Projet de loi sur le contrat de travail des bénévoles de la culture bretonne : La Gauche Bretonne de Kemper s’exprime

3
Le Bagad Kemper, champion des bagadoù 2013 de 1ère catégorie
Le Bagad Kemper, champion des bagadoù 2013 de 1ère catégorie

La Gauche Bretonne Kemper communique sur le projet de loi qui va concerner tous les bénévoles de la culture bretonne.

En effet, en 2008 un projet avait été rejeté après les manifestations en masse des festivals bretons et des associations de bagadoù, cercles celtiques, artistes amateurs. Chacun se souvient de la Festimanif qui avait rassemblé près de 12000 personnes à Nantes le 20 septembre 2008. 

Ce projet, qui date de 2007, ressort des cartons. Il sera présenté par le Ministre de la Culture. Il indique que chaque bénévole, musicien de bagad, danseur de cercle celtique, devra avoir un contrat de travail et être rémunéré. Cette mesure signifie que les festivals organisant leurs spectacles subiront de plein fouet l’augmentation du cachet pour la prestation du bagad, ou cercle, et les festivaliers ne pourront pas suivre, par l’augmentation du billet de spectacle. Les musiciens et danseurs seraient donc professionnels. Si l e projet est voté, les festivals sont menacés et donc en Bretagne, la culture étant très importante, ce peut être le déclin de l’animation de notre patrimoine.

En Bretagne, et notamment à Quimper, les deux principaux groupes champions représentant la culture bretonne sont concernés : le Bagad Kemper, champion des bagadoù 1ère catégorie 2013 et les Eostiged Ar Stangala de Kerfeunteun/Quimper, champions de Danse Traditionnelle Bretonne 2013. Ces deux associations auront-elles un budget suffisant pour rémunérer ces bénévoles, alors qu’ils le font pour leur plaisir ?

Communiqué d’André Queffelec, Président de Bodadeg ar Sonerion

Il n’y aura pas de texte de présenté en décembre  : aucune date n’est fixée, ce serait au mieux avant l’été et plus probablement plus tard.

Si le projet vient de refaire surface, aujourd’hui nous n’avons pas de texte précis parce qu’il n’est pas encore écrit dans les détails ! et on ne peut donc rien affirmer, comme vous le faites, sur l’obligation des contrats de travail.

 Le retour du projet demandera certainement toute notre vigilance et éventuellement notre réactivité. Mais contrairement à 2007, nous pouvons expliquer nos positions et émettre des propositions en faveur de la pratique amateur.”

Communiqué de Goueliou Breizh

Nous partageons l’avis d’André QUEFFELEC, en accentuant bien sur   le fait que, “contrairement à 2007, nous pouvons expliquer nos  positions et émettre des propositions en faveur de la pratique   amateur”. Il y a effectivement eu un article dans Le Télégramme, composé        également d’erreurs (cela fut depuis le fruit d’un échange avec   Kevre Breizh à ce sujet).”

Communiqué de Ronan Guéblez, président de Dastum

je tiens à vous préciser que Dastum partage intégralement l’avis exprimé par André Queffelec 
       

A suivre donc

voici le texte du communiqué de la Gauche Bretonne de Kemper, qui prend position

La reconnaissance de la pratique des arts celtiques, esthétisme danse et création musicale, en non professionnel (entendu au sens réglementaire, sans déclaration avec contributions sociales donc) est condition essentielle de sa vivacité.
Pour nous tèes clairement cet art populaire a vocation à s’exprimer publiquement dans la cité en tant que composante sociologique. Lui mettre des contraintes déclaratives pour fiscaliser danseurs et musiciens, c’est restreindre sa pratique déjà fragilisée dans un contexte d’homogéneisation culturelle.

Sur un tout autre registre, a l’instar de la pratique sportive, cercles et bagadou doivent être favorises par le législateur en tant que culture vivante, lui mettre des contraintes déclaratives c est assumer de discriminer le caractère de nos régions, la Bretagne en particulier.

Cette matière appartient au Parlement, en local nous portons la question bien évidemment, mais concrètement l’arbitrage ne nous appartient pas.
Nous aurons bien entendu à coeur de porter la question lors de prochaines interventions dediées à ces questions, le 9 nov a la table ronde Ti ar Vro, ou encore le 16 nov sur notre thematique “la culture dans la ville avec les citoyens”, mais aussi dans la rue bien evidemment. contre ce projet de loi.”

 

3 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.