin de la trêve hivernale. « Ces occupants ont maintenant des garanties. Celles notamment de ne pas être expulsés pendant la trêve hivernale. Le préfet est maintenant face à ses responsabilités. Il ne doit pas passer en force. » assène Maître Lemoigne comme un rappel au droit.

Les observateurs surveilleront donc de près les opérations à venir. D’autant que les engins de destruction sont déjà sur place, et qu’une nouvelle concentration des forces de l’ordre sur la région nantaise a été noté depuis plusieurs jours. La préfecture peine à donner des chiffres réalistes quant au nombre de militaires et policiers mobilisés sur ces actions de nettoyage de la ZAD  à Notre-Dame-des-Landes.

En attendant, la Bretagne et les Bretons continuent de se mobiliser pour soutenir les opposants.
(Affiche de soutien à la ZAD traduite en breton par un de nos lecteurs)

5 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.