Réunification de la Bretagne: la mauvaise foi de Marylise Lebranchu

Marylise-Lebranchu

Mardi dernier, l’association Paris-Breton organisait un colloque sur « Quelle décentralisation pour quelle Bretagne ? » avec la participation de Thierry Burlot, vice-président du Conseil régional de Bretagne administrative, Bernadette Malgorn, conseillère régionale UMP, et  la ministre Marylise Lebranchu.

Selon Ouest-France de ce jeudi, à la question sur la réunification de la Bretagne, Maylise Lebranchu a répondu: « J’ai une réticence. Quel sera le devenir de toute la zone de Lamballe à Brest ? il faut être vigilant car on risque alors un décentrage de la Bretagne vers Rennes et Nantes »……

Outre le fait que Mme Lebranchu a voté en tant que conseillère régionale de Bretagne les voeux en faveur de la réunification de la Bretagne, l’argument cité relève plus de l’hypocrisie qu’autre chose. Car , c’est actuellement alors que la partition de la Bretagne est une réalité, que le décentrage a lieu ! La réunification de la Bretagne est la solution pour rétablir un aménagement équilibré de notre territoire. En laissant Nantes en dehors, le déséquilibre ne fera que s’accentuer, aucune solidarité ne jouant.

Sur ce dossier, la position de Mme la Ministre balance entre mauvaise foi et hypocrisie.

8 COMMENTS

  1. @Dulucq
    A moins d’être une grande naïveté, dire qu’il faut faire ci ou ça avant la réunification est une manière soft de refuser celle-ci…..
    Que Ouest-France reprenne ses propos sous la forme citée est d’ailleurs assez significatif.
    En résumé, ce n’est jamais le moment, c’est pas possible parce que machin ou bidule… parce que , parce que ….
    Donc y en marre des gens qui votent des voeux et qui une fois aux « responsabilités » trouvent toutes les raisons possibles pour ne pas tenter de les appliquer…..

  2. Ayant assisté au colloque, je crois utile de préciser qu’il ne faut pas se fier à un écho repris par Ouest-France. Marylise Lebranchu a dit qu’elle était favorable à la réunification, mais qu’auparacant il fallait travailler la question du Nord Bretagne (Brest-Lamballe). Elle illustrait ainsi le risque d’une « banane » Quimper-Lorient-Vannes-St Nazaire-Nantes-Rennes- St Malo, laissant Brest le Centre Bretagne et les Côtes d’Armor en souffrance.

    On peut y réfléchir sans crier immédiatement à la trahison…

  3. Assez désespérant tout ça. La langue, les frontières, les affronts divers et variés faits à notre peuple… normal que nous ne voulons plus faire partie de ce pays mauvais.

  4. C’est logique.
    Quand tous les arguments contre la réunification de la Bretagne se voient un à un démentis, les opposants à la réunification en inventent de nouveaux. C’est ce que l’on appelle de la mauvaise foi.
    Qu’importe que ces arguments soient saugrenus, du moment qu’ils existent. A quand celui concernant les toits en tuile des maisons dans le Sud de la Loire-Atlantique qui « démontrent » un caractère non-breton?
    etc…
    Selon l’adage, critiquez, critiquez, mais si cela est faux, il est restera toujours quelque chose…
    Pathétique et ce sont ces gens là (nos « élus ») qui osent nous donner des leçons …

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.