Home Agenda Les rencontres d’Arnaud Wassmer à Rennes

Les rencontres d’Arnaud Wassmer à Rennes

Bernard WERBERBernard WERBER pour son roman Les micro-humains : mardi 28 janvier à 18h à l’Espace Ouest-France (organisation Le Failler)

Gilles BROUGERE & Laurent TREMEL pour une rencontre Jeu et Éducation Jouer pour apprendre ou apprendre en jouant : mercredi 29 janvier à 18h30 aux Champs-Libres (en lien avec le cycle sur le jeu vidéo)
Jouer pour apprendre ou apprendre en jouant ?
Depuis l’Antiquité, les philosophes débattent de la place du jeu dans les apprentissages. Qu’en est-il aujourd’hui ? Jugé autrefois inutile, le jeu est aujourd’hui omniprésent, il donne même naissance à des mondes virtuels. Cette activité paradoxale, alliant à la fois les règles et la liberté, le ludique et le pédagogique, l’apprentissage du monde et l’évasion hors du réel, est-elle vecteur d’apprentissage du vivre ensemble ? Comment s’articulent ces liens entre jeu et éducation à notre époque ?
Gilles Brougère est professeur en sciences de l’éducation à l’université Paris 13 et directeur du centre de recherches interuniversitaire, expérience ressources culturelles éducations. Yann Leroux est docteur en psychologie et psychanalyste. Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines.

Sylvain TESSON pour son livre S’abandonner à vivre : jeudi 30 janvier à 18h30 à l’espace lecture Saint-Martin de Rennes
Devant les coups du sort il n’y a pas trente choix possibles. Soit on lutte, on se démène et l’on fait comme la guêpe dans un verre de vin. Soit on s’abandonne à vivre. C’est le choix des héros de ces nouvelles. Ils sont marins, amants, guerriers, artistes, pervers ou voyageurs, ils vivent à Paris, Zermatt ou Riga, en Afghanistan, en Yakoutie, au Sahara. Et ils auraient mieux fait de rester au lit.

Philippe BESSON pour son roman La maison Atlantique : mardi 04 février à 18h à l’Espace Ouest-France (organisation Le Failler)
Dans le registre implacable de la tragédie, Philippe Besson revisite la règle des trois unités : de lieu, de temps et d’action. Racontant la façon, à la fois désinvolte et rageuse, dont un jeune homme passe imperceptiblement de l’hostilité sourde à la haine pure et dangereuse envers son père, il nous offre un roman tout en nuances et en violence contenue.

Rémy PAWIN pour son livre sur l’Histoire du bonheur en France de 1945 à nos jours : mercredi 05 février à 18h30 aux Champs-Libres
« Suis-je heureux » ? Nos existences et nos actions sont régies par cette interrogation lancinante. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, pourtant, le bonheur ne figure pas au panthéon des valeurs, en France. Ce n’est que progressivement qu’il va triompher de ses concurrents : la religion, le travail, la culture académique, l’engagement politique, etc. Le monde social s’en trouve profondément
modifié. Dans une enquête serrée et passionnante, à la croisée de l’histoire des représentations, des sensibilités et des expériences, Rémy Pawin traque le bonheur en France dans ses moindres expressions. Rémy Pawin est agrégé et doctorant en histoire contemporaine à l’université de Paris I. Histoire du bonheur en France (éd. Robert Laffont, 2013) est son premier livre.

François CARRE pour son livre Danger sédentarité, Vivre plus en bougeant plus : vendredi 07 février à 18h à l’Espace Ouest-France (organisation Le Failler)

KaufmanJean-Paul KAUFFMAN pour son livre Remonter la Marne : samedi 08 février à 15h30 aux Champs-Libres
Jean-Paul Kauffmann a fait un voyage en France : il a suivi, à pied, la Marne, jusqu’à sa source et en a rapporté le très beau Remonter la Marne, paru en 2013 (éd. Fayard). Avec lui, découvrons, pas à pas, le territoire des « conjurateurs », ces indociles
qui résistent à la maussaderie, qui « sans être exclus refusent de faire partie du flux ». Retrouvons l’histoire de notre pays, façonnée de hauts faits et de littérature. Ce compagnon discret et érudit démontre que « seule la marche permet un rapport profond au temps, au silence, aux rencontres ».
Jean-Paul Kauffmann a écrit de nombreux livres, dont L’Arche des Kerguelen, La Chambre noire de Longwood, ou encore La Maison du retour.

