Équitaxe : le président du conseil régional de Bretagne soutient les manifestants

12
Photo de GO69, licence CC-by-SA 3.0
Photo de GO69, licence CC-by-SA 3.0

La rencontre entre les professionnels du monde équestre et le président du conseil régional de Bretagne Pierrick Massiot (PS) s’est conclue par l’envoi d’un courrier au ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. Il demande des mesures urgentes face à la menace de fermeture d’un tiers des 407 centres équestres bretons.

A cette occasion, Pierrick Massiot rappelle que c’est en Bretagne que l’on compte “le plus grand nombre de licenciés en sports équestres” (auxquels il faudrait bien sûr ajouter ceux de Loire-Atlantique)… La culture du cheval appartient à l’identité bretonne depuis la plus haute antiquité. Tous les centres équestres seront mis en grandes difficultés financières si la loi venait à passer – elle est toujours théoriquement applicable à compter du 1er janvier. Des centres équestres créateurs d’emploi, tisseurs de lien social, non-subventionnés par la France. De petites entreprises dont le modèle repose sur une TVA réduite.

“Leur disparition aurait des conséquences socio-économiques considérables”, poursuit Pierrick Massiot. “Leur nombre et leurs pratiques tarifaires adaptées permettent la pratique de l’équitation au plus grand nombre sur tout le territoire breton. […] le Conseil régional de Bretagne, très attentif à l’ensemble de la filière équine depuis le vote du plan cheval régional en octobre 2011, reconnaît et encourage le rôle territorial, économique et social joué par cette filière.” 

Des centaines d’emplois et de centres restent menacés, des milliers de chevaux sont en danger d’abattage. Le jeudi noir, ce 12 décembre prochain, est une réponse des équitants au gouvernement français. Particulièrement à François Hollande, qui les voit comme des indécrottables de droite, la même clientèle que celle qui manifestait contre le mariage pour tous...

12 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.