3 actions pour faire connaître la colère bretonne à travers l’univers

37

-TRIBUNE LIBRE-

La nouvelle réforme territoriale qui ignore la réunification de la Bretagne a déclenché la colère des bretons. Mais pour une meilleure visibilité de la colère bretonne,  je vous propose 3 actions possibles alliant un budget modeste et un retentissement médiatique maximum, car situées à trois pas des rédactions parisiennes :

Occupation de l’Arc de triomphe et déploiement d’une grande banderole “réunification de la Bretagne.

L’arc de triomphe à Paris est facilement accessible pour un petit groupe (10-15 personnes). Prévoir une grande bâche, facilement déployable. Prévoir des cadenas pour bloquer les grilles du dernier étage.

Attention aux jours de fermeture pour travaux. Consulter à l’avance ce site. Métro : station Charles de Gaulle -Etoile.

Coût estimé (en voiture) : 100 euros (de Brest), 75 euros (de Rennes et Nantes) + 9,5 euros /personnes (entrée) + bâche d’ensilage noire + peinture : environ 200 euros. Coût total : environ 310 euros (de Brest), 285 euros (de Rennes et Nantes)/voiture.

Risque judiciaire estimé : une garde à vue.

Possibilité de faire la même chose sur la tour Eiffel, Notre-Dame de Paris, siège du PS, rue de Solférino…

– Bloquer les ponts de Paris

A Paris, il existe 37 ponts au-dessus de la Seine. Bloquer ces ponts pendant quelques heures provoquerait rapidement un engorgement de la capitale française.

Méthode : récupérer ça et là (ou confectionner) des panneaux “attention travaux” et “déviation” + du ruban de chantier + un peu de sable + les habits du parfait cantonnier.

Vers 3-4h du matin, là où la circulation est la moins importante, dérouler du ruban de chantier aux extrémités des ponts parisiens déguisés en employé de la voirie. Placer ensuite des panneaux “attention travaux” et “déviation”. Sur quelques ponts majeurs, déverser sur le bord de la route ou, plus prudemment, sur le trottoir quelques sacs de sable ou gravier pour simuler un chantier. Sur les rubans accrocher des écriteaux discrets “chantier pour la réunification de la Bretagne”. Revendiquer l’action auprès des médias parisiens vers 7h du matin.

Nombre de personnes requises : une dizaine.

Coût estimé (en voiture) : 100 euros (de Brest), 75 euros (de Rennes et Nantes) + ruban de chantier 5 euros/rouleau de 100m environ (prévoir une quinzaine de rouleaux) + sable (à récupérer sur une plage ou un chantier parisien en amont) + casques, bleus de travail et gilets jaunes. Coût total : environ 175 euros (de Brest), 150 euros (de Rennes et Nantes)/voiture.

Risque judiciaire estimé : une garde à vue et encore.

– Empuantir les lieux de pouvoir français

Le plus simple et le plus burlesque des accessoires médiatiques : la boule puante ! Une équipe d’une dizaine de personnes peut facilement bloquer une partie des lieux de pouvoir “accessibles” en déversant des boules puantes au même moment dans les halls des bâtiments. Les services de sécurité sont ainsi contraints d’évacuer les lieux ou de bloquer les accès pendant quelques minutes voire quelques heures suivant la puissance de la puanteur.

Bâtiments facilement accessibles : le siège du PS à Solférino, l’hôtel de ville de Paris, la préfecture de Paris, la mairie d’Ivry (commune dont Manuel Valls fut maire), permanences de députés socialistes de la ville de Paris (liste), sièges des différentes sections PS à Paris (liste) etc… Possibilité de faire la même action en Bretagne simultanément (préfectures, permanences PS, mairie de Rennes, Brest, Nantes, etc…)

Important : ne pas faire ce genre d’action dans le métro car au regard de la densité de population. Un mouvement de panique (type “peur d’une attaque chimique”) pourrait provoquer des bousculades.

Coût estimé (en voiture) : 100 euros (de Brest), 75 euros (de Rennes et Nantes) + boules puantes : . Coût total : environ 175 euros (de Brest), 150 euros (de Rennes et Nantes)/voiture. 30 boules puantes : 14,40 euros sur PriceMinister. Prévoir entre 20 et 30 boules puantes par cible.

Risque judiciaire estimé : pas grand chose. Une bonne douche et un regard dégoûté de votre copine si une boule puante craque dans votre poche avant l’action.

 

37 Commentaires

  1. et une belle opération escargot depuis Brest – Rennes vers Paris & Vannes – Nantes vers Paris, avec réunification du cortège au-dessus du mans à la jonction des 2 autoroute puis cap sur la capitale et bordel sur le périp parisien. Cout nul, car nous avons le droit d’aller à Paris quand même ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here