Louis Le Duff, des convictions bretonnes qui partent en brioche

« Pour moi la Bretagne et les Pays de Loire ne font qu’un (…)  » Louis Le Duff (fondateur de la Brioche Dorée et des pizzerias Dell Arte »)  Mensuel « Capital » Juillet 2013.

Ah bah Bravo Louis Le Duff !  En février 2009, tu signais l’appel pour la réunification de la Bretagne dit « appel Le Divillec » et, sauf erreur de ma part, tu participais même à la conférence de presse de clôture. Aujourd’hui « la Bretagne et les Pays de la Loire, ne font qu’un ». Mais qu’est ce que c’est que cette girouette  ? T’as fumé de la brioche ? Sur le terrain, il y a des militants, et dans le lot certains de tes employés, qui se battent comme des damnés pour l’identité bretonne du pays nantais et la réunification et toi tu nous colle un coup de pelle à tarte par derrière. Bravo ! Bravo ! (clap clap) oh camarade patron, puisque tu cites Ubisoft, le numéro 2 mondial des jeux vidéos, à la fin de ton interview (« on peut réussir dans tous les secteurs ici, les exemples d’Ubisoft et d’Yves Rocher le prouvent »), va donc voir les frères Guillemot, patrons d’Ubisoft, ils sauront t’expliquer ce que ça veut dire « avoir des convictions bretonnes » et une colonne vertébrale digne de ce nom.

Ah et puis voila le plus dégoûtant :  Le Grand-Ouest n’a pas relevé le défi fondamental des communication qui passe par la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Pour maintenir l’activité en Bretagne, il faut qu’un client étranger puisse faire l’aller-retour en une journée depuis n’importe quel point en Europe. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, mais l’aéroport le permettra. Dans le sens inverse, un entrepreneur qui veut exporter depuis la Bretagne met en moyenne 5 heures pour rejoindre Roissy. (…)  Si l’aéroport du Grand-Ouest ne se réalise pas, je devrai également délocaliser une partie de mes activités » (vers Lyon nd7).

Que tu sois favorable à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c’est une chose. Tu as ton avis et le droit de le défendre. Mais faire un chantage à la délocalisation, c’est tout simplement écoeurant ! Il y a des vies, des familles bretonnes derrière tes éclairs au café. Et tu veux les envoyer où ? A Lyon ? Affreux ! Anarchiste ! Mauvais breton ! Je vais te délocaliser au goulag moi ! Mais ne t’arrêtes pas à Lyon, envoie tes usines et tes employés en Chine ou au Togo ! Mais oui ! Là-bas ils te construiront un aéroport pour toi tout seul !

Tu vois, Louis Le Duff, en tant que fils d’artisan, j’ai beaucoup de considération pour les entrepreneurs bretons, les PME qui développent leur pays et qui se battent souvent contre une administration tatillonne et des impôts injustes. Mais avoir trois avis par jour sur les questions aussi fondamentales que la réunification et être prêt à foutre des vies en l’air pour gagner 1h de voiture, ça me révolte, ça me coupe le croissant ça m’inspire dans le dégoût. Et je saurai m’en souvenir quand je passerai devant tes brioches.

10 COMMENTS

  1. Et puis plus spécifiquement et prosaïquement : que la bourgeoisie bretonne a toujours utilisé le combat pour l’autonomie/indépendance/tout ce que vous voulez pour, au mieux prospérer, au pire insuffler ses idées nauséabondes…
    (qu’ils y croient ou pas, eux, au moins, subordonnent la Bretagne à leur camp politique…)

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.