Elections municipales : Navrant mouvement breton…

28

Tribune libre

Sphincter ! Anarchiste ! Cocu ! Mauvais breton ! En ce moment il y a des femmes et des hommes qui se battent pour monter des listes bretonnes à Vannes, Rennes, Quimper et ailleurs. Et devinez devinaille ce que fait le gros des militants bretons du coin ? Eh bien, ça regarde, ça commente, ça fait sa danseuse, ça hésite à soutenir, ça sait pôs trop. Ca se pince le nez aussi. L’air parfaitement dégoûté. Beuuaaaahhh. Ah les navrants ! Ca regarderait sa mère se casser la gueule d’un tabouret pour voir si la pirouette est belle ! Pour une fois, pour une putain de fois que des indépendantistes ou des autonomistes bretons courageux lancent des listes autonomes aux municipales ! Des gens qui osent se confronter au réel. Les trottoirs, les horaires de bus, la taux d’endettement, les travaux de la place des Tilleuls. Rien de sexy, rien de « grand soir », mais au moins les électeurs sauront que les nationalistes bretons ce ne sont pas que des barbus qui défilent à Nantes ou à Quimper un fois l’an. Pour une putain de fois, les nationalistes bretons ne jouent pas les ramasseurs de balle sur une liste écoloïde, droitoïde, alternativoïde, citoyennoïde. Problème : à une semaine du dépôt des candidatures, certains ont du mal à boucler leur liste ou à payer les tracts. Alors, normal, ils vont demander aux mecs comme eux. Ceux qui crient « Bretagne Libre !» quand les gallois battent les français au rugby.

Eh bien, ma bonne fleur, on s’aperçoit que là c’est le concert des trouillasses! La chorale des couilles molles ! Mettre son nom sur une liste « bretonne », en bas, bien caché ? « Oh neuuuannn oh la la» « La CIA va venir me chercher ». Au minimum ! « Mon téléphone grésille !» Pauvre baltringue ! Moule à gauffre ! “Chui sur écoute, ça s’entend dans le téléphone !” mais oui ma bonne marraine, ils n’ont pas évolués depuis les Brigades du Tigre !

Et puis dans l’ignominie, il y a encore mieux ! Parce que là, les bretons amoureux de leur pays auront le choix pour ces élections municipales ! Ah bah faut le dire ! Des bretons de service, il y en aura sur toutes les listes en mars ! Partout ! Partout ! L’infiltration massive ! Valls devrait s’en inquiéter ! Même le Mossad n’aurait pas fait mieux ! Les trotskards peuvent aller se rhabiller ! A Rennes, par exemple, on aura le président du Parti Breton et quelques lascards sur la liste UMP, l’extrême-gauche bretonne sur la liste NPA/Front de Gauche et en cherchant bien on doit trouver un joueur de palet sur la liste Front National. Et l’UDB ? Quoi l’UDB ! Bah oui l’UDB sera sur la liste PS, mais ça il est inutile de le mentionner puisque c’est le même cirque depuis 74. L’UDB a des ambition de 5è roue du carosse, l’UDB se forge un destin de radicaux de gauche et assume. Respect ! A Nantes, l’UDB part, tout sourire, sur la liste de Jean-Marc Rolland. LA téléguidée par Ayrault, l’ennemi numéro 1 de la réunification ! Jean-Marc Rolland c’est le diable en brushing ! Lucifer avec des boucles d’oreilles ! Et puis Ayrault, le mentor, c’est LA personnalité détestée du moment avec François. Quasiment Pol Pot tous les deux ! Bah ‘fait rien, l’UDB, sourire Uncle Ben’s, va sur la liste PS à Nantes. Et est content ! Brav ! Clap clap !

Pourtant à Vannes, il y a la liste Deléon (Gwened 2014), à Rennes, la liste Ollivro/Darcel (Rennes-Bretagne-Europe), à Quimper la liste Le Gars (Kemper bev). Moi je ne partage pas toutes leurs idées, loin de là, mais il ne me serait pas venu à l’esprit de ne pas les soutenir d’une façon ou d’une autre. Ou d’aller sur une liste concurrente. Bôh non, apparemment ça ne percute pas chez ceux qui veulent une Bretagne autonome ou indépendante, la réunification, le breton, le gallo, etc… Non, non. Faut faire son difficile. Faut observer le copain se casser la gueule avec délectation. Ou pire, il faut aller faire le ramasse-crotte sur la liste d’un parti français, où les revendications nationales bretonnes sont releguées au point 45, en bas à droite.

Tas de cons ! Voyous ! Caniches ! Ca va rêver au Pays Basque au mois de juillet et ça se comporte comme un tourangeau une fois revenu ! Et en plus, ça va s’inquiéter du score de Jean-Luc Le Pen au soir du premier tour. Tu vas voir, il y aura encore des lois de faites. Sur Facebook ! Pffffffff. Bons à rien ! Bouinous  Kropotkines ! Jean-Claude Dusse ! Inutiles !

28 Commentaires

  1. je voulais faire un petit commentaire à Mael Pellan : c’est bien gentil d’aboyer comme cela, mais un peu facile quand même !
    Car les militants des partis politiques bretons (guère plus de 1500) font ce qu’ils peuvent, car que font, à part aboyer, les 10% de Bretons informés , convaincus qu’il faut changer la donne. Ces 10% représentent plus de 400,000 personnes . Alors quand il y aura un peu plus de monde à s’engager et un peu moins à critiquer systèmatiquement ou à essayer de tout foutre en l’air quand on n’est pas d’accord à 100%, on avancera.

  2. Mael Pellan peut dire ce qu’il veut , en tout cas , il y a des “couillus” avec JJ Valy ( amzer dazont lann er ster e Breizh. Réussir dans une ville moyenne à bâtir une liste complète démarquée des divers gauche( LNC) et du PS , mérite déjà un grand coup de chapeau( breton). La ligne est donnée , il va falloir que les instances bretonnes aient à l’avenir le courage de dire qui elles sont et se démarquent du jacobinisme parisien.

  3. cela fait des annees que cele se passe quand je vois que l on n a meme pas le courage de faire de l anniversaire de la bataille de ballon notre fete nationale cela me desolquand je vois aussi ce que l on afait de l anniversaire d anne de bretagne alors que c etait l occasion de frapper un grand coup mais voila il ne fallait pas deplaire aux franchouillards

  4. Tête de liste de “Amzer dazont Lannarster e Breizh” (L’avenir de Lanester en Bretagne), Jean-Jacques Valy a réuni ce dimanche ses colistiers. 28 personnes étaient présentes.

    « Notre liste Amzer dazont Lannarster e Breizh (L’avenir de Lanester en Bretagne), composée de militants UDB et associatifs, ainsi que de simples citoyens engagés sur les questions économiques, écologiques et culturelles, tous avec la Bretagne au cœur et le cœur à gauche, est une version locale « gwenn ha du et beurre salé »

  5. Très bonnes invectives. En effet, je supporte mal tous ces gens qui se pincent le nez, font le délicat dès qu’on les met en face des responsabilités qu’ils prétendent vouloir prendre.
    La discutions, la construction d’esprit, l’échafaudage intellectuel, beaucoup sont très bons dans ces types d’exercices politiques.
    Mais mis au pieds du mur, plus un chat, plus un chien…
    Ils se mouillent uniquement sur des listes jacobines, histoire de montrer au monde politique “français”, qu’ils sont respectables en fréquentant leurs nervis parisiens. Ils reçoivent une caresse pour chien-avec-collier et en jappent de plaisir et de fierté :
    ça y est, le beau Rolland de Nantes à publié sa liste au complet : Toutes “les tendances” de la gauche que compte Nantes sont représentées sur Sa liste. Mais tout de même, force reste au PS… Si c’est pas de la politique ça ?
    Ces brito-jacobins de gauche-là sont néfastes à la lutte libératrice bretonne, ils s’en disent proches mais non seulement ne font rien pour elle, mais en plus ils la sabordent sournoisement.
    Ils ne faut pas compter ces gens là parmi nos amis patriotes, mais plutôt les placer parmi nos adversaires jacobins. Ce sont de dangereux politiques, car ils avancent masqués, un couteau caché dans leur dos.
    Tant qu’il en sera ainsi, la Bretagne restera divisée, déchirée, amoindrie. S’ils ne tolèrent pas des Deléon, Ollivro ou Le Gars, s’ils les critiquent vertement, c’est pour mieux les saborder, les dissoudre. Car ils ne voient pas en eux des compatriotes nationalistes, mais des têtes à abattre. Ils ne tolèrent aucunement le “vote par défaut”. L’électeur UDB, lorsqu’il aurait à choisir, dans le secret de l’isoloir entre une liste pur jus PS et une liste Deléon ou Le Gars, ils voteront PS. Ils voteront jacobin ! Car ce qui compte pourtant, en premier programme politique pour un autonomiste vrai, sincèrement autonomiste, c’est d’abord et avant tout une autonomie pour son pays de cœur (l’Autonomie au sein de l’Union Européenne et non une quelconque autonomie impossible dans une France parisienne, j’entends bien). Les idéologies comme le socialisme rose, le libéralisme, la social-démocratie, le radicalisme ou je ne sais quoi d’autre, ne peut passer qu’en deuxième choix politique. Car sincèrement, y a t-il vraiment de si grandes différences entre des politiques de droite et du centre et de gauche qui occulteraient gravement le premier choix qu’est celui de l’indépendance ? Hors des extrêmes droite /gauche qui eux, cherchent une vraie et violente rupture avec notre système capitalo-libéral. Non bien sûr. Ils le savent très bien ces hypocrites de l’UDB. Alors pourquoi tant de faussetés dans leurs discours ? Sinon pour saborder le vrai combat des justes patriotes bretons ?
    C’est là que je diverge envers l’auteur de cette juste révolte et de cet appréciable mépris envers de ces tièdes personnages. Selon moi, il ne faut pas dire ou analyser qu’un militant UDB a tant de fois mangé son chapeau en soutenant le PS. Non, pas du tout. ce pervers adhère pleinement à la non prolifération du nationaliste breton. Le militant UDB est par essence un parfait nervis du Jacobin , un lète du Parisien malfaisant.

  6. Attention à ne pas tomber dans la facilité de dire que le mouvement breton n’est bon qu’à critiquer sans rien proposer.
    J’en veux pour preuve que malgré les barrages mis par les autorités pour décourager les petites listes de se présenter (cf. 5% des voies, 10% pour se présenter au second tour, absence de financement), il existe des listes purement bretonnes: à Vannes, à Rennes et bien sûr à Carhaix (vous oubliez quand même Troadec!!!)
    Je ne voudrais pas me faire l’avocat du Diablemais dire que le Parti breton s’allie à une liste UMP, est un peut “aller vite en besogne”. Il ne s’agit pas d’une liste UMP mais d’une liste “centre droit”. L’engagement de Mr. Chavannat est de prendre en compte certains désidérata du Parti breton, il ne s’agit pas d’une soumission.Nuance!!!
    En revanche et là je suis d’accord avec vous, qu’en est-il des autres villes bretonnes ?
    Pourquoi la constitution de listes d’abord bretonnes n’a pas été possible? ou existe-il des listes où des sensibilités bretonnes sont réunies?. J’ai le défaut de penser qu’il doit sûrement exister dans certaines communes des personnalités qui se définissent comme d’ardents régionalistes et qui peuvent “aider à la promotion des valeurs bretonnes” même si elles ont l’étiquette de partis républicains français….
    Donc tout n’est pas à jeter mais si on est loin du compte…

  7. 1974 ? Mais mon pôv gars, tu n’y es pas du tout!
    On (je parle ici de l’UDB), a commencé en 1964, et avec le PCF en plus!
    De quoi alimenter tes longues soirées d’hiver.

    • Oui, c’est aberrant de voir qu’il n’y a pas partout des listes d’union des partis bretons. La vision autonomiste ou régionaliste ou indépendantiste (comme on voudra) devrait nous fédérer. Eh ben non, et à des élections d’il y a quelques années où une liste “Nous te ferons Bretagne” de Troadec, avait besoin d’alliance, il se trouva Mona Bras pour dire que jamais l’UDB ne s’allierait avec la droite (sic)… No comment.

  8. Au moins vous avez des candidats ! Nous en Normandie ça râle ça râle ( pour la réunif la défense du normand de notre culture et de notre environnement ) mais des qu’il y a une occasion de faire changer les choses ou au moins de faire pression ça se défile…

    • parcontre le klaod, celui qui essaye recuperé a son compte les comités bonnets rouges, celui qui fricote avec la frange nationaliste franchouillarde de jeune bretagne, ça c’est pire que la couille molle! c’est justement essayer de detruire de l’interieur l’emsav, du traitre quoi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here