Appel solennel aux Bretons

parti_breton

La Bretagne est en train de mourir en se vidant de son sang : ses emplois disparaissent par milliers, ses jeunes sont en train de la fuir, faute de trouver un travail.

La responsabilité des élus est écrasante : largement soumis aux états-majors parisiens et à l’Etat français ils n’ont que peu défendu les intérêts de la Bretagne et au contraire tout fait pour la soumettre au pouvoir central.

Le pouvoir régional a été incapable d’anticiper une situation économique aux perspectives pourtant inquiétantes. Jean-Yves Le Drian (Président du conseil régional de 2004 à 2012), surtout préoccupé de faire construire une LGV ruineuse et de peu d’utilité pour les Bretons, a  des comptes à rendre pour avoir abandonné les ouvriers de la filière agroalimentaire à leur sort

Les Bretons ont subi la destruction de leurs langues, de leur culture, l’amputation de leur territoire, la négation de leur existence en tant que peuple et nation. Sont-ils prêts à voir la Bretagne mourir ? Sont-ils ces hommes et femmes dociles prêts à tout accepter comme ils sont vus avec mépris par la France ?

Le gouvernement français, dirigé par Jean-Marc Ayrault qui comme maire de Nantes a mené une politique féroce de débretonnisation de sa ville, se soucie peu de l’avenir économique de la Bretagne. Elle doit pour lui devenir un espace de loisirs et de résidence pour les retraités.

Les ministres bretons, la majorité régionale sont depuis 18 mois d’une médiocrité affligeante, incapables de développer une quelconque vision et d’agir pour la Bretagne

Les Bretons ne doivent pas imaginer que c’est dans l’obéissance que viendra leur salut. C’est dans l’action, dans la volonté d’agir pour développer son territoire, dans l’affirmation de son identité que se trouvent les ferments du progrès et de la prospérité.

Une nouvelle Bretagne ne peut naître que d’un mouvement politique breton. Rien n’est à attendre des partis politiques hexagonaux, modérés ou extrémistes ils ne sont là que pour servir leurs intérêts et ceux du pouvoir central.

Le Parti Breton a depuis sa création prévenu les Bretons des conséquences de l’absence de tout pouvoir politique en Bretagne, c’est sa destruction même qui est programmée.

Pour la Bretagne et les Bretons le choix est simple : continuer dans la voie sans issue de la soumission, choisir celle du renouveau par l’affirmation d’un pouvoir breton.

Rejoindre le Parti Breton, votez pour le Parti Breton c’est faire le choix que la Bretagne vive !

 

Le Bureau Exécutif

Yves Pelle, Claudine Perron, Jacky Flippot, Gérard Guillemot, Nolwenn Floc’h, Jean-Christophe Chorlay, Sébastien Girard, Daniel Cariou, Ronan Gicquel

 

21 COMMENTS

  1. Comment le parti Breton? peux t’il condamner l’état Français? qui ne peut plus rien faire depuis longtemps car c’est L’Union Européen qui dirige tous!! LE parti Breton trompe son monde car il ne pourra pas changer les lois européens, L’état Français n’y arrive déja pas…il faut uniquement utiliser l’article 50 du tfue…je ne pense pas qu’on puisse me répondre…600 a 1000 emplois se perdent par jour.. 1 agriculteur se suicide par jour ,l’upr est le seul parti politique a faire réfléchir les français sur au moins 2 articles du Traité de Lisbonne (le TFUE )pour ne pas citer les autres: ARTICLE 63:
    ———-
    1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

    2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

    ARTICLE 32:
    ———-
    Dans l’exercice des missions qui lui sont confiées au titre du présent chapitre, la Commission s’inspire:

    a) de la nécessité de promouvoir les échanges commerciaux entre les États membres et les pays tiers,

    b) de l’évolution des conditions de concurrence à l’intérieur de l’Union, dans la mesure où cette évolution aura pour effet d’accroître la force compétitive des entreprises,

    c) des nécessités d’approvisionnement de l’Union en matières premières et demi-produits, tout en veillant à ne pas fausser entre les États membres les conditions de concurrence sur les produits finis,

    d) de la nécessité d’éviter des troubles sérieux dans la vie économique des États membres et d’assurer un développement rationnel de la production et une expansion de la consommation dans l’Union.

    Il faut sortir de UE au plus vite..bon courage pour une réponse

    • De fait, l’état français n’arrive pas à grand chose, Europe, Monde, ou autre obstacle. Ils sont trop nombrilo-centrés pour chercher des solutions ailleurs.

      Nous, Bretons, avons de tous autres atouts, grâce à la diaspora entre autres, mais grâce une cohésion nationale réelle, autour d’une culture et d’un très fort (et de plus en plus fort) sentiment d’appartenace, à un tissu associatif dense et actif, à un sens du collectif et un esprit civique indiscutables.

      Dans la situation où les nombrilo-centrés sentent le big collapse leur tomber dessus, que vont-ils faire ? Ils le font déjà, depuis toujours, mais ça s’amplifie vitesse grand V, ils vont tirer sur leurs colonies ! On ne peut plus piner le gaz algérien, on va piller le sol breton, ses perspectives et ses emplois, pour le seul bien d’un monde qui rétrécit autour de ses « élites ».

      Tant que les Bretons n’accepteront pas que leur statut réel vis-à-vis de la France est la colonisation, tant que nous ne seront pas assez nombreux à dénoncer ce triste état de fait, nous serons à la botte d’un état qui n’hésitera pas à nous tuer pour tenter de sauver sa minable peau.

      Voilà tout ce qu’on peut attendre de l’état français : quelques miettes pour mieux pouvoir nous bouffer quand ils auront trop faim …

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.