Le jacobinisme linguistique, cette maladie mentale

TRIBUNE LIBRE

Le jacobinisme linguistique est une maladie mentale.

Non, non Marine et Jean-Claude, ici pas de prêchi-prêcha sur la charte européenne,  etc… Non, non, il sera juste question de langue française.

Parce que… franchement… à bien y regarder… même le plus demeuré des gaulois peut se rendre compte que l’anglais, le « globish », les langues régionales, les chinois, Ribery et que sais-je encore ne sont pas les principaux ennemis de la langue française.

En vérité, le principal ennemi du français, c’est une maladie mentale qui s’appelle le jacobinisme.

Exemple simple : Plus belle la Vie. Le feuilleton regardé par toutes les ménagères de moins de 120 ans. Succès basé sur « la vie réelle des français ». Des trilliards de spectateurs chaque soir ! Toute l’intrigue se passe dans la région marseillaise, LE endroit en France où 99,99% de la population parle avec un accent occitan provencal très marqué. Or, intrigante conséquence du jacobinisme mental : dans « Plus Belle la Vie », aucun des acteurs n’a l’accent marseillais. Aucun ! Ca cause comme au Parc des Princes ou à Orléans. Le seul personnage, le patron de bar Roland Marci, a qui la production a concédé un accent occitan, est interprété par le languedocien Michel Cordès, natif de… Montpellier.

« Plus Belle la Vie », c’est comme si un feuilleton se passait intégralement à Loudéac (22) mais où tout le monde parlait avec l’accent d’Aix-en-Provence ! « Oh Doumé putingn conw, tu vas à Sainm-Brieüüü le chercher le pastaga ou quoaa ? ».

Et là où le jacobinisme linguistique confine au masochisme tendance bondage, c’est que la langue française pourrait tirer bénéfice d’un hinterland francophone. Immense ! Le Québec ou les pays d’Afrique ont une riche production radiophonique et télévisuelle locale. La Suisse francophone, la Wallonie, le Luxembourg produisent également, notamment en radio. Or, le monde médiatique français n’accepte aucune variante dialectale interne et même aucun accent autre que l’accent du journal de 20h. Donc la France est confinée dans son entre-soit. Le seul accent dissident accepté à la radio, c’est sur les radios « jeunes » avec des fils de notaire de 50 ans qui se tordent le bec pour parler comme des lascards du 9-3. Ah si, il y a Jean-Michel Apathie sur RTL aussi…

Alors, on pourrait imaginer des émissions de télévision repiquées aux québecois, des feuilletons télé, des débats sur les élections au Mali empruntés à la télévision malienne ? Bôh non. Ca ne marcherait tout simplement pas parce que les téléspectateurs français sont devenus gravement handicapés. Ecouter plus de 3 mn, un acteur ou un présentateur parlant avec un accent différent de celui de Claire Chazal, c’est comme sortir son pâté Hénaff dans une mosquée, un sacrilège ! « fo chier », « on comprend rien », « c’est bizarre », « on n’est pas habitué »…

Ah j’exagère, depuis peu sur Gulli, on peut voir « Les Parent », une série québecoise avec l’accent québecois. Oui, mais certains acteurs locaux parlent tellement couleur locale que la production a choisi de les doubler en version française, afin d’être compris par les gros lourdauds hexagonaux !

Au Québec, par contre, on n’est pas handicapé du ciboulot, les films français ne sont pas « redoublés » en français local. A part « La Haine » qui fût sous-titré à l’époque. On les comprend remarque…

Quand à l’accent « du sud », l’accent occitan ou basque… pas la peine du penser peuchère ! Un des jeunes mêchés de la Star Académy, l’oublié Jean-Pascal, avait dû prendre des cours pour perdre son accent basque. Peine perdue, il est depuis retourné à Saint-Jean-de-Luz jouer des castagnettes pour les touristes.

Alors, c’est pas pour la ramener sur la langue bretonne. Mais dans les écoles Diwan, par exemple, eh bien, il peut arriver que les enfants aient chaque année un professeur avec un accent breton différent, voire un dialecte différent. Tout cela est naturel et ne pose aucun problème. Les émissions de radio en breton sur Radio Breizh ou TV sur Brezhoweb passentcontinuellement d’un dialecte à l’autre, d’un accent à l’autre. Et les Calendretas en Occitanie ? 31 départements, ça en fait un paquet d’accents, de dialectes. Eh bien les enfants lisent des livres, écoutent des histoires, regardent des dessins animés où se cotoient une mer d’accents et tous les dialectes possibles de la langue d’Oc. Mais, au-delà des langues dites « régionales », en Italie, en Allemagne, c’est également la règle, la normalité. Et dans les pays arabes ? Les différences dialectales entre pays sont gigantesques. Pourtant, les séries tv en arabe égyptien sont regardées jusqu’au fin fond de l’Algérie (plus maintenant cependant, problème politico-religieux).

Bref, la France s’est construit un empire linguistique fictif : « la francophonie ». Mais elle est incapable de tirer profit culturellement. Incapable car affublée d’une maladie grave : le jacobinisme linguistique. Ce jacobinisme linguistique explique également pourquoi les hexagonaux allés à l’école « française » (autre que les écoles en langues « régionales » donc) ont tant de mal à apprendre des langues étrangères ou « régionales » ou même envisager avec curiosité et intérêt qu’il puisse exister des différences dialectales au sein d’une même langue. Prenons l’arabe, par exemple, l’apprentissage de la langue littéraire ne sert pas à grand chose pour communiquer par oral avec le commun des fidèles en Irak ou au Maroc. Et le Chinois ? Bon courage à Vincent Peillon pour en promouvoir l’apprentissage et l’usage dans les écoles publiques ! Par écrit, le Mandarin standard est la règle, mais par oral, il faut avoir une solide habitude des variations dialectales pour aller leur vendre des TGV ou des Rafales. Montebourg va pouvoir le sentir le jacobinisme linguistique francouillot quand il ira essayer de refourguer ses marinière Armor Lux aux sous-préfets du Shaojiang !

Bref, avant que l’OMC classe le jacobinisme linguistique comme maladie mentale, expliquez à vos gosses pourquoi vous avez tant de mal à bredouiller trois mots d’anglais.

46 COMMENTS

  1. Jacobinisme linguistique et dialectal, « accenditologique » même, tuer jusqu’à l’accent qui gêne, c’est midi en France mais en gommant jusqu’aux accents trop marqués, trop savoyard ou trop romand ou trop picard ou trop belge, ah si on pouvait les embêter avec des nonante à la wallonne ou des huitante à la vaudoise, et leur jeter une boule de schloche québécoise en pleine tronche, il en perdrait leur français des rives de Seine jusqu’à s’ en étrangler. Le jacobinisme linguistique combat les idiomes régionaux jusqu’à appauvrir me français lui-même en s’ acharnant sur ses variantes.

  2. C’est sûr, en effet, que Grégoire, Barrère et Jules Ferry étaient des bolchéviques avant l’heure, et que Guaino et Marine Le Pen sont leurs dignes successeurs… Observez de près un billet de banque soviétique, austro-hongrois ou chinois et comparez avec un billet de banque français, vous remarquerez peut-être une différence qui m’a sauté aux yeux…

    • La caricature est une bonne façon de dénoncer ! Ne me dites pas que vous trouvez logique que quasiment tous les médias nationaux soient parisiens ! Comment qualifiez cette absence de pluralité ! Cela crée assurément un formatage ! Au 21 siècle dans un pays qui donne des leçons même si cela n’est pas bolchevique cela n’en est pas moins honteux, désole de la caricature mais je persiste et signe !

    • Votre point de vue est fondé : tous ceux qui, en Occitanie ont une quelconque conscience linguistique en font l’expérience quotidiennement. Votre dénonciation est légitime et pour ma part je la partage depuis plusieurs décennies. De même qu’il nous faut aussi assumer, dès que l’on franchit la Loire dans le sens sud-nord l’inévitable remarque sur l’accent « chantant » et l’obligation de montrer que, oui malgré notre accent , il nous est possible d’exprimer à haute voix des propos sensés, nuancés…
      Plus belle la vie ? Les cinq minutes que j’en ai vu il y a des années m’ont suffi et je partage là aussi votre vision. Décervelez, décervelez, il en restera bien quelque chose.
      Un bémol cependant : faire parler des Bretons de Loudeac avec l’accent d’Aix-en-Provence serait bien-sûr aussi aberrant que le triste spectacle donné par Plus belle la vie.
      Mais au delà de cette « anormalité », ils pourraient, ces représentants du sud, s’exprimer sans forcément être vulgaires (putingn conw) et afficher des préoccupations plus élaborées que celle consistant à rechercher une bouteille de pastis (tu vas à Sainm-Brieüüü le chercher le pastaga ou quoaa ? ).
      Il faudrait que les amis du sud sachent eux aussi sortir de la trilogie-cliché censée représenter les Occitans : sieste, pastis, pétanque.
      À trop vouloir prouver, il arrive qu’on se (nous?) fasse plus de tort que de bien…
      Longa mai.
      Adessiatz en totei.
      Yannick (de Provença).

  3. Jacobinisme ? Non vous voulez plutôt dire Bolchevisme ! au profit du pouvoir Parisien !
    Je sais cela fait démago, mais les faits sont têtus, la société Française est loin d’être égalitaire dans ce domaine et dans beaucoup d’autres d’ailleurs et depuis fort longtemps !
    Mais ce qui est étonnant c’est qu’en France personne ne le relève plus ! que toutes les télévisions nationales, toutes les radios nationales et tout les journaux nationaux soient à Paris ainsi que le CSA, la SACEM etc…!!!!
    Et je ne parle pas de médias régionaux, car en effet pourquoi seuls des médias installés en IDF quasiment tous subventionnés par tous les Français devraient seuls rayonner sur tout le territoire et à l’étranger ! les 55 autres millions de Français ne sont pas dignes de s’exprimer au niveau de l’hexagone et au delà ?
    Résultat aucune pluralité, mais qu’on se le dise cela n’a pas été fait par hasard !
    Cette pensée unique que l’on nous inculte avec un tel système est à l’origine de l’aveuglement général !
    La population à changer d’époque avec Internet qui lui ouvrira peu à peu les yeux, mais certains s’accrochent à leurs acquis inégalitaires sans se poser de questions ou à peine !
    Il faudrait peut-être leur dire que leur système est déconnecté et non démocratique, en même temps ils le savent déjà et de toute façon c’est à l’image du reste !
    Il va falloir exiger un jour une vrai démocratie pour tous les pouvoirs y compris médiatiques !
    Peut-être tenteront-ils de nous convaincre que certains sont plus égaux que d’autres !!!!!!!

    • Jacobinisme – le mot est très compliqué à définir tellement il exprimât plusieurs variations politiques. Pas contre pour simplifier, le mot régionalisme est bien une définition de l’action politique parisienne, c’est un régionalisme d’expansion ; en 1992, le vote de l’article 2 de la constitution, alors qu’était en préparation une magnifique loi sur les « langues régionales », fut un acte d’indépendantisme face à un fantasme l’impérialisme anglophone, re-lisez les discours socialistes à ce moment à l’assemblée dite nationale (pitoyable) ; à cette période la subvention au journal Le Monde qui éditait, en partie, en anglais, n’a jamais était annulé suite à cet article 2, par contre cet article a été employé contre un hebdomadaire en occitan et une école par immersion linguistique en langue bretonne. L’article 2 voté fut un acte d’indépendantisme contre une Union européenne, qui comme l’indique l’hymne occitan, voulait abaisser les frontières.

  4. Très intéressant. Bien sûr toutes les langues sont dialectales et il faudrait utiliser tous les registres. Mais il faut tout de même ajouter à votre analyse que cela est en lien avec la situation formelle ou informelle dans laquelle on se trouve: on utilise pas le même registre de langue lorsque l’on prend un verre entre amis et lorsqu’on s’exprime lors d’une conférence de presse.

    • Ouvrez des dictionnaires français – occitan, ou occitan et vous trouverez ces registres ; je vous conseille sur 7 tomes le dictionnaire de Cristian Rapin ‘Diccionari francés-occitan’ ; je ne comprends pas que l’on puisse douter des ces registre alors que l’occitan a toujours été la langues de TOUTE LA SOCIÉTÉ, ce ne sont pas les ignorances françaises qui me feront changer d’avis sur le sujet ; le problème est qu’elles ressemblent trop à celles qui firent clairement des interdictions, Franco par exemple, mais aussi certaines administrations française ou certain discours qui en juillet 1886 donnèrent des leçons comme peuple supérieur, peuple élu républicainement, qui se doit d’éduquer des «peuples inférieurs»…..

  5. «Prenons l’arabe, par exemple, l’apprentissage de la langue littéraire ne sert pas à grand chose pour communiquer par oral avec le commun des fidèles en Irak ou au Maroc.»
    Si si, le jacobnisme linguistique française sert à aider les volontaires (car il faut l’être pour avoir un enseignement, il faut bousculer les corporatisme) à apprendre l’arabe classique, c’st à dire à mieux apprendre la charia…. et à préparer un voyage en Siria, non pas dans le camp des libertés politiques, mais dans le camps des intégristes de la charia…. Ça c’est la Frôns.
    Il faut aussi bousculer les corporatismes et les idéaux mentaux suite à la fameuse phrase : «en France on parle français», comme si en Confédération Helvétique on parlait helvète, en Belgique on parlât belge, ou en ex-URSS on parlât Ex-RUSSien.

  6. Le service fiscal de l’État français fournit une carte de 2010 des entreprises de la communication, la concentration est de l’Ouest parisien. Il serait utile de la proposer.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.