Direct : Les salariés de Tilly-Sabco retiennent les élus en visite

blocage des élusEn visite ce matin dans les locaux de Tilly-Sabco, les élus sont actuellement retenus par environ 200 salariés.

A l’issue des réunions du matin durant lesquelles le PDG Daniel Sauvaget et les représentants du personnel interpellaient des élus sur l’urgence de la situation, les salariés auxquels aucune réponse n’a été apportée, ont décidé de ne pas laisser partir les personnalités en visite. « Il ne s’agit pas d’une séquestration, précise Corinne Nicolle, la déléguée syndicale CGT, mais plutôt d’une invitation cordiale à rester dans nos locaux »

« Nous n’en voulons pas à ces élus qui sont venus à notre rencontre ce matin. Nous avons conscience qu’ils ont toujours oeuvré pour faire activer les choses. Mais ils restent notre seul moyen de pression » poursuit Corinne Nicolle. « Il est hors de question de laisser tomber une entreprise correcte avec ses salariés et dont le principal actionnaire n’a pas pris de dividende car il était aidé par l’Europe. » 

« Les salariés sont menés en bateau depuis novembre et sans l’arrivée d’aides sans les jours à venir, notre entreprise sera en cessation de paiement sous huit jours. Nos salaires ne seront plus versés. »

Un emprunt obligataire de 4 millions d’euros devrait être contracté au profit Tilly-Sabco. 3,6 millions d’euros  devrait venir dans la trésorerie de l’entreprise. 400 000 euros seraient injectés dans le réseau de distribution Econiam pour tenter de sauver l’activité. L’entreprise Tilly-Sabco avait bénéficié d’un plan de continuation auprès du tribunal de commerce de Morlaix en décembre 2007. Cette fois-ci, elle risque la liquidation si aucune aide n’est versé sous huitaine. « Il faut savoir que nous payons comptant nos fournisseurs, quand d’autres payent à un mois ou plus » poursuit Corinne Nicolle « il faut en tenir compte ! »

« On fait appel à la solidarité des céréaliers qui touchent des aides PAC et qui pourraient montrer un élan de solidarité envers la filière avicole » termine la déléguée syndicale.

Les salariés retiendront donc les élus sur place au moins pour le déjeuner. « On a commandé des sandwichs pour eux » précise un salarié. Et dans l’après-midi, un vote devrait statuer sur la suite de l’invitation cordiale à rester dans les locaux.

 

 

20 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.