Partager :

" /> Une TV pour la Bretagne: le Conseil régional au pied du mur. - 7seizh.info

Une TV pour la Bretagne: le Conseil régional au pied du mur.

Soutenez 7seizh par Paypal

S’il est un projet en Bretagne que l’on pourrait qualifier de « serpent de mer », c’est bien celui de la création d’une véritable télévision couvrant les 5 départements bretons.

Constatant les limites des décrochages de France 3 sous le nom de France 3 Bretagne et de France 3 Ouest, la demande s’est faite petit à petit de plus en plus pressante, la comparaison notamment avec les autres pays celtiques soulignant le quasi-désert médiatique breton.

Evoqué à moult reprises depuis 30 ans, faisant l’objet de colloques, débats et rencontres à n’en plus finir, d’actions diverses allant de la manifestation au refus de payer la redevance, ce projet d’une télévision pour la Bretagne est resté dans les cartons sans que rien ne se passe pendant des années.

Il y eut un frémissement lors de la première campagne de Jean-Yves Le Drian pour les élections régionales de 1998 où l’on crut comprendre que la création d’une telle TV faisait partie de ses intentions.

 

Un paysage audiovisuel breton fragmenté.

En 2000, divine surprise, une tv bretonne privée était lancée à Lorient sous la houlette de Patrick Le Lay et de Rozenn Milin et avec le soutien de Jean-Yves Le Drian. Sous l’impulsion de Rozenn Milin, TV Breizh se présente comme une déclinaison bretonne de la chaîne galloise S4C. Après des débuts prometteurs de 2000 à 2003 et ceci malgré les critiques habituelles des râleurs de service, TV Breizh va petit à petit dégénérer en une chaîne à séries sans ancrage breton, du fait de problèmes financiers et de son impossibilité à être diffusée en hertzien.

Par ailleurs, des tvs locales se créent à partir de 1987 avec TV Rennes puis Tébéo, Ty Télé, TV Nantes, etc… Des choix différents sont faits par d’autres opérateurs qui se rabattent sur  internet comme Armor Tv ou plus tard Brezhoweb.

Tébéo

Les télévisions locales, LA solution ?

Face à cette situation, Sylvie Robert, vice-présidente du Conseil régional, décide de privilégier les télévisions privées locales en créant une unité de production régionale regroupant Tébéo, Ty Télé et TV Rennes, financée principalement par le Conseil régional, dans le but de pousser aux co-productions et à la couverture en commun d’évènements ainsi qu’à la création de programmes en langue bretonne. Le résultat est resté très modeste. Ce choix délibéré de Sylvie Robert, devenue depuis présidente de TV Rennes, a eu aussi pour conséquence de mettre sous le boisseau toute discussion sur la création éventuelle d’une TV publique régionale pendant plusieurs années.

 

Des exemples probants.

Et pendant ce temps-là, de nouvelles chaînes apparaissent en Irlande avec TG4 (1996) ou en Ecosse avec BBC Alba (2008) ou bien encore Via Stella (Corse) (2006). Ces différentes créations alimentent les réflexions en Bretagne et apportent des exemples probants pour les tenants de la création d’une TV pour la Bretagne.

BBC Alba

Curieusement, une partie du petit monde de l’audiovisuel breton semble prendre ombrage de ces exemples et met en avant la diffusion numérique ou le manque de programmes pour expliquer de façon assez tarabiscotée qu’une TV genre BBC Alba ou Via Stella est dépassée et inutile en Bretagne. Argument assez curieux dans la mesure où, si l’on prend BBC Alba, il s’agit d’un concept global comprenant une chaîne TV diffusée gratuitement en hertzien, une chaîne de radio et un site internet.

Ainsi il serait assez étrange que la Bretagne soit la seule région européenne qui n’aurait pas l’utilité d’une chaîne publique diffusant sur l’ensemble de son territoire…… A croire que les intérêts de certains les poussent à refuser ce nouveau media dans la crainte de voir s’amenuiser subventions et  marchés publicitaires….. Sans parler bien entendu des jacobins de service plus prompts à mettre en avant les initiatives « locales » qu’un projet véritablement régional.

Via Stella

Enfin, le réveil des politiques ou… de certains politiques.

L’état des lieux notamment linguistique devenant de plus en plus sombre, de nouveaux élus de la majorité du Conseil régional, comme Jean-Michel Le Boulanger ou Lena Louarn, appuyés en cela par les élus UDB comme Christian Guyonvarc’h (voir à ce sujet, le numéro de décembre 2012 du “Peuple Breton”), constatent l’urgence de mettre en place de nouveaux outils pour éviter, selon la désormais célèbre formule de JM Le Boulanger, que « la Bretagne en 2032 ne se résume à un autocollant sur l’arrière des voitures ». Or parmi ces outils, l’audiovisuel est incontournable tant économiquement que culturellement ou linguistiquement.

C’est ainsi que le Conseil régional a émis un vœu, il y a quelques semaines, pour qu’une discussion s’ouvre avec France 3 sur l’éventualité de la mise en place d’une chaîne régionale sur le modèle de Via Stella ; c’est ainsi que sous l’impulsion de Paul Molac, nouveau député de Ploërmel et ancien président du Conseil Culturel de Bretagne, 24 parlementaires des 5 départements bretons ont sollicité la ministre de la culture, Aurore Filipetti, pour la mise en place d’une telle chaîne.

 

3 options pour le Conseil régional

Les réflexions et les consultations du monde de l’audiovisuel progressant au sein du Conseil régional, 3 options se présentent désormais pour les élus régionaux (soit dit en passant quelle part la Loire-Atlantique joue-t-elle dans cette réflexion …. ?) :

–        Celle présentée par les télévisions locales privées prônant une coopération renforcée entre elles sous l’appellation de TéléS Bretagne.

Grosso-modo, il s’agirait de conforter la collaboration et la co-production entre les télévisions locales en dégageant des plages horaires communes.

Pourquoi pas ? Mais le modèle économique des ces chaînes reste très fragile limitant fortement toute ambition. L’unité régionale de production est d’ailleurs entièrement financée par le Conseil régional. En ce qui concerne le contenu, il y a très peu de créations et les quelques programmes en breton sont eux aussi entièrement financés par la Région. Sans parler de l’impact qui reste marginal par rapport à France 3. La Loire-Atlantique est totalement absente de ce projet. En revanche, une collaboration ou une complémentarité avec France 3 est évoquée.

Il y a très certainement la place pour un réseau de TVs locales privées en Bretagne mais cela ne répond pas à la demande d’un vrai service public de l’audiovisuel sur les 5 départements. Ce pourrait être en fait un projet complémentaire.

 

–        Celle présentée par Films en Bretagne axée sur la diffusion internet

Cet organisme de  promotion de l’audiovisuel en Bretagne propose la création d’un site internet pour la diffusion et la rediffusion de programmes produits par les différentes tvs

On peut s’interroger sur la légalité et l’économie de cette proposition : quid des droits ? De plus, les TVs qu’elles soient locales ou France 3, sont en train de développer leur présence sur le net. Par ailleurs aucune place particulière n’est donnée aux langues de Bretagne.

Enfin, un tel site ne sera jamais considéré comme une TV par la très grande majorité de la population. Cette option est celle d’un portail ou d’une plateforme numérique qui aurait son utilité mais qui, là non plus, ne répond pas aux besoins d’une tv régionale publique.

 

–        Celle présentée par France 3 Bretagne

Il s’agirait de la mise en place d’une Via Stella bretonne sur la TNT avec du contenu produit par France 3 Bretagne et des co-productions avec les TVs locales bretonnes, accompagnée d’une montée en puissance de la présence sur internet.

L’outil France 3 est déjà présent et très connu des spectateurs et sa capacité de production est sous-utilisée. Là réside sans doute la meilleure chance de développer une véritable chaîne régionale publique.

