Quel avenir pour Jean-Marc Ayrault ?

12

Peu après son limogeage de Matignon, Jean-Marc Ayrault a fait part de son intention de reprendre son siège de député. Quel avenir politique pour celui qui, après avoir atteint son rêve en devenant premier ministre, voit ses combats peu à peu se transformer en échecs ?

L’abandon de Notre-Dame-des-Landes

Le projet semble avoir du plomb dans l’aile depuis la mise en place d’un moratoire par Ségolène Royal.

Nommée début avril, la Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie avait déclaré vouloir “attendre l’issue des recours qui ont été faits. Une lettre de mise en demeure de la Commission Européenne, déposée sur son bureau il y a quelques jours, l’oblige à ne pas signer le lancement les travaux. Bruxelles reprocherait au gouvernement français des manquements, notamment l’absence “d’évaluation stratégique environnementale [pour] les plans et les programmes fixant le cadre pour la construction d’un aéroport“.

Un véritable désavoeu pour les partisans qui n’avaient pas suivi les recommandations du Conseil national de protection de la nature, “défavorable” au chantier.

Un tweet d’Olivier Razemon publié ce mercredi conforte les opposants. Le journaliste, spécialiste des questions de transports au quotidien Le Monde, affirme que le projet serait en voie d’abandon. Les autorités sembleraient privilégier l’extension de l’aéroport de Saint-Jacques-de-la-Lande en Îlle-et-Vilaine.

Vers une possible réunification

L’annonce avait été faite par François Hollande lors de sa conférence de presse en janvier dernier. La proposition de réduire  “de moitié” le nombre de régions a redonné espoir aux défenseurs du retour de la Loire-Atlantique en région Bretagne dont le conseil régional a voté jeudi dernier “un vœu en faveur de la réunification et la création d’une assemblée unique“. Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère et président de la commission des lois, proche de Manuel Valls étant l’un des instigateurs de ce projet. Un décision prise dans la lignée des différents mandats de Jean-Yves Le Drian, qui aurait refusé le poste de premier ministre lors du dernier remaniement. Ce proche de François Hollande pourrait profiter du changement de locataire à Matignon pour faire entendre sa voix.

Depuis des années, le débat fait rage entre les élus sur ce sujet. Jacques Auxiette et Jean-Marc Ayrault souhaitant la création d’un Grand-Ouest qui rassemblerait la Bretagne administrative, les Pays de la Loire, et éventuellement le Poitou-Charentes. Les deux Normandies y seraient exclues après les déclarations du président de la Haute Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol, invitant les régions voisines (la Basse-Normandie et la Picardie) à le rejoindre dans un autre ensemble.

Déjà en 2009, l’ancien maire de Nantes (à l’époque président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale) avait mis la pression sur la commission Balladur, chargée par Nicolas Sarkozy de redéfinir les régions françaises. La délégation préconisait la suppression des Pays de la Loire, la réunification de la Bretagne historique et donnait naissance au Val de Loire. Furieux, il avait décroché son téléphone afin d’exprimer son mécontentement.

Le rapport aurait été mis au fond d’un tiroir, ne faisant plus partie des priorités du gouvernement Fillon après la crise économique et financière.

Quelle trace laissera Jean-Marc Ayrault dans le paysage politique ? Certes, les Nantais de longue date affirmeront que l’ex-premier ministre a transformé la Cité des Ducs. Mais les travaux engagés lors de sa mandatures relevaient de la nécessité.

Sans doute lourdement affecté par le déficit d’image dont il bénéficie depuis sa nomination à Matignon, le natif de Maulévrier (Maine-et-Loire) pourrait être tenté par le Sénat ou la présidence du conseil départemental de Loire-Atlantique. Seules fonctions dans lesquelles il pourrait peser pour défendre les combats qu’il a mené durant des dizaines d’années. En aura-t-il encore la volonté ? La question de sa crédibilité au sein de la classe politique se pose. Dernière hypothèse : prendre sa retraite (estimée à plus de 180 000 euros par an par la presse française).

12 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.