Bretagne : Réunification ou disparition ?

Claudine-PerronLe monde occidental, persuadé de sa supériorité, s’est partagé le monde à sa guise lors des différentes conquêtes coloniales et suite aux guerres qui ont marqué le 20ème siècle.

De nombreux pays en Afrique et tout récemment en Ukraine, sans oublier l’Irlande où la partition génère toujours des heurts, paient le prix de l’arrogance de dirigeants avides de se partager les richesses sans tenir compte des populations.

La France s’est particulièrement illustrée dans cette démarche impérialiste en méprisant les peuples soumis et en détruisant leurs langues et leurs cultures sous prétexte d’intégration.

Les résultats des élections européennes démontrent que les français ont particulièrement bien intégré ces comportements racistes et impérialistes et sont prêts à les reproduire à la première occasion.

Le débat qui fait rage actuellement sur la réorganisation des régions illustre parfaitement cet état d’esprit. Les arguments avancés par nos élus pour défendre leur vision de la partition de la France et détruire la Bretagne sont aussi vides de sens les uns que les autres.

Des grandes régions ? De nombreux pays en Europe sont plus petits ou moins peuplés que la Bretagne.

Le démantèlement des pays de Loire ? Cette région artificielle n’a jamais été reconnue par ses habitants et monsieur Auxiette est prêt à la rayer de la carte au profit d’un grand ouest tout aussi artificiel.

Les gesticulations des uns et des autres pour convaincre Monsieur Hollande de programmer le démantèlement ou, pire encore, n’est que l’aboutissement d’un long processus initié à la suite de la révolution française de détruire toute trace de singularité sur le « territoire de l’état français. »

Leur problème est que, malgré tous ces efforts, la langue bretonne n’est pas tout à fait morte, les bretons se disent toujours bretons et vibrent au stade de France en agitant leurs « gwenn ha du » qui intègrent Nantes et son pays dans sa signification.

Donc, solution finale imaginée par l’Etat : supprimer définitivement la Bretagne en la diluant dans un territoire sans nom, sans histoire, sans réalité ni cohérence.

Malheureusement pour tous les barons politiques, de droite comme de gauche, qui n’ont pour toute vision politique que l’épaisseur de leurs portefeuilles, la Bretagne respire encore et les bretons qui ont résisté à l’anesthésie générale imposée par l’école de la république sont décidés à prendre une grande goulée d’oxygène iodée et à se lancer dans la bagarre.

La seule alternative acceptable est le retour de la Loire-Atlantique dans une région Bretagne réunifiée forte de son identité pour relancer son économie dans la course d’un monde moderne.

Claudine PERRON

Vice-présidente du Parti Breton/Strollad Breizh

31 COMMENTS

  1. Bonjour Madame Perron. La Chouannerie vous connaissez ? C’est au Mans qu’elle a était stoppée par l’armée jacobine descendant de Paris. C’est bien pour preuve que nous combattions ensemble pour les mêmes raisons ! Où stationnait l’Armée de Bretagne en 1870-1871, quand elle fut laissée à elle même par Gambetta et ses complices, pour déjà éradiquer la Bretagne ? À Conlie, dans la Sarthe à 20 km du Mans ! Le Mans et ses environs où nos soldats de métiers ont combattus avec les autres soldats ligériens avec bravoure jusqu’à la mort pour défendre nos terres. Sachez que tous les ans, ces hommes sont toujours honorés. Les Ligériens accepteraient l’honneur d’être rattachés comme Bretons, ils n’en demeureraient pas moins Angevins, Vendéens ou Mainiaux comme les Bigoudins, les Pagans, les Nantais, les Rennais , les Gallots…
    Unissons nous et laissons faire le temps, déjà biens des Bretons vivent dans ces départements…
    Nos deux Régions ont les meilleurs résultats au bac, quelle avance sur le reste du pays cela laisse présager. Nous avons l’un et l’autre la capacité de prendre notre place dans le monde !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.