Réunification de la Bretagne : Jean-Yves Le Drian, tribune libre pour haute-trahison

51

Hollande Le DrianDans une tribune offerte au quotidien subventionné Ouest-France, Jean-Yves Le Drian et Stéphane Le Foll s’unissent pour sceller le sort de la Bretagne.

Une mise en situation qui justifie les décisions socialistes à venir.

« L’avenir de la Bretagne et des Pays de Loire est au coeur de nombreuses discussions depuis plusieurs semaines.

Nos deux régions ont des caractéristiques communes. Elles s’appuient sur une agriculture et une industrie agroalimentaire imbriquées et similaires qui doivent évoluer et s’adapter ensemble au monde de demain. Elles partagent la même ambition pour un haut niveau de formation de l’école à l’université jusqu’aux pôles de compétitivité qui récoltent déjà les fruits de ces coopérations renforcées. Elles s’appuient également sur des infrastructures et des équipements qui rapprochent nos concitoyens : TGV, TER, voies rapides et autoroutes. Enfin, elles reposent aussi sur de grandes agglomérations qui ont déjà noué de nombreuses coopérations : Rennes, Nantes, Angers, Le Mans, Brest, Lorient, Quimper, Laval et sur une façade maritime qui constitue un atout commun pour notre avenir.”

Je trahis, tu trahis, il trahit, nous trahissons ! Le Drian co-signe l’arrêt de mort d’une Bretagne à 5 départements. 

“La Bretagne a une identité culturelle forte qui dépasse ses frontières administratives et même historiques et qui doit, demain, trouver dans une coopération avec les Pays de Loire une raison de renforcer cette identité partagée avec la Loire-Atlantique.

C’est pour ces raisons qu’élus de ces deux régions, dans le cadre du débat qui s’engage au Sénat, nous voulons que cette coopération renforcée prenne rapidement corps avec la création de deux postes de vice-présidents dans chaque assemblée régionale. Ces deux vice-présidents seraient chargés de piloter ensemble des politiques concrètes, unifiées, et audacieuses dans les domaines économique, universitaire, de la recherche, de la santé et l’innovation, et dans la présence que nous devons assumer et assurer ensemble à l’international pour valoriser nos productions, faire reconnaître nos savoir-faire et créer de l’emploi. Nous n’oublions pas les questions culturelles et linguistiques qui sont déjà le terreau de nombreuses coopérations.”

Les deux élus socialistes se posent en visionnaires. Pourtant, depuis 2012 et son arrivée au pouvoir en hexagone, le parti socialiste n’a pas brillé par ses décisions et sa côte de popularité est au plus bas. Dans les couloirs de l’Assemblée, certains élus se demandent même si Hollande pourra aller jusqu’au bout de son mandat. 2017 est encore loin et la révolte gronde partout.

“Car oui, nous, élus de l’Ouest, de Bretagne ou des Pays de Loire, nous avons conscience de la nécessité de faire évoluer notre organisation territoriale et c’est pourquoi, dans nos régions et dans de nombreux domaines nous voulons renforcer et développer les coopérations qui ont déjà été engagées. Elles sont la base vitale des dynamiques territoriales que nous voulons poursuivre pour donner à nos territoires les capacités économiques et sociales, d’être des acteurs importants en Europe et dans le Monde.”

En conclusion de leur tribune commune, les deux compères viennent au secours du président Hollande sourd et aveugle à toutes les revendications populaires depuis son élection.

“Depuis plus de vingt ans, les déclarations réclamant une réforme territoriale digne de ce nom offrant simplification pour le citoyen et plus grande efficacité sur les territoires, n’ont eu cesse de se succéder. Cette réforme tant attendue de tous, le Président de la République l’a désormais engagée.

