Gallo : L’éditorial du conseil régional que vous n’avez pas lu

4
11

Chaque foyer de Bretagne administrative (sans la Loire-Atlantique) vient de recevoir “Bretagne ensemble/Breizh a-gevret” le magazine du conseil régional de Bretagne. Bien que celui-ci annonce régulièrement une politique volontariste en faveur du breton et du gallo, les deux langues de Bretagne, il n’y a toujours aucune trace de gallo dans son magazine.

Chaque mois, l’éditorial du président Pierrick Massiot est bilingue breton-français. Or la page contenant cet éditorial est loin d’être remplie, pour aider le conseil régional à mettre ses actes en accord avec ses paroles, 7Seizh a refait la page 3 de “Bretagne ensemble/Breizh a-gevret” en y incluant l’éditorial en gallo.

Notons que le fait de mettre le gallo sur cette page  ne coûterait pas un centime au contribuable et n’affecterait en rien le confort de lecture. Gn’a ti core des debllâmes pour ne point mussae de galo dens la gazette, perzident Massiot ?

editoconseilregional

Qheule Bertaigne demaen ?

Le monde faet son tour e les chanjeriys s’erivent maen-su-maen. Astoure, gn’a eune monvaeze pâsséy. Yelle-ci rend cazuêl note economiy e endigne sez terjiets istoriqes. E la Bertaigne ne gaegne point le haot. Ben de maïtië, note contréy a des vra bons meyens e ol ét core yune en-mêle les pus atirantes de France. Son nombe de jençes creû ben pu fo come la meyenne naçionale les diz daraenes anéys-ilë e le creû-la ét pour d’yéte la continue diq’a 2040. En 2013, a sour fin qé de parae les temps a viende, la Contréy id’ra és ciunes e és ciuns qi advaillent de la nouviaotë, qi metent nos terouérs a s’emouvë, qi font oui la voué de la Bertaigne de l’aote bout de nos separts. Astoure-ci qé le rôle des contréys ét pour yete renforci o la perchaene berouéy de deçentralizaçion, j’alons ressieude d’o la tenantize de terouér qi faet la filomiy e l’atiranceriy de la Bertaigne, yelle qé je c’naessons tertout e qi a de pardurae de méme.

4 COMMENTS

  1. l’affirmative action pour les gallophones ?
    qu’ils se prennent d’abord en main pour organiser la défense de leur “langue” avant de scroinger et demander des subventions…

    • La norme littéraire du gallo est le français de l’Académie. De fait, l’éditorial est déjà en langue d’oïl. La réclamation de 7seizh équivaut à vouloir faire un édito différent en vannetais aussi, avec la norme du diocèse de Vannes, un en trégorrois, un en léonard. C’est ridicule !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.