#102 : Bretons, avez-vous encore le sens du sacré ?

5
8

bretons 102Oui ! « Bretons » ! Couverture : « les gens ont besoin de sacré ». Très bonne accroche ! Car c’est vrai-véridique, ma foi ! Les gens…nous… toi lecteur !…moi…Tata Germaine… nous avons tous besoin de sacré ! De hauteur ! Transcendance ! Spiritualité ! Ca construit même un certain « cadre social » qui nous manque pas mal. Depuis que tout fout le camp, en fait. 68, « Dieu est mort, Marx aussi et moi-même je ne vais pas très bien ». L’homme prisonnier de sa liberté, la mort des idéologies, l’homme seul face à ses doutes, tout ça… Dans son #102, Bretons élève le niveau de jeu !

Bon, c’est pas le tout mais avant de rentrer dans les hautes interrogations, revenons à nos cochons : quatrième de couverture : Hénaff annonce la sortie mondiale de son pâté version épicée ! Aaaaaah ! Après les saucisses, saucissettes et saucissons, Nanaff part dans les folles inventions. Sans nous consulter ! Nous les bretons ! Car Hénaff n’est pas une entreprise, c’est une propriété collective bretonne. Exigeons un référendum national pour toute nouvelle initiative commerciale !

Bon alors…. j’ai goûté la boîte rouge… Parce que l’épicé c’est rouge forcément… Pas à se plaindre. Nanaff aurait même pu rajouter un peu d’épice…éventuellement en faire une deuxième version… plus velue… « Rouge vif »…

Faut le temps de s’y faire à la boîte rouge…. j’y reviendrai !… promis ! Dans 3-4 numéros. Un nouveau produit Hénaff, ça ne se juge pas comme ça…faut une certaine sédimentation… en avoir goûté deux ou trois palettes… J’étais déjà en pleine interrogation sur les rillettes au chorizo…

Bon, on retourne dans le sacré. Sacré Le Corre d’ailleurs ! Il était tout frétillant à la manif de Nantes avec les bagadoù qui défilaient devant son nom. Vous voulez lui faire plaisir ? Offrez-lui un bagad pour son anniversaire. 400 sonneurs dans sa chambre au réveil à lui jouer « Kan Bale Nevenoë » en si bémol. Ca le mettra de bonne humeur pour toute la journée !

Donc, le sacré. Ah bah en couverture, Philippe Abjean, le pape de la vallée des Saints à Carnoët, aurait bien besoin d’un sacré coup de fil à plomb. Il est tout de travers ! Y’a que Emmanuel Pain, le photographe, pour saisir des moments pareils ! On a même l’impression que la statue de gauche en rigole !

Bon, sinon l’interview de Abjean : ! Oui oui ! Il a raison ! Spiritualité, la religion dans l’inconscient collectif breton, le retour inévitable du sacré. Oui ! Moi qui suis laïc à plein tube, je souscris ! L’homme a BESOIN de ça ! Comme de bouffer du pâté ! Et puis faut le dire, après plus de 50 ans de matérialismo-individualismo-iPhono-Carte Leclerc ça fait du bien de retrouver un peu de hauteur. En tout cas, ça vous bouchera pas le derrière !

Ensuite, est-ce qu’il y a un « grand patron »….ça…. Rendez-vous au terminus ! On aura l’éternité pour en causer.

Page 10, le sociologue Ronan Le Coadic. Interview. Concepts de minorité nationale. « Qui sommes-nous nous les bretons ? ». Intéressant…

Pierre Weill en page 20. Patron de Valorex qui veut nous faire bien bouffer. Des pistes pour relancer la filière agro-alimentaire bretonne ! « Entre l’industriel et le bio » selon lui. On a vu les limites de la filière à faible valeur ajoutée. Si ça peut faire réfléchir certains !

Eric Le Nabour en page 25. Ecrivain. Un grignou ! A 11 ans il a écrit un courrier à Alain Decaux ! Faudrait que je demande à mes gosses d’écrire à Finkelkraut, je vais me faire bien recevoir. Moi il me plaît le Nabour. Total réac. Bien ! Les progressistes m’ont trop déçu.

Maël de Calan en page 26. « La nouvelle droite bretonne ». UMP. Parisien. En Bretagne depuis 1 an 1/2 seulement. Ancien responsable des Jeunes Pop’ d’Ille-de-France. Passé par « le secteur de la finance ». Responsable du « Terra Nova de droite ». A fond « robinet d’eau tiède ». Tout pour plaire en somme !

Conseiller municipal de Roscoff…. Roscoff….Ouaih…S’il fait ses valise maintenant, il évite les bouchons sur la rocade de Rennes. Woh, pour 19h, il est rentré chez lui : à Paris.