“Nous, élus de Bretagne et des Pays de Loire, nous souhaitons nous inscrire dans cette grande réforme territoriale engagée par le Président de la République dans ce cadre large, formalisé, d’une coopération renforcée et indiquer ainsi la voie politique que nous entendons suivre. »

Les bases d’une trahison sont posées. L’ennemi de la Bretagne Jean-Marc Ayrault a fait marcher ses réseaux. L’ennemi principal devient désormais le parti socialiste. Déjà la semaine passée, des permanences du PS ont été chahutées. Il faudra désormais compter avec une grogne grandissante à la mesure de la trahison de Jean-Yves Le Drian, ex-citoyen breton.

En attendant, la mobilisation du samedi 28 juin sera forte et déterminée. Les militants pour la réunification ne désarment pas. Et les derniers positionnements de personnalités galvanisent de jour en jour, leur détermination. Samedi, il fera chaud à Nantes devant la préfecture.

51 Commentaires

  1. Quand quelqu’un qui ne pense pas comme soi est traité de TRAITRE… cela ne donne pas envie à un Nantais de rejoindre le peuple breton, présenté comme à la pensée unique.
    D’autant qu’un front se fera jour entre le Leon et la Cornouaille.. puis entres les Cornouailles…
    Et moi… je ne serai jamai un breton “pur” !!!!

  2. La Bretagne a voté à gauche, car la gauche et le célèbre “peuple de gôôche” allait faire ce que les autres n’avaient pas fait, car le “peuple de gôôche” est humaniste. D’ailleurs, depuis 50 ans l’UDB nous l’avait promis, on allait voir ou était la sainte vérité!

    Résultat : le plus grand déni de démocratie en Europe depuis la 2ème guerre mondiale.

    Et qu’en pense l’UDB, veut-elle enfin travailler avec les autres partis politiques bretons? NON, elle s’en fout!
    Le “peuple de gôôche, plus humaniste que tout”, qu’en pense-t-il? Il s’en fout!
    Les députés bretons, de gauche, du centre, de droite, la démocratie… Ils s’en foutent!
    La presse, ses devoirs de protéger la liberté et l’information…. Ils s’en foutent!
    Le peuple, sa Bretagne, ses emplois, son avenir… Il s’en fout!

    Certains diront que lorsque la démocratie est bafouée, il ne reste plus que la lutte armée….comme en Algérie française, comme malheureusement un peu partout dans le monde.

    Mais bon, si la République a réussit quelque chose, c’est que tout le monde s’en fout de tout, sauf les élus, députés, sénateurs, ministres et hauts fonctionnaires qui ne s’en foutent pas de remplir leur poche! Le Drian ne va pas démissionner, car avec le Grand Ouest, il y a certainement encore de l’argent à se faire, peut-être un poste de Président de cette belle région Républicaine!

    Ce qui est clair, c’est qu’en refusant à la Bretagne un avenir, la France s’interdit de se réformer utilement, la France se condamne moralement et donc à terme économiquement.

    Une chose est sûre, viendra un jour ou la situation économique et sociale française sera tellement dégradée, que ceux qui s’en foutent auront de plus en plus de mal à respecter cette valeur Républicaine! On sait alors ce qui se passe, et ce n’est pas très réjouissant!

    • Yann Le Bleiz malgré toutes les insultes que j’ai essuyé de votre part …j’avoue que cette fois votre commentaire est excellent ,Triste constat les gens s’en foutent ,les militants bretons peuvent bien ruer dans les brancards sur ABP seizh ou Breizh info ,mais pour quelle audience???
      C’est comparable à quelqu’un qui tomberait dans un ravin en plein milieu de la nuit dans une zone désertique ….beau hurler et se débattre il restera ,sauf miracle ,bien au fond du trou, mais force est d’avouer que sa mésaventure était aussi voulue de quelque part …

    • N’ayez crainte ce moment fatidique où la France va chuter arrive. Ne vous ai-je pas parler de 2019 dans d’autres discussions??? Et encore je n’avais pas imaginé qu’avec Normal Premier, cela soit si pathétique.
      Je pense sincèrement que la priorité de la Bretagne sera de former un comité de salut publique avant que le Titanic français entraîne dans son naufrage la Bretagne…
      Les prochaines élections régionales même limitées à la Bretagne croupion risquent d’être “patio-Nantes”…

  3. C’est drôle, quand il a fait défiler la Bretagne sur les Champs Elysées, je ne me souviens pas d’avoir vu des groupes ligériens…

    Et ce brillant positionnement contre quel plat de lentilles ?

