Réforme territoriale : la valse des régions

Depuis l’annonce par François Hollande en janvier dernier de réduire de nombre de régions, les spéculations vont bon train.

Le Premier Ministre l’a assuré lors de son discours de politique générale, « en cas d’immobilisme, le gouvernement tranchera. Une nouvelle carte des régions pourrait être établie au 1er janvier 2017 si le conservatisme prend le pas sur le changement« .

Vers une carte à 12 régions

La Corse, dotée d’une assemblée territoriale serait épargnée par la réforme.

Pour passer de 22 à 12 régions, des fusions doivent s’opérer. Les assemblées concernées par les regroupements pourront se prononcer sans consultation préalable de la population.

Ainsi, un accord aurait déjà été trouvé par la Bourgogne et la Franche-Comté. Les deux Normandies quant à elles seraient également en consultation avec la Picardie, qui ne souhaite pas se voir éparpillée entre plusieurs régions.

Quel avenir pour les Pays de la Loire ?

La réforme ne réjouit pas Jacques Auxiette, président des Pays de la Loire. Après avoir réuni son assemblée en session extraordinaire le 13 mai dernier, la région dépense sans compter pour afficher son refus de démantèlement.

Il a récemment rencontré Ségolène Royal et Jean-François Macaire, ancienne présidente et président actuel de Poitou-Charente pour inviter les Conseils Économiques, sociaux et environnementaux (CESER) des deux régions à se prononcer sur un éventuel rapprochement. L’aboutissement de ce projet serait un véritable pied-de-nez aux militants pour la réunification de la Bretagne.

J.-F. Macaire, s’était pourtant prononcé en début d’année en faveur d’un rapprochement avec la région Centre. Hypothèse partagée par la même Ségolène Royal le mois dernier, qui avait évoqué une éventuelle « option littorale » avec les Pays de la Loire ou l’Aquitaine. Cette dernière région aurait quant à elle les faveurs de Jean-Pierre Raffarin qui verrait d’un bon œil un mariage Poitou-Limousin-Aquitaine. « Poitiers et Bordeaux ne sont pas des villes concurrentes comme Metz et Nancy, elles sont complémentaires. » avait déclaré le  Sénateur de la Vienne.

L’annonce faite hier s’apparente à une dernière cartouche grillée par Jacques Auxiette, en fin de règne appuyé par Ségolène Royal en quête de popularité dans les médias.

31 COMMENTS

  1. Nicolas SRFC, supporter de foot j’imagine. Qu’est ce que vient faire le foot la-dedans. Nantes et Rennes sont aussi bretonnes l’une que l’autre, si on a été séparé c’est par la « connerie » des gens comme toi. La rivalité footbalistique n’a pas sa place dans un débat qui engage l’avenir des Bretons et des Français plus largement. Je suis du Pays Nantais, l’un des 9 pays de la Bretagne historique, symbolisé par les 9 bandes du Gwenn Ha Du, que peut-être tu agites certainement fièrement ( à juste titre) et sans doute aux Matchs de foot du Stade Rennais. Donc rien qu’en faisant ce geste, tu cautionne les « 9 » pays bretons historiques. La gue-guerre débile renno-nantaise ou nanto-rennaise (si tu préfères) c’est de la connerie pure et simple, une chose de footeux et de politicards corrompus qui tiennent à leur petite cité uniquement pour avoir un boulot payé par les contribuables. En plus mon Père est rennais et ma Mère nantaise, et je pense ne pas être le seul à avoir des parents issus des 2 cités bretonnes, comme quoi l’entente est possible, sauf à continuer dans la connerie et faire le jeu des politicards ou des entremetteurs de spectacles qui jouent sur cette « rivalité » débile pour remplir leur stade ou salle de sports. Désolé si je suis brut de décoffrage, mais tu sais nous les bretons du Sud, nous sommes tout aussi franc et direct que les bretons du Nord.

  2. Disparition de la Bretagne=l’Unesco en colère=mal parti pour les politiciens=la presse mondiale écrit la honte de la France.

    vive Nantes-Bretagne !!! que justice soit faite !

    • Mais, amigo, le sentiment d’appartenance à une culture commune en Bretagne (incluant le pays nantais, donc) est bien présent. C’est peut-être le jacobinisme outrancier qui veut absolument briser les identités régionales, qui est dans le passé.

  3. attention au piège du référendum
    moi aussi je suis d’accord pour la suppression pure et simple du décret Pétain et retour automatique de la Loire Atlantique à la maison

  4. Je pense que face à ce projet destructeur de la Bretagne il faudrait peut-être profiter des festivals vieilles charrues et intertceltique comme tribune politiques, médiatiques et populaires en faisant intervenir des personnalités internationales Ecosse, Irlande, FUEN, et favoriser à défaut la fusion PDL- BRETAGNE sinon le pire est à craindre et les dégâts pourraient être pour le coup irréversibles ! De toute façon le nouvel ensemble deviendrait la BRETAGNE en effet la majorité sont des Bretons les 2 plus grandes villes sont Bretonnes, 5 départements sur 8 sont Bretons, 2 l’ont été historiquement de manière courte mais quand même, la population Bretonne est de plus très présente dans les départements limitrophes, en ce qui concerne la Vendée si on lui laisse le choix il n’est pas sur qu’elle reste, donc concrètement la Bretagne administrative deviendrait plus grande que l’historique cela compenserait l’histoire récente ? Parce que en cas de fusion avec en plus Poitou-Charentes la donne change fondamentalement et tendrait vers une disparition de la BRETAGNE !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.