Réforme territoriale : quel avenir pour le pays nantais ?

5
4

François Hollande souhaitait accélérer la réforme, les présidents de régions passent à l’acte. Selon un projet de loi concernant une probable réforme territoriale adopté le 14 mai dernier en Conseil des ministres, les régions pourront se voir attribuer le feu vert pour fusionner.

Les Pays de la Loire, qui ne souhaitent pas être éparpillée entre plusieurs régions cherchent une région qui voudraient bien accueillir cet énorme conglomérat, jeune de 45 ans, sans réelle identité historique.

Et la Loire-Atlantique dans tout cela ?

Autre mesure phare annoncée, la suppression des départements, pourrait faire l’objet d’un autre texte. Elle nécessiterait les 3/5 du Congrès (formé par les parlementaires de l’Assemblée Nationale et du Sénat). Après le désastre des municipales en mars dernier, la Chambre-Haute devrait rebasculer à droite lors du prochain renouvellement en septembre prochain privant ainsi cette option.

Grand absent du débat médiatico-politique, Philippe Grosvalet. Ancien cadre associatif de 56 ans, il occupe la fonction de Président du Conseil Général de Loire-Atlantique, très concernée par les projets de la réforme territoriale. Ce département industriel, historiquement breton, fait l’objet de toutes les convoitises.

Ses rares déclarations sur le sujet laisseraient penser que le Conseiller général du canton de Saint-Nazaire pencherait pour le statu-quo, mais en révisant le rôle des régions. “La vraie question, c’est la décentralisation, donc la place de l’État. […] Ce qui compte, c’est de réfléchir à l’autonomie des régions, à leurs compétences élargies, à leurs moyens.”  avait-il déclaré à la presse régionale au début du mois. “Je pense que la parole doit être donnée aux français. Pourquoi pas un référendum ?” avait-il ajouté.

L’élu nazairien a toujours plus ou moins laissé plané le doute sur sa position en cas modification des frontières régionales. Ce “breton de coeur” comme il se réfini a déjà évoqué l’idée d’un Grand-Ouest regroupant la Bretagne, la Normandie et une partie du Val de Loire.

 

Réforme territoriale

 

5 COMMENTS

  1. Le problème que nous avons dans le 44, c’est l’absence de “leader” comme Président du Conseil Général. A croire que tout a été fait aux dernières élections pour mettre quelqu’un de sympa, mais de docile et malléable pour le PS local et “régional”. Ah si seulement nous avions eu un pdt comme a eu La Vendée, ça ferait bien longtemps que le débat aurait été tranché et que nous serions retournés au bercail = BZH. Messieurs les élus pro B5, comme on dis chez les chasseurs alpins : Si vous avez des couilles, va falloir le montrer !

  2. Vous revez la Sego a poser ses jalons. Une remise a plat de l’eco taxe et derrière une banderille dans le dos. Les politiques ne comprennent pas que les citoyens ne se laisseront pas faire. Finit leur toute puissance.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.