Marine Le Pen, madame pinpin du « non à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie »

La classe politique française semble avoir un peu de retard à l’allumage mais le référendum sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie (ou « Kanaky ») doit, selon l’accord de Nouméa signé en 1998, être organisé entre « 2014 et 2018 ». Sur le caillou, les tractations vont bon train et les forces indépendantistes et loyalistes commencent à affuter leurs arguments.

Dans l’Hexagone, cependant, l’ensemble du personnel politique refuse de rentrer dans le débat. Seule Marine Le Pen a enclenché le débat en se plaçant comme championne des anti-indépendantistes. Rappelons que le Front National est depuis toujours sur une position anti-indépendantiste affirmée, l’ancien dauphin de Jean-Marie Le Pen, Jean-Pierre Stirbois s’était tué dans un accident de voiture en 1988 alors qu’il revenait d’une série de meetings contre l’indépendance en Nouvelle-Calédonie.

Marine Le Pen, devenue véritable madame Pinpin quand il s’agit de droits de peuples sans états, lutte également contre le conseil unique alsacien, proposition faisant pourtant consensus en Alsace. En Bretagne, on se souvient également de sa dénonciation de la signalisation bilingue français-breton sur les axes routiers et son opposition à toute avancée en matière d’autonomie Corse.

Reportage et interview de Marine Le Pen sur Nouvelle-Calédonie 1ère en date du 15 mars

2 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.