Régis Le Sommier, directeur-adjoint à la rédaction de Paris-Match : “Je suis pour la Liberté de la Bretagne”

4
Bretagne Libre 7seizh Cartothèque
Bretagne Libre – 7seizh – la Cartothèque d’Aurélien

Pariz/Paris : Il a couvert les grands évènements depuis une quinzaine d’années. Iran ou Afghanistan en guerre, l’ouragan Katrina, l’Irak, le Surge, mais aussi des interviews/rencontres avec  Georges Bush, le General Petraeus, Al Gore, Barack Obama, Donald Rumsfeld, Colin Powell, Arnold Schwarzenegger, John McCain, Gary Kasparov, Alan Greenspan ou Nicolas Sarkozy. Quelques jours après l’interview de Gilles Martin-Chauffier par notre confrère et partenaire La Voix des Allobroges, Régis Le Sommier, directeur-adjoint à la rédaction de Paris-Match, affirme à son tour son appartenance et son identité bretonne. Mais il va plus loin au cours d’un entretien accordé en début de semaine à 7seizh.info

Bout a-du gant Breizh dizalc’h zo mat, komz brezhoneg zo gwelloc’h

Brittophone, il affirme en breton “C’est dur pour moi de parler de l’avenir de la Bretagne maintenant car je vis à Paris et je reviens en Bretagne chaque mois mais c’est dur pour moi car je ne vis pas en Bretagne. Je suis pour le combat pour la liberté de la Bretagne, ca c’est sûr. Mais je pense que chaque breton pourrait apprendre la langue avant toute chose. C’est à dire : c’est bien que beaucoup de monde soient pour la liberté de la Bretagne mais c’est mieux de faire l’effort d’apprendre la langue”

Régis Le Sommier explique comment il a toujours porté, conscient, sa différence bretonne. Journaliste, il a beaucoup voyagé et il précise n’avoir jamais eu de soucis à faire reconnaître cette différence par les peuples du monde. Il est breton.

Pourtant, c’était mal parti. A vingt-cinq ans,  il apprend qu’un de ses oncles, ancien militant communiste, est devenu adhérent au PNB (Parti Nationaliste Breton). Cet oncle, Georges Floch a participé à la rédaction de Breiz Atao puis de l’Heure Bretonne où il animait la chronique agricole An Douar. A la Libération, il est condamné à l’indignité nationale à vie. Régis Le Sommier explique comment après-guerre “Tout ce qui était Breton, où bretonnant, c’était mal”. Il explique la tentative d’oubli, le déni, et la chape de plomb sur toute l’identité bretonne. Et il détaille comment l’Irlande fut un modèle pour les militants bretons de cette époque.

© <a href="http://manuenligne.over-blog.com/" target="_blank">Les dessins de Manu</a>
© Les dessins de Manu

“Je suis pour la Liberté de la Bretagne”

L’indépendance pour la Bretagne, il y croit et pense que c’est l’avenir. “Il n’y a que la France et peut-être la Grèce qui maintiennent cette espèce de centralisme en Europe”.
Et il relève aussi que des acteurs économiques, des chefs d’entreprise soutiennent une telle perspective. D’autres décideurs n’ont jamais cessé d’afficher leur identité bretonne.

Gwened/Vannes 2014, une liste indépendantiste bretonne aux municipales : Régis Le Sommier soutient l’initiative

Régis Le Sommier suit l’actualité et les initiatives bretonnes.“Ca me paraît intéressant que des gars comme Bertrand se présentent à Vannes”. Il salue le projet Gwened/Vannes 2014 de Bertrand Deléon, même si, précise-t-il, “je n’adhère pas toutes les idées de Bertrand”. Se présentera-t-il sur cette liste ? Difficile, il n’habite pas en Bretagne. Mais en aparté, il glisse quelques noms.

Vivre son identité bretonne comme une qualité facultative ?

“On ne peut plus dire que l’indépendance de la Bretagne c’est idiot. C’est quelque chose qu’on entendait il y a encore deux ou trois ans”. La vraie base de l’identité bretonne, Régis Le Sommier la trouve dans le texte de Morvan Lebesque, mis en musique par les Tri Yann, La Découverte où l’ignorance : vivre son identité bretonne comme une qualité facultative, est-ce possible ?

Indépendantiste ?

Oui, il l’est ! Il s’explique. Et il ajoute “si un vrai parti indépendantiste breton se créé, j’adhère”

Paris-Match, un lobby breton ?

Gilles Martin-Chauffier, le rédacteur en chef du journal est Vannetais et livrait la semaine dernière sa foi en l’avenir d’une Bretagne indépendante. Olivier Royant, directeur du média est lui même un Breton qui ne se cache pas. Nous avons demandé à Régis Le Sommier l’ambiance dans les couloirs de Paris-Match. “Moi, j’ai mon Gwen-ha-du dans mon bureau”. Faute de lobby, c’est au moins une direction de rédaction fière de ses origines et de son pays qui dirige le magazine.

Régis Le Sommier, entretien sans langue de bois, pour 7seizh.info. A écouter jusqu’au bout !

4 Commentaires

  1. Demat, Breizh.
    A propos de l’indignité nationale infligée à certains Bretons et la honte qui s’en est suivie…
    Au pays basque, la Soule s’est libérée toute seule, sans aide extérieure. Au lieu de prendre cela en compte, cette petite partie d’Euskal Herria a été maintenue au sein d’une sous-préfecture béarnaise, comme l’avait dessiné la ligne de démarcation…
    Après la libération de la pointe de Graves par le bataillon basque du commandant Ordoki, De Gaulle avait dit “Nous n’oublierons jamais ce que les Basques ont fait pour la France”. Et… ils nous ont abandonnés aux mains de Franco!!
    Que l’on soit d’un bord ou de l’autre, quelles qu’en soient les circonstances, Basques, Bretons et autres Peuples de l’Etat français seront toujours niés, méprisés, colonisés, linguistiquement et culturellement opprimés. Quoi que nous fassions, les jacobins franco/franchouillards s’en serviront toujours soit pour nous assimiler, soit pour nous stigmatiser…
    Voilà pourquoi, nous devons divorcer de ce mariage forcé -à l’amiable ou pas, ça dépend d’eux- pour ensuite décider avec qui nous voulons nous marier et sous quel régime. Cela s’appelle la démocratie et le Droit d’Autodétermination; deux notions qui ne font plus partie du bagage intellectuel de nos politiciens qui se croient toujours à l’époque de la politique des 3F : la Force, la Fesse et le Fric (la guerre, les alliances par mariages arrangés ou l’achat de territoires. L’Etat français s’est construit ainsi et ils nous disent la France éternelle!! De qui se moquent-ils?
    A mon ami Bertrand, je souhaite bon courage, ténacité et toujours fidélité à ses idées. “Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer” a dit quelqu’un.
    Agur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here