Se pose bien évidemment la question de son financement : des pistes ont été évoquées notamment dans le courrier de Paul Molac qui a noté que la création d’une chaîne comparable par exemple à BBC Alba coûterait moins cher que le fonctionnement actuel de France 3 Ouest et ne représentait qu’une portion mineure (26 millions d’Euros) sur la totalité de la redevance payée par les Bretons (125 millions d’Euros).Pour être tout à fait précis, selon le document de France 3, le coût de France 3 Bretagne ( et non plus Ouest) serait d’un peu moins de 18 millions d’Euros. A priori, le ministère en charge de l’audiovisuel à Paris est tout sauf enthousiaste à l’idée de rétrocéder une partie du montant de la redevance collectée en Bretagne….. France 3 Bretagne

Par ailleurs, France 3 manque de clarté concernant la place des langues de Bretagne dans ce projet, indiquant que ça dépendrait de ce que financerait le Conseil régional, ce qui est difficilement acceptable. Le deal doit être global et le cahier des charges comprendre dès la création une place définie pour les émissions en langues de Bretagne. Sans parler de la question de la Loire-Atlantique qui n’est pas clairement traitée.

Enfin et ceci n’est pas le plus petit obstacle, une partie non négligeable des élus régionaux craint que la création d’une telle chaîne ne fasse de l’ombre aux tvs privées locales que le Conseil régional finance par ailleurs. Sans parler de l’hostilité sous-jacente des deux mastodontes de la presse bretonne, Le Télégramme et Ouest-France, qui n’ont guère envie de partager le gâteau publicitaire.

 

Mais c’est sans aucun doute l’option la plus réaliste pour obtenir la TV attendue depuis si longtemps.

 

D’où la nécessité de se mobiliser le 9 février

Rozenn Milin se plaisait à rapporter les propos de Patrick Devedjian, alors ministre ; ” les Bretons souhaitent une télévision….. Qu’ils fassent du bruit et ils l’obtiendront !”. Paris ( la direction de France 3, le ministère de la culture) ne lâchera pas une partie de sa redevance juste pour nous faire plaisir. C’est notre mobilisation sur le sujet qui peut motiver les élus bretons et les pousser à se mouiller pour obtenir, arracher plutôt, cette tv bretonne.

Le samedi 9 février, à 15h, se tiendront des manifestations pour une télévision pour la Bretagne devant les locaux de France 3 à Rennes, à Nantes et à Brest . Il est important d’y participer nombreux car France 3 et le Conseil régional doivent comprendre qu’il y a une véritable attente pour un projet ambitieux à la hauteur d’un pays de 4,5 millions d’habitants.

 

Le Conseil régional est au pied du mur : c’est à lui de faire pression sur le gouvernement pour obtenir cette chaîne. C’est à chacun d’entre nous de lui faire comprendre l’urgence et l’importance de cette création pour l’avenir économique, culturel, linguistique de la Bretagne.

 

skritell_skinwel_fr

 

 

A propos de l'auteur

- Lorientais, Breton, Européen, curieux du monde, de ses cultures, engagé pour la démocratie , la construction d'une Europe fédérale, l'émancipation de la Bretagne pour lui redonner toute sa place au sein des nations européennes..... Voilà, n'hésitez pas à commenter, à critiquer, à applaudir, à suggérer ! Voir aussi mon blog http://www.tanwezhen.bzh/

Visualiser 10 Comments
Ce que vous en pensez
  1. Yann Berthou dit :

    Très bonne analyse de Jacque-Yves Le Touze qui cependant se trompe un peu sur la situation à l’intérieur du Conseil régional. Lena Louarn et JM Le Boulanger ne semblent pas du tout être sur la même longueur d’onde sur ce dossier puisqu’il est de notoriété publique que JM Le Boulanger et le service culture sont fermement opposés à la mise en place d’une Via Stella bretonne (d’où cette proposition fumiste de “plateforme numérique” qui bernera tous ceux qui voudront bien s’y laisser prendre). Curieux comment l’Emsav se laisse toujours berner par celui qui lui dispense les discours qu’il souhaite entendre du style “toutes les cultures se valent” mais qui ne regarde jamais quelles véritables politiques sont menées par les services derrière les discours. L’éloquence mis à part, quelle différence entre la politique de JM Le Boulanger et celle de Sylvie Robert ?

