Luttes celtiques, les Bretons remettent leur titre en jeu au championnat d’Europe

Les championnats d’Europe de luttes celtiques se dérouleront à Reykjavik (Islande), du 25 au 27 avril, lors de la 29e rencontre internationale des luttes celtiques.

Les douze Fédération de Gourennations, membres de la fédération internationale des luttes celtiques (FILC), présenteront en compétitions leurs équipes masculines et féminines seniors (plus de 16 ans) aux championnats d’Europe de luttes celtiques. Une délégation d’une quinzaine de personnes, lutteurs et officiels, représentera chaque nation participante : Angleterre ; Autriche ; Bretagne ; Écosse ; Canaries, Cantabrie, Leoñ (Espagne) ; Irlande ; Islande ; Frieslan (Pays-Bas) ; Sardaigne ; Suède.

Deux styles de luttes, le gouren (lutte bretonne) et le back-hold (lutte écossaise), seront pratiqués lors des phases éliminatoires et en finales. En ouverture du championnat, la journée du 25 avril sera consacrée à une rencontre internationale de glima, la lutte traditionnelle pratiquée en Islande et dans les pays nordiques.

Le gouren
Originaire des pays celtiques, le gouren était un exercice très prisé des guerriers bretons. L’esprit chevaleresque de cette époque est conservé dans le serment prêté par les lutteurs avant chaque compétition.

« M’hen tou da c’houren gant lealded
Hep trubarderez na taol fall ebet
Evit ma enor ha hini ma bro
E testeni eus ma gwiriegez
Hag evit heul kiz vad ma zud koz
Kinnig a ran d’am c’henvreur ma dorn ha ma jod. »

« Je jure de lutter en toute loyauté
Sans traîtrise et sans brutalité
Pour mon honneur et celui de mon pays
En témoignage de ma sincérité
Et pour suivre la coutume de mes ancêtres
Je tends à mon émule ma main et ma joue. »

Le gouren s’est diffusé dans les campagnes et s’est pratiqué lors des fêtes, où la force et l’habilité étaient tenues en haute estime. Le Dr Charles Cotonnec a modernisé le gouren, en 1930, et a fondé la fédération des amis de la lutte et des sports athlétiques bretons (Falsab) chargée d’organiser et de codifier les luttes. Bodadeg-ar-Gouren est l’autorité officielle en charge du gouren sur le territoire français. Depuis 1988, la lutte bretonne est une option au baccalauréat.

Le back-hold
Pratiqué dans le nord de l’Angleterre et en Écosse, le back-hold trouve son origine dans des jeux qui opposaient au Moyen-âge des guerriers Scotts, Brittons et peut-être Vikings. Cette lutte, dont l’objectif est de faire tomber l’adversaire au sol sur n’importe quelle partie du corps, se pratique uniquement debout. Les lutteurs doivent enlacer le corps de leur adversaire avec les mains bloquées dans le dos. Chaque lutteur pose son menton sur l’épaule droite de son adversaire, puis s’accroche en mettant son bras gauche par-dessus le bras droit de son adversaire. Le premier à toucher le sol est déclaré perdant, sauf si l’adversaire a lâché les mains. Les brutalités sont interdites. Le vainqueur est le lutteur qui remporte trois manches.

Les équipes de Bretagne (France)

Entraîneurs
Benoît Foll, Jacques Guermont, Patrice Le Meur, Christian Salaün, entraîneurs, préparateurs et coachs des équipes championnes d’Europe seniors en 2007 et 2011, espoirs et féminines en 2008.

Les féminines ont remporté le championnat d’Europe en 2008. Les Espagnoles les ont détrônés en 2009.

Catégories féminines.
– 50 kg, Maëlle Nouvel (Brest), championne de Bretagne 2012, championne de Bretagne 2013 en back-hold.

– 56 kg, Frédérique Ménesguen (Brest), championne d’Europe (2007, 2008, 2009) en gouren et back-hold, championne de Bretagne 2013 en back-hold.

– 63 kg, Joëlle Le Bloas (Spézet), championne de Bretagne (2011, 2012) en gouren et back-hold, championne de Bretagne 2013 en back-hold.

– 70 kg, Anne-Charlotte Letiran (Saint-Brieuc), championne de Bretagne 2012, championne de Bretagne 2013 en back-hold.

– 80 kg, Tiphaine Le Gall (Le Faouët), championne de Bretagne 2013 en back-hold.

– 90 kg, Hélène Thomas (Le Faouët).

Champions d’Europe en titre, les Bretons tenteront de conserver leur couronne.

Catégories masculines.
– 62 kg, Erwan Tassel (Brest), champion d’Europe espoirs 2010, champion de Bretagne 2013 en back-hold.

– 68 kg, Ewen Salaün (Brest), champion d’Europe (2007, 2009), champion de Bretagne 2009, champion de Bretagne 2011 en back-hold, champion de Bretagne 2010, champion d’Europe 2011 en gouren et back-hold, champion de Bretagne 2013 en back-hold.

– 74 kg, Martin Maussion (Le Relecq-Kerhuon), champion d’Europe espoirs 2008 en gouren et back-hold, vice-champion d’Europe espoirs 2010, champion de Bretagne 2011 en gouren et back-hold, champion de Bretagne 2013 en back-hold.

– 81 kg, Mathieu Le Dour (Le Faouët), champion d’Europe (2007, 2009), champion de Bretagne (2009, 2010), champion de Bretagne 2011 en back-hold, champion d’Europe 2011 en gouren et back-hold, champion de Bretagne 2012 en gouren, champion de Bretagne 2013 en back-hold.

– 90 kg, Irwin Villette (Brest), champion de Bretagne (2009, 2011) en back-hold, champion d’Europe 2011 en back-hold, champion de Bretagne 2013 en back-hold.

– 100 kg, Florian Le Reste (Le Faouët), membre de l’équipe championne d’Europe espoirs en 2008, champion de Bretagne 2013 en back-hold.

+ 100 kg, Yann Pansard (Lamballe), champion de Bretagne par points en 2011 et 2012.

7 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.