Pour Bernard Poignant, « Le Pacte d’avenir pour la Bretagne : une chance à saisir pour Quimper Communauté »

poignantLe Pacte d’Avenir a été signé le 13 décembre dernier par Jean-Marc Ayrault à Rennes. Le document est loin de faire l’unanimité en Bretagne. Mis au vote à la session du Conseil Régionale du 12 décembre dernier, on se souvient que Bretagne Ecologie et EELV, dans l’habituelle majorité,  ont voté contre rejoignant sur le sujet le rang de l’opposition. Le texte avait été adopté à 46 voix (PS/PC) contre 36 (toutes les autres formations politiques)

A Quimper, Bernard Poignant, Président de Quimper Communauté et maire de la commune, revient sur le pacte d’avenir qu’il présente comme une chance à saisir pour la Communauté de commune de Quimper. « La communauté d’agglomération de Quimper Communauté se félicite de la signature du Pacte d’avenir pour la Bretagne entre l’Etat et le Conseil Régional de Bretagne. »

« Le geste d’un Etat fort qui veut ses régions fortes »

Là encore, en tenant compte des mobilisations de mécontents en Bretagne, il n’est pas certain que M. Poignant fasse l’unanimité. Pour lui, le pacte d’Avenir va dans le sens de la modernité. Le Pacte d’Avenir « est le reflet de la capacité des hommes et des femmes de Bretagne de se saisir de leur avenir. Il est le symbole des acteurs de notre région capables de réagir à la crise qui secoue la Bretagne et de se projeter vers demain. Il prouve la capacité de l’Etat et des acteurs du territoire de trouver une nouvelle forme de gouvernance. C’est le geste d’un Etat fort qui veut ses régions fortes. »

 « Une ligne ferroviaire à 3 heures entre Paris et la Cornouaille »

Monsieur Poignant continue « Quimper Communauté a souhaité contribuer à ce pacte. Il y retrouve les enjeux qu’il souhaite affirmer dans les prochains mois et années : une ligne ferroviaire à 3 heures de Paris »

« La concrétisation de la Cornouaille comme un véritable pôle de l’aliment »

Bernard poignant voit aussi dans ce pacte « la consécration de la Cornouaille comme un véritable pôle de l’aliment. Cela passe notamment par la reconnaissance de Ialys comme projet structurant pour la mise en œuvre d’un Institut de Recherche et de technologie fondé, pour partie, sur une plateforme qui fédérera les centres techniques de l’agroalimentaire en lien avec l’ADRIA. »

« Un engagement de l’Etat »

Et toujours selon le Président de Quimper Communauté « Cet engagement de l’Etat pour Ialys dans cette dimension Recherche et Développement doit nous permettre d’aller plus loin encore, en portant cette ambition d’un véritable pôle « aliments » fondé sur cette Recherche et Développement mais également sur l’animation du cluster agroalimentaire et sur la préparation du centre pédagogique et ludique »

 

10 COMMENTS

  1. Je ne savais pas qu’une région forte, c’était de mettre Quimper à 3 heures de Paris, mais bon si l’état français veut des régions fortes, ça doit etre sa vision et on la connait depuis longtemps…

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.