Sylvie TESTUD pour son livre C’est le métier qui rentre : mardi 11 février à 18h à l’Espace Ouest-France (organisation Le Failler)
Comédienne, scénariste, réalisatrice, Sybille croit aux histoires qui finissent bien. Elle a beau savoir de quelle manière est morte Jeanne d’Arc, quand elle regarde un des films qui lui ont été consacrés, elle ne peut s’empêcher d’espérer qu’un pompier vienne la tirer d?affaire. Alors comment imaginer que la réalisation de son propre long-métrage va virer au film catastrophe ? Producteurs qui se prennent pour des scénaristes, actrices qui entrent en résistance, agents hystériques, financiers qui ne financent pas? le tout sous l’œil goguenard de son compagnon, qui n?est jamais avare d’ironie.

Nina BouraouiNina BOURAOUI pour son roman Standard : jeudi 13 février à 18h à la librairie Le Failler
Bruno Kerjen avait la certitude que « le monde réel était fait d’hommes et de femmes à son image, qui pouvaient être remplacés sans que personne remarque la différence de l’un, l’absence de l’autre ». Employé d’une entreprise de composants électroniques, cet homme de 35 ans n’attendait rien de la vie. À l’occasion d’un week-end passé chez sa mère près de Saint-Malo, il recroise Marlène. La toxique Marlène de ses années de lycée. Bruno Kerjen, qui s’était comme protégé jusque-là d’éprouver tout sentiment, a désormais un rêve : Marlène. Portrait d’un antihéros de notre temps, d’un homme sans qualités replié sur lui-même, mû uniquement par la peur, Standard est aussi un roman tragique : un homme va chuter, inéluctablement et sous nos yeux, parce qu’il s’est décidé à aimer.

Emmanuel GRAND pour son roman Terminus Belz : vendredi 14 février à 18h à la librairie le Failler
Un jour de janvier, Marko Voronine et trois autres Ukrainiens quittent leur pays pour la France, cachés à l’arrière d’un camion. Le voyage pourrait se faire en quelques heures, mais les passeurs roumains sont des tordus décidés à se payer du bon temps avec la jeune fille montée à bord. Les clandestins parviennent à les maîtriser, à s’emparer du camion et à récupérer leur argent. Mais ils savent que la mafia roumaine voudra se venger : se séparer est le seul moyen de la semer. Marko prend le chemin de la Bretagne. Grâce à une petite annonce, il trouve rapidement un emploi auprès d’un patron de pêche sur l’île de Belz, une île coupée de tout. À l’arrivée, l’endroit n’est pas aussi paisible que prévu. Le métier du grand large en a pris un coup, l’embauche est rare sur les chalutiers et les marins rechignent à céder la place à un étranger. Des histoires bizarres agitent aussi la petite communauté. Vieilles légendes, superstitions ou surnaturel ? Sur « l’île des fous », comme on la surnomme dans la région, les hommes redoutent par-dessus tout les signes de l’Ankou, l’Ange de la mort. Lorsqu’un crime atroce est commis, les îliens soupçonnent Marko de l’avoir réveillé. Sans papiers, plongé dans un univers hostile, le jeune fugitif aura beaucoup de mal à se disculper, à esquiver les tueurs roumains comme la police française, à démêler le vrai du faux et à conjurer ses propres démons.
Un scénario solidement charpenté, une atmosphère envoûtante, des univers qui se télescopent avec brio : Emmanuel Grand mène son thriller d’Est en Ouest à un train d’enfer.

