Identitaires : fin de party pour Ti-Breizh ?

3

ti breizhQue va devenir Ti Breizh ? Selon nos informations «la maison des Identitaires bretons» installée à Guerlesquin (29), vivrait ses dernières heures. Depuis mars dernier, les Identitaires bretons regroupés sous le vocable Jeune Bretagne avaient fait scission des Identitaires français, notamment sur la question du rôle de Philippe Milliau, argentier, entre autre, de l’entité bretonne. Cette scission avait causé des tensions au sein de la galaxie identitaire locale.

«Cette information est totalement fausse ! Ti Breizh ne ferme pas» assurent de concert, Yann Vallérie, l’une des figures de proue des Identitaires bretons et Simon Danjou, porte-parole de Ti Breizh, arguant qu’une assemblée générale en janvier décidera du futur de l’établissement, mais que pour l’instant rien n’était acté. « De toute façon cette propriété m’appartient ! » répond de son côté Philippe Milliau. On se souvient effectivement que l’ancien FN et MNR Philippe Milliau, propriétaire de gîtes, avait acheté en fonds propres en 2008, un moulin à rénover à Gueslesquin pour un montant avoisinant les 200 000 euros. Rebaptisé Ti Breizh, sa restauration avait partiellement été effectuée par des bénévoles et soutiens du Bloc Identitaire. « Rien n’est décidé à ce jour » renchérit Philippe Milliau, « et si un jour la décision est prise on communiquera dessus ».

La réalité semble plus précise cependant, le devenir de Ti Breizh aurait été évoqué samedi 15 décembre au repas de Jeune Bretagne. Suite à leur assemblée générale, il semblerait  que Ti-Breizh cesserait toute activité à l’été 2013. 

ti-breizhLes dissensions au sein des identitaires bretons étaient apparues dès la création du groupe. A Nantes, selon un acteur local, « sur 20 personnes présentes il y avait 20 raisons différentes d’être là et cela a provoqué des tensions dès le départNous avons toujours eu beaucoup de mal à fédérer, à cimenter tous les groupes, toutes les personnes, sur l’ensemble de la Bretagne. Les Nantais ne vont pas à Ti Breizh par exemple».

Concernant l’actualité de Jeune Bretagne et les relations avec le Bloc Identitaire, Philippe Milliau est plus précis : « depuis 6 mois et la séparation d’avec le Bloc Identitaire ou la partie résiduelle du Bloc Identitaire, c’est à dire le tout petit groupe qui restait autour de la direction, ce que je sais c’est que nous n’avons jamais autant recruté et jamais eu autant de projets. Maintenant qu’il y ait quelques marginaux sociaux et personnels qui souhaitent faire autre chose, c’est la liberté de chacun.»

La «partie résiduelle» en question a fondé Génération identitaire à Rennes en septembre 2012 pour constituer la nouvelle antenne locale du Bloc Identitaire.

Que deviendra Ti  Breizh ? La question reste posée, comme reste posé le devenir de Jeune Bretagne et de Génération Identitaire en Bretagne.

3 Commentaires

  1. Ne nous rejouissons pas trop vite…
    Entre les Jeunesses Nationalistes, les skinheads et la Génération Identitaire l’extrème droite n’est pas morte en Bretagne et Jeune Bretagne pourrait servir de lien entre toute ces structures…
    De plusle pognon autrefois dépensé pour leur maison à la campagne risque d’etre utilisé pour d’autres choses encore plus néfastes pour la démocratie bretonne…

  2. Bonne nouvelle!
    Philippe Milliau dit: “[…]ce que je sais c’est que nous n’avons jamais autant recruté et jamais eu autant de projets.”

    Ça recrute tellement qu’ils vont fermer leur boutique ti brein… Logique encore une fois le bonhomme.
    Kenavo dit philippe, distro d’ar frañs! Bretoned mestr en ho pro!

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.