Ukraene, Criméy, boniaos roujes : le vra d’ertour

Depés le bout de la pâsséy eyou qé les peyis colonizës d’Afriqe e d’Aziy passitent a lou pain gagnant, i n’falae pu préchae de nouvielles nâçions e de nouvielles independances. Deude ela, les peyis de la Galèrne orinitent eune leçon : « l’intangibilité des frontières » qé ça q’a nom. Dens le dreit internaçiona : « uti possidetis juris ». De gros, « les separts qé gn’a deja n’ont point de chanjë ».

Des nouviaos peyis a-digedao

Pâs-meins, le monde vayent ben qé gn’a zû fo de nouviaos peyis depés les anéys 60. Ren qé les daraenes anéys-li, le Kosovo pâssi a son pain gagnant, parail come le Soudan-dou-Bas, le Timor-dou-Soulaire, la Macédouéne, le Monténegro, la Slovéniy, la Croaçiy, l’Ukraene e je n’së qhi d’aotes. Pour dire vif i n-n’a jameins zû sitant de separts depés qé… gn’a pu le dret de n-n’orinae des nouviaos !

D’aotes peupes a espeirae

Les grands etats vouraen ben pâs-meins qé le Monde resterae fllejë, gerouë, a cobë. B’am nena, gn’a core ben des peupes q’il ont point lou etat a yeûs e aparaessance q’ela ne va point décessae les chanjeriys de separts. Les Kurdes n’ont point lou etat, les Palestiniens netout, les Hmongs parail, les Catalans, les Basqes, les Corses, les Bertons, les Galiciens, les Oçitans, les Qébecoués, les Sardes, la Nouvielle-Calédoniy e d’aote e d’aote. Châqe de yeûs ét a s’n etape a li de conçize naçiona meins dame gn’ara tenant dou drao tant qé lou afaere ne s’ra point amaréy. C’ét de méme, gn’a des debrouillas naçionaos qé l’arjient ou des rotes en pu ne regllent point, pa.

La mondializaçon, yan meins…

Aloure, tout le qai-la ét vra dusse a enterluzae pour les ghimentous françaez. Meins c’ét de méme, le drao en Urkraene e en Criméy s’orine de l’erreur qé gn’a ente les grands etats e les peupes. Gn’a dou drao o l’Ukraene e Poutine astoure ? Meins ça s’ra de domé dens le mei de novembe ente la Catalogne e l’Espagne, dame. L’Ukraene ét ren qé l’enrayaïje d’eune defiliaçion. Astoure ét la mondializaçon qi meune, meins faot point songnae : méme si qé le monde ont tertout l’internet, châqe a afaere d’avaïr son peyi a li. E d’o internet e la mondializaçon justenément, les peupes qi n’ont point lou etat a yeûs vayent ben qé d’aotes ont rencontrë lou afaere anlhou. « Aloure pourqhi point nous-aotes ? » qi sonjent. D’aote-faï en Bertègn gn’avae ren qé TF1, Ouest-France, le Télégramme, Presse-Océan e qheuqes radios a faere la baniy. De tous les amins, i n’taet contance ren qé de la France, « note peyi depés terjou e pour tenant » e les ciuns qi voulaen ecourtae la tiere taen « ren qé de foleillous ». Meins dame astoure, o l’internet, gn’a meyen de s’enghimentae d’aote. D’alae vaïr pu lin. De vaïr coment qé sonjent les aotes.

Ca bouéde

E dame n’en vaïr ben qé les aotes peupes come nous aotes vieulent yeûs etout ecourtae la tiere, vieulent yeûs etout lou etat. Qé les grands etats naçions ne lou haetent point a yeûs etout. Raport qé cant q’c’ét qé les peupes sont minz a s’ente-meleyae i n-n’a tenant yun qi çerche a pâssae maete su l’z aotes. C’ét de méme ! Ca taet de méme dens la Yougoslaviy eyou qé ça taen les Serbes qi m’naen pour en fini, ça taet de méme dens l’URSS eyou qé ça taet les Russes qi m’naen. Les grands etats-la sont des meniaeres de montaïjes d’esprit meins ét ren qé des chafaods su rouélle a la parfin. Dessour, les peupes empréssës, engouillës sont a bouéde. E en Bertègn, o les boniaos roujes, j’on ben veû qé ça bouéde, ça bouéde…. Ca bouéde raport a l’ecotaxe meins ça bouéde etout raport a l’aotonomiy, les parlements de Bertègn, le dret de m’nae note qai a note lon leïzi…

L’ome, eune anima soçia e qhultura

C’ét de méme, l’ome ét pâs ren q’eune anima economiqe, ét etout eune anima qhultura e soçia. Yi donae de la vivatûre assë n’empoze pâs q’i vieu etout m’nae son roule a son bada, préchae son parlement a li,veqhi eyou qé son monde veqhissaen….

2014, c’ét qemanssae la prime des peupes, 2014 c’ét qemanssae le redoubllement dou vra.

Parolië : le vra d’ertour : le retour du réel / pâssae a son pain gagnant : devenir indépendant / deude ela : à partir de cela / les peyis de la Galèrne : les pays occidentaux / orinae eune leçon : inventer une doctrine / de gros : en gros / separts : frontières / n’ont point de : ne doivent pas / pâs-meins : pourtant / flléjë : figé / gerouë : glacé / a cobë : immobile / aparaessance qé : apparemment / se bourdae : s’arrêter / conçize : conscience / amaréy : résolue / debrouilla : problème / tout le qai-la : tout ça / enterluzae : comprendre / ghimentous : journalistes / erreur : différence / drao : bazar, tension / l’enrayaïje d’eune defiliaçion : début d’une suite / songnae : se faire des illusions / recontrae lou afaere : réussit leur coup / anlhou : ailleurs / faere la baniy : donner les nouvelles / de tous les amins : de tous les côtés / depés terjou e pour tenant : depuis toujours et pour toujours / ecourtae la tiere : acquérir son indépendance / foleillous : fous-furieux / haetent : convient / chafaods su rouéle : des constructions branlantes, des échaufaudages instables / empressës : étouffés / engouillës : étouffés par qqe chose dans la bouche / bouéde : bouillir / a note lon leïzi : comme bon nous semble / anima : animal / vivatûre : de quoi subsister / m’nae son roule a son bada : décider de sa propre vie / la prime : le printemps / redoubllement : retour / vra : réel

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.