Pierre ASSOULINE pour son roman Sigmaringen : jeudi 20 février à 18h à l’Espace Ouest-France (organisation Le Failler)
En septembre 1944, un petit coin d’Allemagne nommé Sigmaringen, épargné jusque-là par les horreurs de la guerre, voit débarquer, du jour au lendemain, la part la plus sombre de la France : le gouvernement de Vichy, avec en tête le maréchal Pétain et le président Laval, leurs ministres, une troupe de miliciens et deux mille civils français qui ont suivi le mouvement, parmi lesquels un certain Céline. Pour les accueillir Hitler a mis à leur disposition le château des princes de Hohenzollern, maîtres des lieux depuis des siècles. Tout repose désormais sur Julius Stein, le majordome général de l’illustre lignée. Depuis les coulisses où il œuvre sans un bruit, sans un geste déplacé, il écoute, voit, sait tout. Tandis que les Alliés se rapprochent inexorablement du Danube et que l’étau se resserre, Sigmaringen s’organise en petite France. Coups d’éclat, trahisons, rumeurs d’espionnage, jalousies, l’exil n’a pas éteint les passions. Certains rêvent de légitimité, d’autres d’effacer un passé trouble, ou d’assouvir encore leurs ambitions. Mais Sigmaringen n’est qu’une illusion. La chute du IIIe Reich est imminente et huit mois après leur arrivée tous ces Français vont devoir fuir pour sauver leur peau. De ce théâtre d’ombres rien n’échappe à Julius Stein. Sa discrète liaison amoureuse avec Jeanne Wolfermann, l’intendante du maréchal, le conduira à sortir de sa réserve et à prendre parti.

Pierre ROSANVALLON pour une série de livres accompagné de plusieurs auteurs Raconter la Vie & Le Parlement des Invisibles : samedi 22 février à 15h30 aux Champs-Libres
Selon Pierre Rosanvallon, des déchirements décisifs sont en train de se produire dans la société française. Pour remédier à la « mal-représentation » née de la coupure entre la société et ses élus, il entreprend de redonner de la visibilité, une reconnaissance sociale aux vies ordinaires, aux voix de faible ampleur. C’est le projet de Raconter la vie, à la fois collection d’ouvrages et site participatif, qui racontent des histoires singulières et des portraits emblématiques de ce qu’est la France aujourd’hui.
Pierre Rosanvallon a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire de la démocratie et ses métamorphoses contemporaines, dont La Société des égaux (éd. du Seuil). Il dirige la collection La République des idées, le site La Vie des idées, et Raconter la vie et raconterlavie.fr. Il publie le manifeste de ce projet, Le Parlement des invisibles (éd. Raconter la vie/Seuil).

  • Sébastien Balibar est directeur de recherches au laboratoire de physique statistique de l’ENS. Membre de l’Académie des sciences, il est notamment l’auteur de La Pomme et l’atome (éd. Odile Jacob), et, tout récemment, de Chercheur au quotidien (éd. Raconter la vie/Seuil).
  • Guillaume le Blanc est professeur de philosophie à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III. Il a notamment publié Courir : méditation physique (éd. Flammarion), La femme aux chats (éd. Raconter la vie/Seuil).
  • Pauline Miel est web éditrice de raconterlavie.fr.
  • Pauline Peretz est directrice éditoriale de Raconter la vie. Maître de conférences à l’université de Nantes, elle travaille sur l’histoire des États-Unis au XXe siècle.

A venir :

  • Stéphane MONCLAIRE pour les enjeux contemporains du Brésil (en lien avec le festival Travelling Rio) : samedi 01 mars à 15h30 aux Champs-Libres
  • Pascal ORY pour son Dictionnaire des Etrangers qui ont fait la France : mercredi 12 mars à 18h30 aux Champs-Libres
  • Thérèse CLERC : projection et rencontre autour de La Maison des Babayagas : mercredi 19 mars à 20h aux Ateliers à Fougères
  • Patrick COUCHEPOUX pour une rencontre dans la semaine de la maladie mentale : mercredi 26 février à 18h30 aux Champs-Libres
  • Bernard GUETTA & Emmanuel TODD pour une rencontre sur l’Europe : samedi 29 mars à 15h30 aux Champs-Libres
  • Alexandra LAPIERRE pour un roman historique : vendredi 04 avril à 18h à l’Espace Ouest-France
  • Les régions dans la Grande Guerre avec quatre historiens : jeudi 15 mai à 18h30 aux Champs-Libres
  • Yann QUEFFELEC : mardi 20 mai à 18h à l’Espace Ouest-France
  • Jean-Pierre AZEMA : historien de la Deuxième Guerre Mondiale : samedi 24 mai à 15h30 aux Champs-Libres

 

1 COMMENT

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
7seizh.info

GRATUIT
VOIR