Adversaires des langues régionales, nous vivons dans votre futur !

15
12

« N’en doutons pas, défendre les langues régionales aujourd’hui, c’est sauver le français demain. »

Dernière phrase du projet de loi des pro-charte européennes des langues minoritaires et régionales. 22 janvier 2014.

Ah j’attends de les voir couiner, les gueules en biais de la langue françoise ! Mélenchon, Guaino, Le Pen, Yves Thréart, Alors comme ça Henri Gaino, la ratification de la charte européenne des langues régionales nous ramènerait au Moyen-âge ? Et pourquoi pas au big bang et même avant ? Mais oui, ma bonne denrée ! Oui, oui ! Nous en Bretagne qui parlons breton et gallo, nous qui vivons en breton et en gallo, on ne se lave pas le matin, on se lèche. Comme des pourçiaos ! En Occitanie, ils ont eu le prix Nobel de littérature (Frédéric Mistral 1904), mais maintenant, depuis que l’occitan est enseigné dans les écoles, ils se mangent entre eux. A l’huile d’olive ! C’est bien simple, les fusillades à Marseille, c’est pas la drogue, c’est l’occitan. Hier encore, un gars s’est fait dessouder sur le Vieux Port. Le salaud, il avait parlé français ! En pleine Provence, ah le sournois !

Henri Gaino a raison, à cause de cette satanée charte, c’est déjà quasiment commencé le Kosovo ! Et dire qu’il est né à Arles, en Occitanie le Guaino. Encore une honteuse !

 

Ce qui est bien avec le débat sur les langues régionales, c’est que plus c’est gros, plus ça passe. Faut tout de suite partir dans les dramatiques scénarios, les balkaniques échauffaudages. En fait Henri, toi et tout tes traumatisés, je vous invite plutôt à prendre exemple. Parce que le français langue minoritaire c’est pour demain. Voire c’est déjà commencé. Le déclin ! L’assassinat historique ! Et pas à Bastia ou à Roazhon, non non, à Paris, à Vesoul et même rue de Rivoli ! Bah oui, t’as qu’à voir sur ton mobile, dans ton magasin préféré, c’est « english only » ! Partout ! L’anglais a relégué le français au rayon « loosers ». Même sur ton slip, « Sexy Boy », c’est pas écrit en français Henri. Le français a perdu la bataille de l’image. Aujourd’hui Henri, tu vas consulter tes mails sur ta boîte « Wanadoo », tu appelles Sarko la star sur ton smartphone Apple et tu vas acheter tes jeans coupe Bootcut dans ton Carrefour Market. C’est vrai que c’est autrement plus cool que de consulter ses courriels sur « J’veuxbien.com » et appeler son pote l’étoile sur son « terminal mobile de poche » dernier-cri de chez « Pomme » avant d’aller acheter ses pantalons de travail « jambes semi-évasées » à « Carrefour Marché ».

 

Bah oui, mon Guégué, le français en « marquetique » c’est ringard. Regardez le Rafale, me dites pas que c’est pas à cause de son nom qu’on arrive pas à le refourguer ! Le français ça fait plus vendre que de la tomme de brebis maintenant… Alors fait pas le malin Henri Gaino. Et au lieu de nous faire chier l’idiome, tu ferais mieux d’aller t’enchaîner au rayon «Girl» de chez Zara. Entre les leggins et le sportswear ! Et bien observer comment font les partisans des langues régionales! Parce que ça va t’arriver bientôt les manifs et les barbouillages de panneaux. Nous, les défenseurs des langues régionales, nous vivons dans ton futur, Henri Guaino.

 

Et puis le plus désolant de l’histoire c’est que les français sont nuls en langues. Mais alors nuls ! Pire qu’au tennis ! Tu largues un français de souche à Liverpool, au bout de deux jours faut le rapatrier à Villacoublay. Pourtant, pourtant ! Dans l’hexagone, il y a un système d’apprentissage précoce des langues qui existe, ce sont les écoles par immersion en langues régionales, les Diwan, les Calendretas en Occitanie, les Ikastolak au Pays Basque, etc… Diwan premier lycée de France ! Des cracs en langues ! Et pas qu’en breton ! Bah au lieu d’envoyer des bataillons d’expert, analyser, soupeser, colloquiser sur le divin miracle, au lieu de filer des médailles à tout ces courageux visionnaires, que fait le gouvernement français ? Il menace de fermer les écoles ! Comme en ce moment à Artix, dans le Béarn où un préfet menace de foutre dehors la Calandreta qui aurait reçu de l’argent public (contraire à la Loi Falloux). Et quand il ne les ferme pas, il les laisse vivoter, patauger dans la boue, dans des bâtiments inadaptés. Des algécos en carton, des cours d’écoles boueuses que même les pires miteux kibboutz ne voudraient pas. Un jour on leur élèvera une statue aux gosses de chez Diwan !

 

Mais en attendant, on n’en peux plus des Guaino, des Mélenchon, des Le Pen et de toute la smala. Faut les piquer au Tranxène, les crispés de la langue françoise ! Les coller dans une sonde et les envoyer sur Mars ! Qu’ils aillent chanter Annie Cordy aux vénusiens si ça leur sied.

Parce que aujourd’hui, être contre les langues régionales c’est être contre le français dans 20 ans !

15 COMMENTS

  1. Voilà une réponse qui a le mérite de remettre les pendules à l’heure, pour tous ces Franchouillards qui nous pompent l’air et qui se regardent le nombril. Ils sont d’autant plus enragés que leur idiome perd du terrain, l’anglais leur en met plein la gueule à ces prétentieux. Juste retour des choses, après huit siècles de tentatives tordues pour éliminer l’occitan et les autres langues minoritaires de l’Hexagone, voilà-ti pas que les coups au cul leur sont servis à eux-aussi !

  2. Lors d’une conférence organisé en 2006/2007 à Vannes sur l’avenir du breton justement, le conférencier nous avait dit en plaisantant ” La France ne fait rien pour ses langues régionales aujourd’hui, mais demain, dans l’Europe, la France ne sera plus qu’une région et personne dans cette Europe ne défendra la langue française” ! ça confirme ce que tu écris Mael !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.