Morbihan : le sénateur Joël Labbé présente son bilan

0
8

L’opération a le mérite d’apporter de la transparence à la vie politique : le sénateur du Morbihan Joël Labbé a présenté son bilan par courrier aux “forces vives” de sa circonscription. Le maire de Saint-Nolff qui a rejoint les bancs du groupe écologiste au sénat depuis octobre 2011, détaille ainsi son action en plusieurs grands thèmes : agriculture, mer & littoral, logement, international et actualités.

Dans le volet agriculture on retiendra notamment l’action du fan de rock devenu sénateur dans des domaines aussi divers que les pesticides, l’agro-carburants, le logement social, l’accession sociale à la propriété, la lutte contre la spéculation immobilière,… Ce dernier thème étant d’ailleurs un problème majeur dans sa circonscription.

Au débit de Joël Labbé, on peut s’étonner de la tiédeur de ses propos concernant la réforme territoriale. En effet, seul l’aspect “technique” électoral (proportionnelle, statut de l’élu) semble intéresser le sénateur Labbé alors que les “états généraux de la démocratie territoriale” mentionnés dans le document auraient pu être l’occasion, pour un élu breton, de mettre en avant la nécessaire autonomie de la Bretagne et sa réunification administrative. Rappelons que ces thèmes sont des points forts du programme…. d’Europe Ecologie Les Verts censément.

On relèvera, de surcroît, que le sénateur du Morbihan n’aura pas mis un seul mot de breton ou de gallo dans ses documents. Pour quelqu’un se disant “ancré dans la réalité locale” morbihannaise cet oubli laisse dubitatif. Pas très rock n’ roll en tout cas.

Au chapitre des surprises, on retiendra également l’accent mis sur la transparence en matière de destination des fonds de la réserve parlementaire. En effet, le citoyen-contribuable le sait peu mais les parlementaires, députés ou sénateurs, disposent chacun d’un “fonds de réserve” pour alimenter leurs “bonnes oeuvres” dans leur circonscription respective. Décrit souvent comme un moyen de clientélisme, la réserve parlementaire souffre d’une certaine “opacité” selon les mots mêmes de Joël Labbé.

Les morbihannais apprendront donc que pour l’année 2012, Joël Labbé a bénéficié d’un montant total de 120 000 Euros qu’il a réparti comme suit :

18 000 euros pour le pot commun du groupe écologiste au sénat afin de soutenir des associations diverses : Inf’OGM, Mouvement National des Chômeurs et Précaires, Droit au Logement, etc…

60 000 euros pour “accompagner 6 associations locales dans leurs projets” : Festival international du film insulaire, Envol 56, les pupilles de l’enseignement public du Morbihan, la fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique, l’accompagnement social et culturel pour l’échange et l’amitié entre les peuples et Sitala Lillin’ba, une association d’aide aux jeunes burkinabés.

52 000 euros d’aide concrète aux communes : construction d’un boulodrome aux panneaux photovoltaïques à Sulniac, aménagement du coeur de bourg de Locmaria-Grandchamp et construction du siège de la communauté de communes du pays de Questembert (!)

Une politique de transparence assez inédite, notamment au sénat. Les électeurs pourront ainsi juger de la pertinence des choix du sénateur-maire rock n’ roll de Saint-Nolff/Senolf.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.