Hervé Jaouen l’autonomiste

24
9

L’écrivain Hervé Jaouen dans le dernier numéro de “Bretons” déclare : “Ma Bretagne rêvée est une Bretagne en quadrichromie : plus verte que rose, avec une dominante noire et blanc. Une Bretagne qui dispose d’une certaine autonomie, à l’instar de l’Ecosse et du Pays de Galles. Où les enfants seraient tous initiés au breton dès la petite école. A quand un tournoi des 7 nations ? Un Bretagne-Irlande au stade de Rennes ?”

 

24 COMMENTS

  1. Rêver… c’est nécessaire, à condition de mettre aussi les mains dans le cambouis. Il y a eu d’autres, un autre en particulier, qui a “eu un rêve”, mais il ne s’est pas contenté de le dire. Il a lutté, oui, mais il a aussi élaboré, il a projeté, il a inventé et jeté les bases, en dur, en plus que dur pour l’avoir payé de sa vie, de ce rêve devenu réalité.
    Rêver et dire qu’on rêve – je le fais tous les jours et tout le monde s’en tape, avec raison –, ça ne mange pas le pain noir.

  2. sans parler de tout ça : un tournoi des 7 nations ? La Bretagne n’a pas le niveau en rugby pour participer à un tournoi de niveau aussi élevé.

    oser la prétention de rivaliser avec le Pays de galles, l’Irlande voire l’Italie est quand meme d’une présomption purement fantasmagorique.(ah oui c’est Bretagne rếvée)

    le rugby n’est pas un sport breton à part de rares exceptions (Trignac, Saint-Nazaire, Vannes).

    et puis pourquoi la France autoriserait ce qu’elle interdit en Football ?
    qu’une partie de son territoire fasse sécession même en sport, pfff impossible

    j’ai envie dire à Jaouen, on vous demande de rêver et vous rêvez d’une “certaine autonomie”!!!!
    la rigolade , c’est un rếve autant rêver d’indépendance.

    ça me fait penser à un ami à moi quand je lui demandais, imagine que tu gagnes au loto et il me sort “alors si je gagne 100 000 euros” !!!

    mais merde on vous demande de rêver, rêver en grand !

    Si les Bretons rêvent petit, dans la réalité ça donne ce qu’on voit tous les jours : Rien.

  3. Tout est réel dans ses livres..L’amour de la Bretagne,l’amour des paysages et des lacs irlandais,la pêche,le combat des syndicalistes dans les banques,les légendes du centre Bretagne..Gardons ceux qui nous font imaginer une autre Bretagne sans y voir des changements peu probables avec les classes politiques qui nous bernent depuis de nombreuses élections…Et si rêver,cela permettrait seulement d’espérer,cela serait un bon début pour une prise de conscience collective des lendemains qui ne seront certainement ni blancs ni noirs.

  4. à Leon Paul CRETON
    si vous avez d’autres solutions miraculeuses, il faudrait le faire savoir à tous !
    L’Ecosse va s’en sortir grace a un parti et à des militants , dont certains très connus et qui ont eu le courage d’aller jusqu’au bout de leur pensée : en Bretagne ce n’est pas le cas !

    • Iffig, je pense et parle de ce qui s’est passé et se passe en Bretagne, sans aucune variante ni aucun résultat, depuis des décennies et des décennies. Et comme je suis sur cette terre bretonne depuis des décennies, je m’octroie le droit absolu d’exprimer mon opinion de Breton, de petit militant durant un temps, et d’observateur depuis presque toujours !
      Tous les partis qui se disent dévoués à la cause bretonne ont échoué ! Totalement ! Le P.B étant tout récent n’est pas pour l’instant inclus dans le bouquet…
      Nous pouvons palper les résultats de cinquante années de rigolade idéologique et électoraliste, qui pour moi les disqualifient ! Pire, je l’avoue même, je pense même qu’il y a eu de véritables trahisons…

      L’Écosse elle, est en Écosse ! Et à donc une Histoire écossaise en concurrence et dépendance de l’Histoire de la Grande Bretagne. Leurs partis ne sont pas les nôtres et quant au « courage d’aller jusqu’au bout de leur pensée », nous verrons (dans dix ? Vingt ? Trente ans ? Jamais ?) où se situe le bout, et de quoi il sera fait… Et comment elle « s’en sortira » cette Écosse…

      Non ! JE-TU-IL/ELLE n’a pas de solution « miraculeuses » ! NOUS-VOUS-ILS/ELLES représentent ensemble une force importante. Quelque chose comme une union de Bretagne réunie, Breizh Impact et de KAD _que les groupuscules-partis suivent ou non !_ qui proposerait une constitution de base. Une étude et une politique économique de base. Une politique culturelle pour la Bretagne en mettant à plat le champ culturel breton d’Ouessant à Montaigu. Faite marcher votre imagination je suis sur que vous en avez.

      Bref qui brandirait de la dé-ter-mi-na-tion collective, les escarmouches individuelles et groupusculaires étant sans aucun effet. Pendant combien d’années, de décennies pour finir par vous convaincre, pas vous seulement ? Si cela se peut.

  5. encore très bien , mais ce sera possible lorsque toutes ces déclarations seront suivies par une adhésion à un parti qui défend les intérets de la Bretagne sans compromission.
    Sinon ce n’est que du rêve !

    • S’il suffisait d’adhérer à un parti! Il n’y en a aucun de démocratique. Et les militants, quels que soient les partis, se font les adorateurs et bons soutiens de leurs petits chefs de tendance…
      Au fond ce “truc” là, ça n’est au service que de quelques filous malins…

  6. Les phrases concises, justes, simples sont toujours plus percutantes que les discours sans fin. Gourc’hemennoù Herve Jaouen. Aujourd’hui, les Bretons sont de plus en plus conscients que “le système” ne leurs laisse aucune place, aucune respiration, aucune autonomie.

  7. @ Jakez
    Effectivement il faut lutter , mais la première des luttes est idéologique, et plus il y aura de personnalités et d’intellectuels pour rêver une Bretagne libre et fière d’elle-même, et plus la domination jacobine se dévoilera sous son vrai jour, et nous serons alors proche de la libération réelle: Ce qui nous manque à notre époque c’est l’utopie, en face d’un acharnement médiatique qui rabache qu’il n’y a pas d’autres alternatives.
    Deomp ni da grouiñ hon dazont met n’eo ket fall ijinañ an dazont-se da gentañ…

  8. Tout à fait d’accord, avec le commentaire ci-dessus. La lutte est inéluctable si l’on veut un jour que notre Bretagne puisse être vue comme une nation à part entière, ouverte sur le monde et riche de son histoire et de sa culture.

    • Étonnant de citer Rennes la capitale française de la Bretagne et non Nantes capitale de la souveraineté bretonne si on se dit de tendance autonomiste ? et de plus qu’en on est de Kemper qui a des liens beaucoup forts depuis des siècles avec sa grande soeur du sud, Naoned.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.