Corse : Bastia’s burning

2

Après les affrontements de la veille qui s’étaient produits devant le commissariat de Bastia, où trois personnes étaient en garde à vue dans le cadre de l’attentat à la voiture bélier perpétré au début du mois d’Avril dernier contre la sous-préfecture de Corte, de nouveaux et violents se sont produits jeudi soir au même endroit avant de déborder dans le centre-ville.

Comme la veille un rassemblement était organisé devant le commissariat pour protester contre les iinterpellations et les gardes à vue opérées dans le cadre de l’attenta, le mois d’avril dernier, contre la sous-préfecture de Corte. Et comme la veille à la tombée de la nuit les incidents ont repris entre les forces de l’ordre et une partie des personnes rassemblées devant l’hôtel de Police.
Aux bombes agricoles ont rapidement succédé des grenades lacrymogènes déplaçant ainsi les belligérants vers la place Saint-Nicolas puis vers la place du marché où les affrontements se sont poursuivis. Au passage de la place Saint-Nicolas la succursale de la BNP a été la proie des flammes nécessitant l’intervention des sapeurs-pompiers.
Le calme est revenu peu après 23 heures alors que la libération des trois personnes en garde à vue était imminente.

Jean Zuccarelli condamne
Peu après les événements Jean Zuccarelli, conseiller municipal de Bastia et conseiller exécutif s’exprimait de la sorte dans un communiqué:
Je condamne avec indignation les actes de violence perpétrés cette nuit en centre-ville de Bastia, leurs auteurs et ceux qui les cautionnent. Ce sont des agissements inacceptables et intolérables que rien ne saurait justifier. J’apporte mon soutien à la BNP de Bastia et à son personnel dont les locaux ont été incendiés. Je dénonce vigoureusement les tentatives de dégradations sur les bâtiments publics. Une nouvelle fois, ce sont les Bastiais qui en subissent les conséquences”.

Article tiré du site d’informations corse corsenetinfos.fr avec qui 7Seizh a un accord de partenariat.

Article d’origine : http://www.corsenetinfos.fr/Bastia-Nouveaux-affrontements-dans-le-centre-ville_a3502.html

Par ailleurs, voici le texte intégral de la conférence de presse tenue par la Ghjunvetù Independantista (mouvement de jeunesse indépendantiste) suite à l’interpellation de plusieurs de ses membres par la police française : 

Recréée fin 2012, la Ghjuventù Indipendentista est aujourd’hui présente à Bastia pour tenir un point sur son actualité et par la même occasion officialiser son implantation sur la région bastiaise, après la Balagne, Portivechju, Sartè, Aiacciu, Corti et Capicorsu.

En quelques mois nous avons réussi la prouesse de devenir, avec plus d’une centaine de militants et des dizaines de sympathisants, le premier mouvement de jeunes en Corse. Les actions menées ont déjà été très nombreuses : tractages, occupations, affichages, prises de position, il ne s’est pas passée une quinzaine sans que la GI soit présente sur le terrain politique insulaire et notre présence a eu un impact positif sur la mobilisation de jeunes nationalistes dans toute l’île.

Notre calendrier pour les semaines à venir est plus que chargé 2 semaines après le vote à l’assemblée de la co-officialité de la langue corse, revendication de toujours de la LLN. Pour tous nos frères qui se sont battus, pour tous ceux qui sont tombés depuis 40 ans, c’est une récompense, et cela démontre que notre lutte a un sens. Mais sans illusion, nous savons d’ores et déjà que cette décision risque de s’écrouler sur l’écueil constitutionnel et que l’Etat français refusera, comme il l’a toujours fait, cette avancée significative pour notre île. Nous saurons trouver le moyen de la lui imposer.

Ce même Etat, d’un autre côté, applique une répression de tous les instants envers notre structure et ses militants : pas plus tard que vendredi soir, deux militants GI ont été mis en garde à vue parce qu’ils posaient des affiches à Bastia. Pendant que les dealers continuent tranquillement leur trafic, pendant que les assassins continuent de tuer, les forces de l’ordre, elles, se concentrent sur de dangereux poseurs d’affiches de la Ghjuventù Indipendentista. La situation est parlante et montre l’incohérence de la gestion des problèmes de la Corse par l’Etat français. Sur le plan de la répression toujours, le 26 juin s’ouvre à Bastia le procès de nos militants ayant occupé pacifiquement la souspréfecture de Corte. Ce procès injuste aux chefs d’accusation ridicules, qui pourraient se résumer au seul « délit d’opinion », démontre un acharnement sans faille de l’Etat sur nos militants. Nous annonçons dès à présent que nous en ferons un procès de rupture. La GI, le mouvement national, et la société corse dans son ensemble ne laisseront pas de jeunes militants se faire condamner pour des faits inexistants sans réagir. C’est pour cette raison que nous appelons au rassemblement devant et dans le Palais de Justice le jour du procès.

FRANCIA, NOSTRA RESISTENZA SERÀ SEMPRE PIÙ FORTE CHI A TO RIPPRESSIONE

Notre mobilisation reste à la hauteur des enjeux politiques du moment en Corse : Tout d’abord concernant le foncier avec la fin des arrêtés Miot qui continue à déposséder le peuple corse de sa terre : cette revendication est loin d’être passée à la trappe et nous nous battrons jusqu’au bout pour la faire valoir. La décorsisation des emplois qui condamne les nôtres au chômage ou à l’exil, remplacés par des centaines de colons chaque année par la volonté politique de l’Etat jacobin, est aussi l’une de nos préoccupations principales, tout comme la défense de notre patrimoine historique et culturel.

Dans ce sens, de très nombreuses actions sont prévues dans les semaines à venir, la mobilisation croît sans cesse, chaque jour des jeunes de tous les coins de la Corse nous rejoignent, touchés par notre démarche pure et indépendante. Notre assemblée générale se tiendra le 7 juillet à Corte, toute personne intéressée par l’engagement GI y est bien entendu conviée.

A nostra cuscenza ghjè RESISTENZA Lotta ghjuventù l’avvene sì tù !

Ghjuventù Indipendentista

2 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.