Charte européenne des langues : “un reniement inacceptable de F. Hollande” dit Kevre Breizh

13

Kevre Breizh (fédération des associations culturelles bretonnes) dénonce la reculade de François Hollande sur la modification de la Constitution pour ratifier la Charte européenne des langues régionales.

C’est donc sur un simple avis du Conseil d’État que François Hollande renonce à ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires qu’il s’est à maintes reprises engagé à faire ratifier, avant et après les élections, lui-même ou par la parole ou écrits de ses ministres ou conseillers. Claude Bartolone, le Président de l’Assemblée nationale s’y est engagé également par courrier du 8 février dernier.

Ce recul devant le Conseil d’État est particulièrement grave car quel que soit son avis, l’objectif de la modification de la Constitution est justement de dépasser les blocages du Conseil Constitutionnel ou du Conseil d’État.

Un tel reniement est inacceptable, sans qu’il soit question en aucune façon de contrainte financière, mais d’une question de sauvegarde de langues et de cultures qui ne doivent plus être interdites de cité, et de droits de l’homme, de droit à sa langue, de vivre ensemble dans la diversité et non l’uniformité comme vient de le rappeler le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

François Hollande perd ainsi toute crédibilité.

Dès maintenant, la mobilisation de tous ceux qui veulent continuer à vivre leurs langues et leurs cultures, en Bretagne et dans les autres régions de métropole et d’outre-mer s’impose.

Ar C’hadoriad / Le Président

Tangi Louarn

 

13 Commentaires

  1. Quand les Bretons auront compris qu’il faut pour notre survie culturelle, économique, linguistique, (etc..), tourner massivement et définitivement le dos à cette république bananière qui nous roule dans la farine depuis ses origines, c’est à dire ne plus voter pour un parti jacobin, de gauche comme de droite, nous aurons fait un grand pas vers notre libération nationale et notre dignité retrouvée!!!!!

  2. Da Bennkalet
    n’eus forzh peseurt liv politikel zo gant ar bolitikourien, politik ar yezh ne cheñch ket: ar velestradurezh eo a ren tout an traoù hag a ziviz da gas d’ar blotoù tout an esaeoù da cheñch tra pe dra e-keñver stad hor yezh…N’eus demokratelezh ebet ken aze, n’eus gwirioù ebet ken, ren an “absolutisme” eo hag a bad en desped da bep tra…

  3. Ca dure depuis 1981… L’aveuglement de quelques personnalités et organisations bretonnes qui appelaient implicitement à voter pour le candidat PS aux dernières présidentielles, sous prétexte d’une manifestation PS-friendly à Quimper, est patent, et leur discrédit est total.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.