Bretons #97 : L’ambiguïté Le Drian…

10
5

COUV-B97Le “Bretons” de ce mois-ci évoque l’une des plus effroyables tragédies du XXè siècle et même d’avant : le transfert des matchs du FC Nantes du stade Marcel Saupin au stade de la Beaujoire. Le 28 avril 1984. Douleur de la fin d’un monde. Souvenons-nous, les larmes aux yeux….

Plus anecdotique face à cette gigantesque catastrophe : l’interview de Jean-Yves Le Drian en pages centrales. L’observateur attentif retiendra une phrase pleine d’ambiguïté sur  la réunification de la Bretagne. Du genre “Ce serait bien, mais c’est point le momint”. Fâcheux, fâcheux… Car, depuis 2 ans qu’il est au gouvernement, l’ancien président de la région administrative n’a guère brillé par ses services rendus à la Bretagne. Or, celui-ci ferait bien de se rappeler que les élections régionales approchent (2015) et que ce ne sont pas les ressortissants de Kidal ou de Damas qui auront le bulletin de vote entre les dents…

Thierry Merret, l’un des leaders des Bonnets Rouges, est également présent dans ce numéro. Portrait détaillé. Celui-ci ne ménage pas ses critiques contre les centre Leclerc et la grande distribution. Hasard du journalisme, l’une des fondatrices (Hélène Leclerc) de la dite chaîne de supermarchés est justement interviewée… quelques pages plus loin.

Cet hiver aura encore été l’occasion de quelques tempêtes bien calibrées, Bretons fait un papier sur le ressenti de nos compatriotes, les tempêtes restées dans l’imaginaire collectif. Article raccord avec l’ouragan social que promet Merret en Bretagne si le gouvernement s’obstine dans les écotaxes et le jacobinisme triomphant. “Pas de victoire facile grâce à des hasards heureux”, malgré les déclarations encourageantes de Ségolène Royale, la marche des bonnets rouges est encore longue…

Pêle-mêle : l’un des hommes de l’ombre des grands du XXè siècle, Morvan Duhamel, dévoile, dans un livre,les dessous de la Vè république. Le fils de Kofi, Kwame Yamgnane, participe à l’aventure de 42, la web-académie 12.0 de Xavier Niel, les lycées de Quimper et les coulisses des championnats de bagadoù. Ce dernier article comporte une maladresse dans l’emploi du mot “ligérien” pour le bagad de Saint-Nazaire, mais rien de bien méchant. Benjamin Keltz paiera la tournée à l’ensemble des sonneurs de Bretagne en chantant “FC Nantes champion !” pour sa peine.

10 COMMENTS

  1. Ce qui est clair c’est que nos politiques à Paris penche très vite du côté de notre très ancien persécuteur, alors qu’il faudrait reconnaître aujourd’hui enfin les horribles erreurs du passé au travers d’une histoire Bretonne enseignée dans nos écoles pour surtout ne pas les oublier ! Nous pourrions et devront les excuser si la France les corrige au travers d’une fédération Bretonne dans un état fédéral Français. Ou alors il faudra nous expliquer pourquoi au 21ème siècle on ne nous rend pas nos droits et notre place extirpés par la force et la brutalité, ce qui a perduré jusque dans l’aculturation d’après guerre ! Et perdure encore au travers de la prévalence de la région Parisienne au niveau économique, politique et médiatique !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.