Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Les républicains de 1793 étaient plus tolérants envers la langue bretonne que...

Les républicains de 1793 étaient plus tolérants envers la langue bretonne que le recteur d’académie de Rennes en 2013 !

Lizher ar rektor akademiezh da Massiot

Le collectif Ai’ta !, pour la défense et la promotion de la langue bretonne, vient de prendre connaissance du courrier adressé par le recteur d’académie de Rennes, Monsieur Michel Quéré, en réponse à Monsieur Pierrick Massiot, président du conseil régionale de Bretagne. Ce dernier avait demandé à ce que la devise de la République française (« Liberté, Égalité, Fraternité ») soit inscrite dans les deux langues, français et breton, sur les façades des lycées de Bretagne.

 

Dans son courrier, le recteur d’académie s’oppose à une telle demande aux motifs de l’indivisibilité de la République française et que la langue de la République est le français. Alors que chaque jour la langue bretonne se développe un peu plus au niveau de l’enseignement et dans la société, alors qu’aujourd’hui encore on peut retrouver des décrets bilingues français-breton, notamment celui datant du 14 frimaire an II (4 décembre 1793), inscrire ces trois mots en breton semble inconcevable pour certains. Dans ce domaine, la République ne semble donc pas avoir avancée depuis lors !

 

Nous vous invitons à faire parvenir votre réaction à Monsieur Quéré : michel.quere@ac-rennes.fr

Talbenn dekred ar 14 frimaire an II
Extrait du décret bilingue du 14 frimaire an II

13 COMMENTS

  1. Dans la réponse du recteur d’académie, il n’est pas mentionné le double affichage mais uniquement la proposition que la devise soit affichée en breton AU LIEU du français. Notons par ailleurs qu’il ne dit pas qu’il s’opposera à cette décision si elle est prise…

    Notre cher Pierrick Massiot ne chercherait-il pas là à s’adjoindre des soutiens bretons en portant la responsabilité d’une non décision sur la faute du fonctionnaire de l’académie ? Dommage qu’il n’ait pas la même transparence pour les autres courriers qu’il reçoit…

    • Où avez-vous lu que quelqu’un proposait d’afficher la devise républicaine française en breton uniquement? Non, le recteur d’académie signale qu’il s’oppose à ce que cette devise apparaisse en une autre langue que le français, point.

      • Lisez simplement la réponse du recteur « [ne] puisse être faite dans une autre langue que celle de la République ». Il ne dit pas qu’on ne puisse pas y adjoindre ce que l’on veut (ce serait absurde).

        Je souligne ici la promptitude qu’a M Massiot de se défausser de sa responsabilité. Il est bon de rappeler que le PS est au pouvoir au niveau national, régional et départemental et malgré cela, on voudrait nous poser M. Massiot comme figure de l’opposition.

        Attention à ne pas se faire bêtement manipuler tout de même. J’aime le populisme, seulement lorsqu’il consiste à faire ce que veux le peuple. Faire croire que nous voulons la même chose que le peuple, c’est de la manipulation.

        • « [ne] puisse être faite dans une autre langue que celle de la République », oui, et c’est exactement ce qu’il veut dire : pour lui il est impossible que la devise puisse être exprimée en une autre langue que le français.
          Vous croyez vraiment que la Région ait suggéré d’afficher cette devise en breton uniquement?

  2. Pierrick Massiot et le Conseil Régional financent les lycées, pour tout ce qui est hors enseignement. Il suffirait par exemple de retirer les employés des cantines deux ou trois jours, pour voir qui cède. En ce qui concerne les révolutionnaires, c en’était pas de la gentillesse,mais s’ils voulaient être compris, il fallait qu’ils parlent en breton.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR