Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Autonomie/Indépendance Les députés Front de Gauche se battent pour les indépendantistes….kurdes

Les députés Front de Gauche se battent pour les indépendantistes….kurdes

Cet article est tiré du site d’information kurde actukurde.fr avec qui 7Seizh a un accord de partenariat.

« Le débat à la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale sur l’accord anti-kurdes signé entre Paris et Ankara est annulé, après une intense campagne de sensibilisation.

La commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale devait examiner mardi 26 février le projet de loi sur la coopération dans le domaine de la sécurité intérieure entre les deux pays. Il s’agit d’un accord qui permet aux forces de sécurité turques et françaises de mener une lutte commune sur le terrain contre les militants de la cause kurde. Signé à Ankara le 7 octobre 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, ce projet a été soumis au parlement, le 1er aout 2012,  par le gouvernement socialiste. 

« Nous avions appelé ce projet de coopération le projet ‘anti-kurdes’. Depuis la signature de cet accord, nous n’avons eu de cesse d’informer, de débattre et ces derniers jours toutes les associations rassemblées dans la coordination de solidarité avec le Kurdistan ont déployé une énergie fantastique pour recueillir 5000 signatures à l’adresse des députés  ‘Ne votez pas ce projet de loi’. Nos députés du Front de Gauche ont été super-réactifs… Alors, la bonne nouvelle est que cette réunion est officiellement annulée. Pas de discussion sur cet accord. » a déclaré Sylvie Jan, responsable nationale du Réseau PCF Solidarité Kurdistan.

Parallèlement à la campagne de pétitions lancée par le Parti Communiste Français (PCF), une autre campagne « Non aux accords de coopération policière franco-turque » a été menée sur Avaaz.org, à l’initiative d’André Métayer, président des Amitiés Kurdes de Bretagne. En deux jours, près de 5 000 signatures ont été rassemblées sur le site.

« On ne lâche rien, parce que pendant ce temps le procès des 17 militants kurdes continue et nous avons appris hier qu’ils risquaient tous de la prison ferme » a dit Sylvie Jan.

Le 12 février 2013, dix-sept autres kurdes ont été arrêtés à Bordeaux et à Toulouse, au moment où le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius recevait à Paris son homologue turc, Ahmet Davutoglu.  Onze de ces kurdes ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », « financement du terrorisme » ou encore « tentatives d’extorsion », après avoir comparu devant un tribunal de Paris.  Parmi eux, sept ont été placés en détention provisoire et les quatre placés sous contrôle judiciaire.

En France, près de 250 kurdes ont été arrêtés depuis 2007 pour des motifs politiques, selon un décompte de l’ActuKurde.  Arrêté en octobre 2012, Adem Uzun, le membre du conseil exécutif du Congrès National du Kurdistan (KNK), basé à Bruxelles, est toujours en prison. Enfin, l’assassinat de trois militantes kurdes à Paris, le 9 janvier,  n’a toujours pas été élucidé.

« La France doit mettre ses accords économiques au service de la paix et non au renforcement de la répression des progressistes, ici et en Turquie. … On fait grandir la chaîne de sensibilisation, de conscience à conscience » a ajouté la responsable nationale du Réseau PCF Solidarité Kurdistan. »

Article d’origine :  http://actukurde.fr/actualites/444/le-debat-sur-laccord-anti-kurdes-annule.html

Les bretons, basques, corses, occitans, alsaciens choqués par le zèle jacobin du Front de Gauche dans l’actuel débat sur la décentralisation de l’état français apprécieront.

NO COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR