Les jeunes bretons et leurs stratégies d’information

“Les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information”, étude publiée tous les 3 ans par le CRIJ de Bretagne, contient cette année un chapitre consacré aux jeunes, le breton et le gallo. Le CRIJ s’est rapproché de l’Observatoire des pratiques linguistiques pour traiter cette partie de son étude trisannuelle.

En tout, ce sont 3914 questionnaires qui ont été utilisés pour établir l’échantillon de cette étude, les chiffres ayant été ensuite redressés à l’aide des données du dernier recensement de l’INSEE en 2010.

L’étude apporte de nombreuses données intéressantes.

Tout d’abord, la majorité des jeunes (15-29 ans) connaissent quelqu’un dans leur entourage qui parle breton (73% en Finistère, 60% en Côtes d’Armor, 52% en Morbihan et 43% en Ille-et-Vilaine). C’est un signe positif quant à la vitalité de la langue.

Par ailleurs, il apparaît au terme de cette étude que ces jeunes brittophones vivent plus dans les grandes villes (37% d’entre eux vivent à Brest ou Rennes), que les jeunes ne parlant pas breton (18%). Par contre, seuls 13% des jeunes brittophones vivent dans une commune de moins de 2000 habitants (21% des jeunes monolingues francophones). Ce profil de « jeunes urbains » est une tendance importante dans l’évolution de la population brittophone.

Les jeunes locuteurs de breton sont également plus diplômés que les non-locuteurs (88% des jeunes brittophones ont au moins le baccalauréat contre 46% pour les non-locuteurs).

Enfin, les brittophones parlent plus facilement 

Proportion de jeunes à maîtriser au moins deux autres langues que le français et  le breton
Proportion de jeunes à maîtriser au moins deux autres langues que le français et le breton

: 60% d’entre eux disent qu’ils parlent 2 langues en plus du breton et du français contre 30% pour ceux qui ne parlent pas breton. De nombreuses études internationales mettent en avant les bienfaits du bilinguisme précoce ; en Bretagne, les recherches sur ce sujet manquent, en ce sens les données de l’étude du CRIJ apportent des éléments statistiques appréciables.

Concernant le gallo, les données font apparaître une moindre présence : 82% des jeunes disent n’avoir jamais entendu parler gallo autour d’eux. Cependant, 49% des jeunes disent savoir que le gallo existe. 1 jeune sur 10 dit avoir des notions en gallo (8% connaissent quelques mots parlés, 1% a une compétence linguistique assez bonne, 1% a une compétence très bonne).

Cette étude fait apparaitre des éléments statistiques nouveaux qu’il serait intéressant de suivre à échéance régulière afin de continuer à mieux appréhender les évolutions en cours.

 

PARTAGER
Article précédentAr re yaouank hag o strategiezh kelaouiñ
Article suivantLe transport Mod-all

Ofis Publik ar Brezhoneg zo un diazezadur publik bet krouet gant ar Stad, Kuzul-rannvro Breizh, Kuzul-rannvro Broioù al Liger ha kuzulioù-departamant al Liger-Atlantel, ar Mor-Bihan, an Il-ha-Gwilen, Aodoù-an-Arvor ha Penn-ar-Bed.

L’Office Public de la Langue Bretonne est un établissement public créé par l’Etat, le Conseil régional de Bretagne, le Conseil régional des Pays de la Loire et les Conseils généraux de Loire-Atlantique, du Morbihan, d’Ille-et-Vilaine, des Côtes d’Armor et du Finistère.

11 Commentaires

  1. à mon tour , je pose la question
    la Loire atlantique n’apparait pas , c’est une “erreur” , ou un oubli ???
    si c’est volontaire , c’est grave et va à l’encontre de notre combat à tous sur ce site

    • Notez que cette étude a été réalisé par le CRIJ, qui dépend de la région administrative de Rennes, malheureusement, et n’a donc pas mené ce travail sur la Loire-Atlantique.
      L’Ofis ne fait ici que commenter les résultats qui concernent les langues de cette étude du CRIJ. Une raison de plus pour exiger une unité administrative de toute la Bretagne, comme ça à l’avenir, nous n’aurons plus ce genre d’études aux résultats tronqués. Rendez-vous le 19 mars à Naoned!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here