    • Jacques-Yves Le Touze dit :

      Merci pour votre commentaire. En fait ce que j’indiquais , c’était que les deux élus en question étaient parmi ceux qui se rendaient compte qu’il fallait faire quelque chose dans ce domaine. Que leur position respective diverge, c’est possible mais au moins ils font partie des élus régionaux qui veulent faire quelque chose. Ce n’est pas le cas de tous leurs collègues.

  2. 8Eizh dit :

    Interdit de parler breton, de cracher par terre et de regarder la télé en breton à Rennes, d’après le 1er commentaire ? Fidemdoue ! En complément du commentaire de Reun que je partage, on peut se demander si certains ne pensent pas à interdire aux Trégorrois vivants en pays Pourlet de parler breton, et ainsi de suite pour chaque micro-pays, au nom du respect des terroirs ?

    A l’heure du tout numérique et de l’internet, il est particulièrement rétrograde de vouloir circonscrire la langue bretonne encore et toujours à la Basse-Bretagne ou à ses terroirs. C’est la Bretagne de Flaubert, avec sa moitié étrange de baragouineurs, où la langue est destinée à vivoter à tout jamais dans son “lagenn” social, et ses multiples parlers paroissiaux, jusqu’à la disparition du dernier des paysans bretonnants.

    Les détracteurs d’une TV bretonnante pour toute la Bretagne réclament-ils la suppression immédiate des 20 chaines de la TNT en Basse-Bretagne qui déversent leurs émissions pitoyables 24h/24h… en français ? Ainsi que l’instauration de programmes uniquement en breton à leur place ? Non, bien entendu. Pipeau.

    Une TV breton-gallo pour tous les Bretons afin de contrebalancer, un peu, l’omniprésence médiatique du français depuis des décennies est la meilleure option, pour le breton comme pour le gallo. La ficelle qui consiste à opposer encore les uns aux autres est devenue trop grosse. Elle ne sert qu’à faire diversion pour surtout ne rien faire. Soñjoù “kaer” a vez klevet re alies diwar-benn ar brezhoneg hag ar gallo gant tud n’int ket evit ober gant hini ebet anezho.

    Il est enfin bien difficile de comprendre que certains prônent à la foi la diversité, l’ouverture aux cultures du Monde et à leurs rencontres, et le retour des frontières en Bretagne. Réveillons-nous, nous sommes en 2013 !

    Pour finir, l’exemple de la TV Corse, greffée sur France 3 et son expérience (en matière d’informations au contact de la population notamment, via France 3 Iroise), me semble la meilleure option, afin d’assurer la production d’émissions en breton ou en gallo.

  3. Reun dit :

    A l’appui du commentaire de Jean L, je ne peux que confirmer que les locuteurs en bretons sont aussi dispersés en Haute Bretagne qu’en Basse Bretagne et plus particulièrement si on devait comparer Rennes et “Brest même”, celle ci cultivant traditionnellement sa spécificité française.

    Dans notre XXIème siècle, le breton ne se diffuse que par l’école et que par les média. La TV est un outil formidable pour sortir la langue bretonne d’un ghetto de fait dans lequel certains aimeraient l’y maintenir sous des prétextes difficilement défendables. Au phénomène de dispersion s’est ajouté celui de l’acquisition du breton par des adultes non originaires de Bretagne. Ceux qui fréquentent les cours ou les groupes de discussion en Pays Pourlet (Bod kelenn, Kafe Bara Amonenn etc …) peuvent témoigner que ce sont souvent des nouveaux arrivants (Parisiens, Normands, Belges, Chtis, Brittaniques etc …) les plus assidus et demandeurs d’une meilleure visibilité. Ce qui est vrai en Bretagne centrale l’est tout autant dans les grandes villes comme Rennes et Nantes.

    Cette séparation entre Haute et Basse Bretagne est complètement dépassée mais ne sert qu’à donner une excuse à la paresse. Combien de fois n’a t-on entendu des natifs de Haute Bretagne (mais aussi de Basse) justifier leur méconnaissance du breton en invoquant le fait qu’on ne leur a pas appris là où ils furent nés. Comme si cette langue était donnée au bébé à la sortie du ventre de sa maman, ce phénomène n’existant bien évidemment que pour le breton. Le ridicule atteint son maximum quand cette excuse est débitée devant quelqu’un qui lui, fait cet effort d’apprentissage alors qu’il n’est pas Breton.