    Parce que, jusqu’ici, on ambitionnait parait-il un poste de Duc de Bretagne, lequel risque du coup de s’avérer encore plus sportif. A moins que, justement, vue la conjoncture, on prépare déjà autre chose ?

    Mais on fait sans doute fausse route. Après tout, peut-être bien qu’en raison du ministère qu’il dirige, on aurait été mieux défendu si on avait fait partie du Mali…

    • Route ouverte pour Troadec ? Pas sûr, car le vote régionaliste (pour les régionales) va être dilué dans un grand ouest. Il y a d’autres élections, cest vrai? Une candidature régionaliste aux prochaines présidentielles ?

  4. Comment un politique peut rater une occasion pareil de sauver la Bretagne historique ? Faut-il avoir la vue aussi courte, l’esprit prisonnier d’une idéologie destructrice pour se laisser entraîner dans ces manigances… Le pouvoir griset-t-il à ce point que l’on est prêt à renier tout ce qui fait notre personnalité, notre richesse, notre existence en sommes !

  5. Apres, aussi, aux bretons qui ont vote socialiste d’etre la samedi et de hurler “mort au psf” …
    Ils ont donne une carte blanche a ces raclures, a eux de la noircir !!

    • Non seulement ça, mais aussi expédier leur carte d’électeur à Le Drian, pour ceux qui ne l’ont pas déjà fait ! Moi, la mienne a déjà été expédiée sous Ayrault, pour réagir contre l’aéroport de nddl … Dommage, j’aurais bien dû en faire refaire une, rien que pour pouvoir la réexpédier en miettes !

      Et après, de plus jamais revoter pour tous ces traitres (quasiment tous les partis bien français ont démontré ou à défaut exprimé clairement leur haine de la Bretagne, les Le Pen et Mélanchon, au coude à coude dans le racisme anti-breton, ou les Sarko/Fillon et leurs positionnements répétés anti-B5, sont aussi minables que le ps).
      D’ailleurs et de fait, tous les prédécesseurs de tous ces abrutis d’aujourd’hui ont tacitement cautionné cette situation, et sont tout aussi profondément coupables !

      Et pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus de cette évidence, allez-y, faites un petit recensement des bienfaits pour la Bretagne qu’a apporté votre parti préféré … En conscience. Et après, demandez-vous ce qu’il aurait eu le pouvoir de faire …

      Après, pleurez quelques heures, de déception, de rage, puis de tristesse.

      Puis remontez vos manches : y a du taf, et c’est maintenant !

      • A une époque pas si lointaine, des centaines d’élus bretons surent se mobiliser sous la bannière du CELIB ! Même si à l’époque encore trop peu fut fait, cela nous permit de ne pas devenir un désert, réservoir de touristes et de retraités. Aujourd’hui les tentatives de coalitions opérées par l’UDB, Bretagne réunie, ou Urvoas, sont dérisoires. A quand une mobilisation des élus qui sont nos représentants ? Pour l’instant on assiste aux protestations indignées de petits groupes (à l’Assemblée Nationale ou ailleurs..). Cela fait 100 ans que “l’élite bretonne” est coutumière de ces pétitions indignées qui n’ont abouti qu’à obtenir des miettes pour la Bretagne, au bord de la disparition. Rêvons un peu : y aura-t-il un jour des élus du calibre gallois de Gwynfor EVANS qui fit plier Margaret Thatcher ? Cela supposerait de payer de sa personne. Or ils (elles) ont les avantages de leurs mandats sans la vraie prise de risque sans pour la défense de la Bretagne.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.