BRETONS #98 : Tabarly, une légende bretonne…

3

bretons 98Le magazine “Bretons” de ce mois-ci fait sa une sur Tabarly. Blablabla, la transat anglaise en 64, patatipatata. Bon moi la Voile j’y connais rien, c’est un sport de riche et puis personne ne m’a jamais invité sur sa barquasse. Tabarly… bon… à ce qu’on dit, il avait du panache, de la personnalité…. et pas jacasseur, parlait pas beaucoup…. au moins il ne racontait pas de conneries… Pour les amateurs à godasses Compass24 ! Les voileux de la rue de Rivoli vont adorer…

Ah ! Venons en au sérieux ! Loïc Hénaff, le patron des pâtés. Ah il ne se mouille pas sur la Bretagne, Le Corre lui tend la perche 36 fois mais il tourne, il gigote… La réunification (p° 48), je dis pas, mais je dis quand même, mais sans le dire vraiment…. encore une honteuse ! Oh et puis d’aller raconter que “personne ne réclame plus l’indépendance de la Bretagne aujourd’hui” (p°49), la honte ! 36 fois le rouet, la roue et l’estrapade ! Là Loïc va falloir sortir de Pouldreuzic. Y’a bien des cars qui l’emmènerait au moins jusqu’à Pont L’Abbé pour qu’il sorte de ses jambons cet enfant…

Et puis Le Corre ne lui pose pas LA question que tout le monde attend : POURQUOI IL N’Y A JAMAIS DE PÂTE HENAFF A L’INTERMARCHE DE QUESTEMBERT ? Tout le temps en rupture de stock ! On s’en fout de son courrier qui part à 14h au père Hénaff (p°49), nous ici on bouffe du Larzul 6 mois de l’année et Loïc ne semble pas s’en soucier . Merde quoi ! Appelle le responsable de rayon, engueule le préfet, mais fait quelque chose !

Caryl Féréy le romancier en p°19. Supporter des “Verts” de Saint-Etienne, ça peut pas être un mauvais gars… Faudrait lire ses bouquins… Fan des Clash aussi !… Bien, bien, bien… enfin depuis que j’ai appris que Joe Strummer était un fils de diplomatique ça ma refroidi la crête, moi les Clash… Les fils de bourges qui jouent les percés du jean, ça me crispe… Encore des mecs qu’ont un problème à régler avec papa…heureusement il reste Mick Jones. Et Paul Simonon ! Eux c’était des vrais Working Class Hero des Clash ! Et putain, la pochette de London Calling. LA POCHETTE MYTHIQUE ! Simonon qui casse sa basse au Palladium de NYC ! La photo parfaite ! Le vrai Wock n’ Woll !

Bon, bref… Ah tiens, justement en parlant de Wack ! En pages 40-43, l’île d’Hoedic qui monte des groupes à tout va. En Bretagne on a de ces trucs quand même !  Ca me rappelle ce concert des Ramoneurs dans une étable. A l’entracte, ils avaient fait sortir le public pour que le paysan fasse rentrer ses vaches. Une fois la traite terminée, les normandes étaient rentrées au cllot et le concert avait repris. Dans la bouse et tout ! Total punk agricole ! Y’a que chez nous que c’est possible !

Aaaaah Ouestélio en page 22. Bien, bien. Une entreprise d’impression qui donne une place de choix à la langue bretonne. Très bien d’avoir fait un sujet sur une boîte comme ça !

Olwen Fouéré, la fille de Yann Fouéré, célèbre actrice irlandaise, qui a toujours les flics au cul, des 60 ans après… Marrant ! (p°26)

René-Yves Creston. L’artiste ! Les 7 Breur ! Respect absolu. Je me damnerais pour un tableau de Creston ou Xavier de Langlais dans mon salon. Quel mouvement ! Scandale qu’on ne les célèbre pas plus en Bretagne !

Ah, je me demande ce que Le Corre a sur le billig pour le 100ème. Allez voir, il va sûrement nous sortir un breton de l’espace, un bigorneau qu’a inventé le caméscope en 6D, une interview post-mortem de la Duchesse Anne. Faut dire qu’il en trouve des bretons improbables…. Tiens, un numéro TOUT EN GALLO ! Pour la 100è ! Ecrivez-lui pour exiger un numéro entier de Bretons en gallo, il adore recevoir des courriers : Didier Le Corre / Éditions Blanc et Noir / 2 place de la République / BP 43950 / 56039 Vannes Cedex. 

3 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.