  4. Jean L dit :

    M Thenadey, nous ne sommes plus au XIXème siècle ni au XXème siècle, la frontière linguistique appartient à l’histoire…Actuellement il y a plus de brittophones à Rennes qu’à Vannes…On ne peut plus se baser sur de telles frontières géographiques pour mener une politique audiovisuelle. D’ailleurs la Bretagne n’est pas la seule dans ce cas. La chaîne en gaélique BBC Alba est diffusée sur l’ensemble du territoire écossais et non uniquement dans les Highlands…C’est donc un mauvais procès. Au lieu de critiquer, faites !
    La Bretagne a toujours été multilingue et c’est ce qui fait l’identité bretonne. Si jamais il y a une TV pour la Bretagne, elle reflétera cela, je suppose.
    Pour le reste, rien ne vous empêche d’aller à la manif du 9 février à Rennes avec une pancarte “Le gallo à la TV” comme je l’ai vu le 10 mars dernier à Quimper….C’est aussi comme ça qu’on fait avancer le dossier . pas la peine de cracher sur ceux qui font quelque chose.

    Pour terminer, il serait temps que vous redécouvriez la Bretagne qui est devenue une terre urbaine et francophone. La Bretagne de papa, c’est terminé.

    • Pêrig Losteg dit :

      Et puis, il y a cet argument de bon sens simple: celui qui veut regarder regarde, et celui qui ne veut pas ne regarde pas. Personne n’impose rien à personne. Moi, je suis pour une chaîne monolingue bretonne qui diffuserait sur toute l’Europe. Il y a des brittophones au Royaume-Uni et en Allemagne et c’est la seule langue celtique ayant survécu sur le continent…

      Ya, il nous faut des chaînes de radio exclusivement brittophones qui couvrent toute la Bretagne, des télés, des journaux…Représentant toutes les tendance politiques, toutes les croyances, allant du très sérieux à la LCP jusqu’au film de boules à la Dorcel.

  5. Thenadey Daniel dit :

    Une TV bilingue français- BRETON,sur tout le territoire: une belle connerie! méprisante pour plus de la moitié de la population qui ne parle pas cette langue.Que diraient les bretonnants si les gallos voulaient faire une TV français-gallo sur toute la Bretagne et manifestaient à Brest? Qu’on le veuille ou non !, la Bretagne est double et n’a pas la cohérence linguistique de le Corse. il n’y a pas«d’identité bretonne» mais des identités: gallèse, bretonnante, française,..et des identités, des cultures populaires traditionnelles complètement différentes selon les «Pays», le Pays de Dinan n’est pas le Coglais , qui n’est pas le Trégor etc …etc.. et c’est tant mieux.Par contre, oui à une Tv bilingue Français-breton en basse-bretagne, là où elle a un sens, oui même à une TV entièrement en “brezhoneg” en Pays breton. Oui,à une TV bilingue français-gallo en Haute Bretagne .Oui, à une vraie TV régionale prenant en compte les identités propres de chaque «pays»: bretonnes, gallèses ou autres…cela donnerait un sérieux coup de pouce à la création artistique, entre autres. On ne peut défendre une langue si on méprise celle de son propre voisin, on ne peut revendiquer le respect de la diversité dans l’hexagone si on la nie dans sa propre région!!Halte à l’expansionnisme breizhoù!
    L’identitaire, c’est comme une huître, c’est bon… à condition de l’ouvrir!

    • alain poriel dit :

      heu ! je croyais qu’il était question de langue en “grand danger” dixit l’Unesco et non pas de vilain impérialistes bretons, on en apprends tous les jours, les tenants de la culture bretonne des identitaires ??? Au vu de la production culturelle bretonne ça ma l’air plutot ouvert et fraternel,y a pire au niveau du repli “identitaire”

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.