Les réponses à Rennes/Roazhon

0

Ci-dessous vous trouverez les réponses des candidats à Rennes/Roazhon (35000), classés par ordre de réponse :

  • Liste « Osons Rennes ! », menée par Bruno Chavanat

Notre objectif : la transmettre aux jeunes générations et lui donner toute sa place dans la vie publique

Le rôle de la ville de Rennes et de la Métropole est essentiel pour soutenir la langue bretonne, pour son utilisation sociale dans la vie publique, et pour mener une politique incitative particulièrement auprès des nouvelles générations des filières bilingues.

– La langue bretonne est la langue celtique propre à la Bretagne et est le bien commun de tous les Bretons, brittophones ou non.

– La langue bretonne, du fait des mutations sociolinguistiques et des mouvements migratoires du XXe siècle, se développe aujourd’hui sur tout le territoire de la Bretagne historique.

– Le soutien de la Ville de Rennes à la langue bretonne est ancien mais il se fait au coup par coup, pour répondre aux actions des militants, et sans réelle vision de développement global de la langue bretonne dans la ville.

Notre vision pour la prochaine mandature est d’élaborer un plan à moyen et long terme du développement de l’usage de la langue bretonne dans la vie publique et dans la société, en collaboration avec les acteurs associatifs locaux et l’Office public de la langue bretonne.

Nous souhaitons que cette vision trouve sa traduction dans un plan de politique précis qui fera l’objet d’un rapport d’étape et d’une concertation régulière entre les élus, les services communaux concernés, les acteurs associatifs et l’Office public de la langue bretonne, réunis au sein d’un comité de suivi.

1) Le breton dans la vie municipale :

• Nommer un élu référent

Une politique linguistique ne peut être menée à bien sans un élu référent en charge de la langue bretonne et du patrimoine culturel breton qui ait une action transversale garante de l’efficacité de l’action publique dans ce domaine.
Cette désignation serait assortie de la création d’un poste de fonctionnaire territorial en charge du développement de la langue bretonne et de la valorisation du patrimoine breton.

2) Langue bretonne et éducation :

• Sensibiliser les familles et les informer sur le bilinguisme breton-français
Trop peu de parents connaissent l’existence des filières bilingues et leurs pédagogies spécifiques. Il importe d’informer régulièrement les familles par tous les moyens disponibles, y compris par la communication institutionnelle : mallette d’accueil aux nouveaux Rennais, site Internet, Les Rennais, panneaux d’affichage municipaux dans les quartiers…

• Recenser la demande d’enseignement en breton dans les écoles publiques
Il convient de mesurer la demande en enseignement en breton dans toutes les écoles maternelles publiques. La Ville de Rennes, l’Office public de la langue bretonne et l’association Div Yezh pourront se prévaloir d’une demande dûment constatée sur le terrain auprès de la Direction académique.

• Elaboration d’un plan de développement de l’enseignement de la langue avec les filières bilingues , Divyehz, Diwan et Dihun avec pour objectif de faire passer le nombre d’enfants scolarisés à Rennes de 650 à 800 pendant la durée du mandat.

• Soutien activités de loisirs en breton
Proposer une activité d’initiation à la langue bretonne et une activité de découverte de l’histoire de la Bretagne dans le cadre des activités périscolaires.

• Favoriser la création en langue bretonne et sa diffusion dans les équipements et manifestations culturels rennais
La création culturelle permet la mise en valeur et la diffusion de la langue bretonne auprès d’un large public, brittophone ou non. La ville s’engage à soutenir la diffusion et la normalisation de cette création en favorisant la programmation, au sein de ses équipements et des grands événements culturels rennais.

3) Breton dans la vie publique :

• Signalétique bilingue dans tous les nouveaux équipements
– La signalétique bilingue des équipements publics rennais doit définitivement « rentrer dans les mœurs » et devenir une évidence, tout comme les normes écologique par exemple.
– La signalétique de la 2e ligne de métro, du Couvent des jacobins, de la Maison internationale seront bilingues français-breton et la signalétique des équipements existants deviendra bilingue progressivement.

• Favoriser l’accueil du public en breton grâce à une politique de recrutement et de formation du personnel communal à la langue bretonne
– La présence de la langue bretonne dans la sphère publique doit aller au-delà du symbole. L’offre de services bilingues doit être considérée comme une amélioration du service rendu.
– En premier lieu il s’agit de former le personnel municipal travaillant en lien direct avec des usagers brittophones : Atsem des classes bilingues, personnel des bibliothèques (en priorité celles disposant d’un fonds en breton), personnel assurant l’accueil à la mairie.

• Développer la présence sonore du breton dans la ville
Donner du breton à entendre est essentiel pour affirmer son caractère de langue vivante et utilitaire. Cela suscite l’intérêt et la curiosité. Un travail particulier est à mener sur les annonces dans le métro, ainsi que sur les animations dans les rues de Rennes (événements sportifs, grande braderie…).

• Communication en langue bretonne
– Traduction de certaines pages du site Internet de la Ville de Rennes/Rennes Métropole
– Présence de la langue bretonne dans chaque numéro de Les Rennais sous forme d’une information régulière en français sur l’actualité de la langue bretonne, d’une part, et d’articles en breton portant sur tous les sujets de la vie rennaise, d’autre part.

• Bilinguisation progressive de la signalisation de jalonnement
Choix de trois lieux emblématiques pour commencer : Place de Bretagne, abords du Conseil régional, abords du Stade Rennais, toutes les plaques des nouvelles rues seront systématiquement bilingues. Les plaques déjà existantes deviendront bilingues au fur et à mesure de leur renouvellement.

4) Charte « Ya d’ar brezhoneg » :

Engagement à travailler en vue d’atteindre le niveau 2 de la charte, voire d’atteindre certains objectifs du niveau 3.

  • Liste « Changez la ville – Cheñchit ar gêr », menée par Matthieu Theurier

Consultez les réponses de la liste “Changez la ville – Cheñchit ar gêr”

  • Liste « Solidarité et progrès », menée par Alexandre Noury

Réponse non parvenue

  • Liste « Rennes, créative et solidaire », menée par Nathalie Appéré

Réponse non parvenue

  • Liste « Rennes Alternative », menée par Rémy Lescure

Réponse non parvenue

  • Liste « Rennes Bretagne Europe », menée par Caroline Ollivro

Réponse non parvenue

  • Liste « Démocratie communale », menée par Pierre Priet

Réponse non parvenue

  • Liste « Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs », menée par Valérie Hamon

Réponse non parvenue

  • Liste « Rennes Bleu Marine », menée par Gérard De Mellon

Réponse non parvenue

[codepeople-post-map]