Tribune libre : Voilà qu’une fois encore se manifeste la colère bretonne…..

DSC_0119-001

Voilà qu’une fois encore se manifeste la colère bretonne contre le pouvoir central français. Oui, ça dérange vraiment Paris. Encore ces Bretons !

Certes, il n’est pas encore très loin le temps où on nourrissait des rêves romantiques dans cette région celtique aux confins de l’Europe. C’était la Bretagne avec son pennti blotti dans la lande sauvage où soufflait dans la brume le vent marin vagabond et où les indigènes parlaient encore un « dialecte » celtique. On dirait le Connemara ! Bretons coupables d’être « à la traîne ».

 

Mais cette Bretagne, par la volonté de son peuple, allait en quelques décennies, par une évolution dynamique et efficae, produire ce qu’on appellera le « modèle breton ». Les Bretons au travail se sont mis à produire. C’est ce qu’on leur demandait. Les agriculteurs se sont mis à investir, à moderniser leurs outils de production ; il y avait du travail pour tout le monde ! Le chômage ? On ne connaissait pas.

 

En même temps tout se structurait avec un développement exemplaire de la mise en place des systèmes bancaires, mutualistes, coopératifs et syndicaux. La ruralité bretonne s’est radicalement transformée aidée en cela par un réseau de voies express sans péage, où les flottes de fret peuvent circuler librement ! Les Bretons, par leur influence, ont su attirer dan leur pays les technologies nouvelles, les télécommunications, et créer autour un excellent tissu de PME. On oublierait vite que ce « modèle breton » a été copié par l’Europe dans des pays comme l’Allemagne, la Hollande, le Danemark et plus tard le Royaume Uni.

 

Cela permit aux Bretons de pouvoir « vivre et travailler au pays », certes avec des imperfections bien sûr ! Pendant que la Bretagne était devenue une région mutante, le monde évoluait : c’était la fin du bloc communiste, la chute du mur de Berlin, la construction de l’Europe où l’on trouve aujourd’hui une douzaine de pays plus petits que la Bretagne… Et la mondialisation a mis en avant un ensemble de pays émergents et toute la concurrence est devenue différente : Brésil, Inde, Chine, Russie, etc. s’imposent dans le système économique mondial.

 

« Ne pas prévoir, c’est commencer à gémir », disait le célèbre Léonard de Vinci ! Oui, la plupart de nos dirigeants politiques, de droite ou de gauche dans une France en déclin, ont manqué de clairvoyance et n’ont pas su anticiper !

 

Et la crise est arrivée : financière, économique, sociale. Nous en voyons aujourd’hui les conséquences en Bretagne : plans sociaux, chômage, familles en difficulté, manque de visibilité face à un avenir incertain. « Re zo re ! », trop c’est trop.

 

Et les promesses non-tenues… Une crise des institutions en France, c’est une évidence. La décentralisation, mais où reste-t-elle ? Profitons de cette crise pour donner un réel pouvoir à la Bretagne et aux autres régions. C’est ce qui a été fait par le socialiste Tony Blair dans l’autre Bretagne, la Grande : large autonomie au Pays de Galles et à l’Ecosse qui l’an prochain va voter pour son indépendance. Regardons les pouvoirs des Länder en Allemagne, les Generalidad en Espagne, les cantons en Suisse… En France nous sommes encore à la structure impériale romaine avec des proconsuls dans les départements !

 

Que dire des médias et plus particulièrement de la télévision ? Elle reste vraiment à la portion congrue pour la langue bretonne, pendant que sa langue sœur le gallois bénéficie d’une chaîne à part « S4C » depuis 1982 et qu’en Espagne chaque région a sa chaîne, comme en Catalogne, au Pays Basque, en Galice… Des promesses ont été faites pour le breton, mais on ne voit rien venir !

 

Quel statut pour la langue bretonne, langue celtique parlée en Bretagne depuis plus de quinze siècles ? Malgré des promesses, toujours pas de statut officiel pendant qu’en Grande Bretagne, en Ecosse ou au Pays de Galles, le gaëlique et le gallois ont un statut officiel auprès de l’anglais. Là aussi la Bretagne a besoin d’avancer ; comme l’écrivait le célèbre auteur irlandais James Joyce : « Le succès dépend avant tout de la volonté des hommes ».

Breizh war-raok, atav ! Bretagne debout, toujours !

 

Yann Jestin

élu de Lesneven

15 COMMENTS

  1. Vous soulevez le dossier culturel , la langue bien sûr , puis le retour en Bretagne de la Loire-Atlantique , une télévision bretonne …etc… Il y a une défenseure de tous ces dossiers chez les socialistes du conseil régional , il s’agit de Léna Louarn ,vice-présidente. À chaque événement breton , je l’ai vue sur le terrain , même chez les Druides à Arzano ! Puis là silence radio…pourtant lea bonnets rouges ça devrait lui parler … J’aurais aimé qu’elle démissionna de ses fonctions pour venir lutter. Mais là aussi je crois que son coeur bat plus pour ses émoluments que pour cette Bretagne à cinq départements. Nous n’avons plus rien à perdre, ces gens-là ont fini de mettre à terre nos espoirs.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.