En page 48, Roland Beaumanoir. Cache-cache, Bonobo, Morgan. Les marques de filles, c’est lui. Patron malouin ! Du caractère les malouins. Beaumanoir fait partie du club des 30. Pfffff. Au lieu de bouffer en gueulant sur les charges sociales, ils feraient mieux de sortir un peu plus la boîte à idées et le carnet de chèque pour la Bretagne, le Club de 30. Et Locarn ! « Les patrons bretons » à ce qu’on dit. Patrons ? Ouaih, mais bretons ? Ah ! Pour aller la ramener devant un mec de l’Eure-et-Loir qui veut se la jouer enraciné, ça y va les patrons bretons. Ca fait même semblant de causer brezhoneg et tout et tout. Mais à part ça… On l’attend toujours le « patronat breton ». Le « patronat patriote ». « Les-capitaines-d’industrie-bretons-en-guerre-contre-le-jacobinisme ». Je te leur amènerais bien une poignée de gardes rouges armés jusqu’au col Mao, prêts à bondir, au milieu d’un fricot du club des 30, histoire de les faire réfléchir les tiédars.

Les patrons catalans, basques, écossais ils ne pédalent pas dans le caviar, eux, au moins. Là-bas, ça s’engage et ça met les moyens en branle !

Ah bah si puisqu’on y est. Page 16 ! Un mec qui vend des menhirs virtuels aux…. patrons ! Des menhirs virtuels ! Le Crédit Agricole lui en a acheté 50 000 ! A dix centimes pièce. 5000 balles de menhir virtuels !!!!!

…. !!!….        ??????!!????

(gestes frénétiques et affligés)

Les patrons catalans préparent l’indépendance, les patrons bretons achètent des menhirs virtuels. C’est pas gagné….

5 COMMENTS

  1. Ben oui, les Bretons prouvent une fois de plus qu’ils sont Européens avant d’être Français.

    Le laïcisme français (comprendre la religion de l’Etat qui remplace les religions traditionnelles, à en devenir fanatique et allant de paire avec le jacobinisme), dès que vous sortez des frontières de l’hexagone, ca ne parle à personne!

    Le problème, c’est que l’église en Bretagne a été et reste jacobine, elle pactise pour garder une misérable petite place à l’ombre de la religion officielle. Je crois que c’est Abjean qui a dit : “L’église ne font pas son boulot, alors nous devons le faire à leur place…!”

    Et comme me disent des amis plutôt athées : “Bas les pattes à la religion d’Etat française, ici en Bretagne notre spiritualité est chrétienne et païenne (les deux ayant plus que cohabités jusqu’à aujourd’hui), cela fait parti de notre identité! Et cela, qu’on soit croyant ou pas!”

    Par contre, M. Lécuyer, ne taper pas injustement sur les patrons bretons. Faire vivre des entreprises en Bretagne, sous le régime français, cela tient du miracle. Chaque patron sait qu’il ne doit pas trop s’afficher breton (à tord ou à raison)!

    Et les fameuses charges qui crassent, faudrait peut-être un jour le dire qu’elles écrasent surtout et avant tous les salariés!

    A moins de changer les mathématiques, l’argent qui est donné à l’Etat ne peut en aucun cas revenir dans les salaires! Et si charges + salaires ne laissent plus assez de fonds pour financer l’innovation la boîte meure ou doit s’expatrier pour survivre!

    Mais on peut se contenter de dire comme en France, que “l’argent qui va à l’état, c’est toujours ça en moins pour les patrons…!” Oui, sauf qu’au final, c’est les salariés avec les patrons qui trinquent!

    Mais les patrons bretons commence à l’ouvrir. L’exemple de Guillemot (UBISOFT) est un virage!

    Par contre, combien de journaux bretons parlent d’UBISOT comme d’un groupe breton?
    Ben oui, les lapins crétins (succès mondial), c’est Gwenn ha Du… même pas au courant les gamins sur leur Play Station!

    Comme si les jeux videos, cela se devaient d’être californiens ou japonais pour en parler!

    Par contre, il serait bon qu’un journal breton, ayant à dire sur les patrons bretons, pose à Guillemot (un patron visiblement engagé pour la Bretagne) la question suivante : “Pourquoi un groupe breton, parmi les leaders au monde sur son domaine, ne parvient pas à faire plus de 3000 emplois en Bretagne sur ses 20000 salariés?”

    Poser cette question, pas pour l’agresser bien sûr, mais comme recueillir sa réponse. Visiblement, il a des choses à dire Guillemot, lui qui à Nantes évoquait le Québec avec ses 3000 salariés UBISOFT, Québec qui lui aurait ouvert les portes en grand pour développer un centre de compétence numérique!

    Mais peut-être, que le Québec et les jeux vidéos…?!!!. Et peut-être aussi que pour le breton qui écoute ce que Paris lui dit, sait qu’en Bretagne : les lapins même crétins “Non, Non!” , les cochons “Oui, Oui!”

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.